Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mai 2020 2 12 /05 /mai /2020 06:00

Tom Ewell et Marilyn Monroe. © 20th Century Fox/Charles K. Feldman Groupe/DR

Le charme du New-York des années 50, adapté d'une pièce de théâtre de Broadway qui  a rencontré un très grand succès en 1952 écrite par George Axelrod (mon correcteur me suggère Axelroud mais je ne lui cède pas, ouaf, ouaf…) le film de Billy Wilder, The Seven Year Itch, 7 ans de réflexion fut le plus gros succès de la Fox : ayant coûté 1,8 million de dollars, il en rapporta plus de 8. En 2000, le film a été classé 51e de la liste des 100 meilleurs films de comédie par l'American Film Institute et Tom Ewell reçut  le Golden Globe du meilleur acteur dans une comédie.

 

Chroniques du Cinéphile Stakhanoviste: Sept ans de réflexion ...

 

New York, milieu des années 1950. Richard Sherman (Tom Ewell), un publiciste d’une petite maison d'édition spécialisée dans les rééditions bon marché avec des couvertures aguichantes, vient d’accompagner sa femme Helen et son fils Ricky à la gare afin qu’ils échappent à la fournaise new-yorkaise en se rendant dans le Maine, bien plus accueillant en été. Il s’est juré de vivre sainement, de ne pas fauter, ce qui ne l’empêche pas de fantasmer car il est doté d’une imagination débordante.

 

Surtout quand apparaît sa nouvelle voisine du dessus, Marilyn Monroe, une superbe blonde un peu ingénue « I’m the tomato from upstairs. Ainsi se présente-t-elle et le charme opère.

 

« Avec le personnage de Tom Ewell, symbole des obsessions sexuelles et de la frustration du mâle américain, Wilder se moquait d'une Amérique qui découvrait la sexualité dans les pages du rapport Kinsey. La satire a un peu vieilli, mais le film non. » P. Murat Télérama.

 

Sept Ans de réflexion (The seven year Itch - Billy Wilder, 1955 ...

 

Il la drague en pianotant, tente de l'embrasser maladroitement, ils tombent du tabouret du piano. Honteux sur la moquette, il s'excuse : « Je suis désolé, cela ne m'arrive jamais. » « Moi, ça m'arrive tout le temps », répond-elle, regard candide au possible de girl next door pas allumeuse pour deux sous. En faisant des compliments à Tom Ewell, pourtant aussi sexy qu'une endive au jambon, Marilyn fait croire aux mâles du monde entier qu'eux aussi elle pourrait les admirer... Mieux : à la fin, quand ce crétin de mari fidèle part rejoindre sa femme, les hommes du monde entier se persuadent alors qu'ils pourraient résister à Marilyn. À la fenêtre, elle dit gentiment au revoir à l'endive qui court vers une autre. Elle est resplendissante : il lui a laissé l'air conditionné.

 

Code Hays — Wikipédia

 

L’adultère, sujet inépuisable pour le théâtre, mais aux USA il y avait le code Hays qui préconisait en effet entre autres que l'adultère ne devra jamais être sujet à plaisanteries. Les responsables de l'adaptation, Billy Wilder et George Axelrod, ont donc dû modifier de manière importante l'intrigue. Contrairement à la pièce qui aborde l'adultère de manière directe et drôle, dans le film il y a beaucoup de désir chez Richard mais pas de concrétisation. En France alors, sévissait aussi la commission de censure à laquelle a succédé la commission de classification des films ICI 

 

Mais, de ce film léger et distrayant, c’est de la scène où Marilyn porte une robe blanche au-dessus d'une bouche d'aération de métro. Mythique. Cette a été tournée en septembre 1954 à l'angle de Lexington Avenue et de la 52e rue, pour être finalement retournée en studio.

 

À classer aux côtés :

 

  • du strip-tease de gants de Rita Hayworth

 

  • de Marlene Dietrich chantant Ich bin von Kopf bis Fuß auf Liebe eingestellt

 

  • d'Anita Ekberg dans la fontaine de Trevi.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents