Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 avril 2020 3 15 /04 /avril /2020 12:00

Aucune description de photo disponible.

Avant de vous pressurer la tête, mon reportage photographique sur mon déjeuner pascal.

 

L’image contient peut-être : boisson

 

Pour l’apéro de Pâques pour rendre hommage à nos amis italiens et alsaciens durement éprouvés Spritz au Crémant d’Alsace.

 

 

Bœuf Wagyu de derrière les fagots

 

 

Déjeuner de Pâques pas très catholique

 

 

L’image contient peut-être : boisson
 
J’aime les bordeaux jeunes et nature 32 ans presque l’âge du Christ ressuscité
 
 

 

La petite tarte aux pommes avec les retaillons du pâtissier confiné

 
 
 
 

Image

 

 

Qu’est-ce qui tient toute l’organisation sociale?

On connaît la réponse du philosophe Alain, avant son déclin, «l’Economique n’est pas le premier des besoins… la société est fille de la peur et non de la faim». Mais dans l’introduction à ses Propos sur les pouvoirs, en bon paysan du Perche, il avait pris soin de nuancer: «Le matin, ils sentaient la faim et devenaient anarchistes. Mais le soir ils sentaient la fatigue et la peur, et ils aimaient les lois.» Et les vertus de l’Etat providence que le matin on souhaitait amaigrir.

 

Yves Petignat Le Temps ICI

 

  • Laurent Bazin @laurentbazin

 

·Nous sommes écartelés entre 2 impératifs: sauver des vies (choix humain, évident) et ne pas laisser s’étouffer l’économie (choix rationnel, difficile mais vital pour nos emplois & nos vies demain).

Ignorer l’un c’est n’avoir pas de cœur.

Minorer l’autre, c’est manquer de tête.

 

  • Raymond Soubie, ancien conseiller social de Nicolas Sarkozy, président du groupe de conseil Alixio. Pour lui, c’est un tour de force que va devoir réussir l’exécutif à l’issue de cette crise. Il lui faudra répondre à une contrainte double et contradictoire : la demande sociale forte et légitime, et le redémarrage de la machine qui nécessitera des économies. Une « équation épouvantable » dit-il.

 

« Le chômage partiel a été accordé jusqu’ici à 6 millions de salariés et coûte 20 milliards d’euros. 20 milliards d’euros ! Il y a un moment où ce ne sera plus supportable", estime Raymond Soubie.

 

ICI

 

  • Dominique Seux @dseux

 

Calcul rapide : 34 millions (!) de Français sont auj. payés par l’Etat (chômage partiel, retraités, fonctionnaires, allocataires Unédic et des minimes sociaux). Sur 47 millions >18 ans. La France est vraiment un pays neo-ultra-liberal capitaliste mortifère #casuffitlesconneries

 

  • L’être, l’avoir et le pouvoir dans la crise, par Dominique Strauss-Kahn

 

La crise sanitaire que nous vivons est différente de toutes celles que les générations précédentes ont pu connaître. Les convocations de la grande peste noire de 1348 ou de la grippe espagnole de 1918-1919 sont intéressantes en ce qu’elles nous permettent de repenser les conséquences des pandémies. Mais elles ne disent rien, pour autant, de la capacité de résilience d’une société dont l’économie est mondialement intégrée, et qui avait perdu presque toute mémoire du risque infectieux.

 

Si la crise actuelle est, de prime abord, différente, ce serait par la vitesse de propagation de cette maladie. Trois mois après le début de la crise sanitaire, près de la moitié de la population de la planète est appelée au confinement. Même si la contagiosité du virus a vraisemblablement joué un rôle dans ce basculement, du stade épidémique à celui de pandémie, la mondialisation marquée par l’accélération de la circulation des personnes est au cœur du processus de propagation (1). Le délai de réaction des pays développés, dont les systèmes de santé ont été rapidement submergés, doit sans doute être également incriminé. Il atteste d’un défaut de prévoyance et d’une confiance – infondée – dans la capacité des systèmes sanitaires à protéger massivement leur population tout en s’approvisionnant en matériel de protection et en tests de dépistage au fil de l’eau, auprès de fournisseurs étrangers, majoritairement chinois. Sans doute ceci n’était-il pas fatal. Taïwan, forte de ses expériences lors d’épidémies antérieures, disposait d’équipements de protection en quantité (2), de capacités de production de ceux-ci et d’un département dédié à la gestion des maladies infectieuses capable, notamment, de déployer rapidement des applicatifs de gestion et de partage de données sur les patients infectés. Il est, sans doute, normal qu’un système de soins ne soit pas fait pour traiter une demande brutale et temporaire. Mais, dans ce cas, il importe qu’il soit réactif, c’est-à-dire capable de réorienter son offre et de mobiliser des réserves prédéfinies et recensées. Cette agilité, il semblerait bien qu’elle nous ait fait défaut.

La suite ICI 

 

Emmanuel Macron en visite à Saint-Barthélémy-d’Anjou, près d’Angers dans l’entreprise Kolmi-Hopen le 31 mars 2020.  Photo / Loic Venance / Pool / REUTERS Emmanuel Macron en visite à Saint-Barthélémy-d’Anjou, près d’Angers dans l’entreprise Kolmi-Hopen le 31 mars 2020.  Photo / Loic Venance / Pool / REUTERS

Vu d’Allemagne. Le virage souverainiste d’Emmanuel Macron

FRANKFURTER ALLGEMEINE ZEITUNG – FRANCFORT

 

Le temps où Emmanuel Macron rejetait les appels au protectionnisme de Marine Le Pen semble bien lointain, constate ce journal allemand. Aujourd’hui, le président profite de la crise du coronavirus pour “reconquérir la souveraineté française”.

 

En France, l’un des devoirs les plus importants du citoyen pendant le confinement, c’est de manger et boire “patriotique”. Le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, demande à la population de préférer des produits français au moment de faire les courses. L’heure du “patriotisme alimentaire” a sonné. Le camembert et la baguette accompagnés d’un verre de bordeaux deviennent un repas patriotique. Âgé de 60 ans, Didier Guillaume, qui est le fils d’un éleveur de brebis du Sud, dirige le ministère de l’Agriculture depuis 2018. La pandémie représente pour lui l’occasion de modifier durablement les habitudes de consommation.

 

Même les supermarchés s’y mettent, se réjouit-il. Le rayon fruits et légumes de grandes enseignes comme Leclerc, Auchan ou Carrefour passe au “100 % français”, rapporte le quotidien Les Échos. Ceci devrait permettre de compenser le manque à gagner que la fermeture des marchés et des restaurants fait subir aux agriculteurs et aux pêcheurs.

 

La suite ICI

Pour Cédric Villani, le traçage "doit prendre sa place" dans la stratégie de déconfinement, je suis d’accord avec lui.

 

  • Ils sont connectés, racontent leur vie sur facebook, postent leurs photos sur Instagram, commandent leur nourriture sur internet, se déplacent avec GPS, baisent via Tinder mais ont peur que #BigBrother les surveillent en prenant prétexte sur #Covid19

 

Vous êtes drôles les gens

Partager cet article

Repost0

commentaires

Aredius 15/04/2020 16:32

Ça fait envie tout ça. Mais ensuite il y a d'autres envies qui arrivent normalement. Et là j'ai un conseil qui nous vient des Youesses. Pour une fois, n'y prenons pas que leurs conneries !

https://saintyrieixlaperche.wordpress.com/2020/04/15/arediens-gardez-vos-bidets-cest-tendance-avec-le-manque-de-papier-torchecul-a-cheval-sur-mon-bidet/

pax 15/04/2020 13:11

Draußen vor der Tür
Dehors devant la porte - pièce radiophonique de Wolfgang Borchert Hambourg 1947


Un confinement privilégié tel le mien, ne peut nous faire oublier les oubliés de la société. Ces exclus, perpétuellement dehors et qu’on ne voit même plus
« On ne saurait penser à tout » nous amuse malicieusement Alfred de Musset. Aujourd’hui il n’y a plus lieu de rire quand la réalité nous rappel douloureusement que rien n’avait été prévu. L’impuissance publique, la tête dans le guidon, uniquement occupée à réaliser la mission assignée par ses bailleurs de fonds mettait notre société en coupe réglée avec tout les laissés pour compte, cette quantité négligeable qu’il semble impossible d’appréhender autrement que par le biais des statistiques.
Mais tout cela c’est du passé.
En ce temps pascal rappelons nous : « Père, pardonnez leurs car ils ne savent pas ce qu’ils font » Au juste, qui l’aurait su. ? Se confronter avec la réalité ne s’apprend ni à l’ENA, ni à Science-Po, ni même à Polytechnique.
Tout est pardonné ! Mais sans oubli.
Attention cependant, après ce que l’on pourrait appeler une purge, un temps mort permettant de reprendre son souffle, de grands espoirs sont nés. Il nous est donné, il leur est donné de pouvoir revoir leur copie. De changer de logiciel comme on dit aujourd’hui. Et là, pas de blague, si cela ne se fait pas, tant pis pour eux. Cette fois plus question d’excuses, de pardons. Ils sauront ce qu’ils font ! Et nous aussi.

Ne nous réjouissons pas trop de l'annonce de la proche sortie du purgatoire.

Bien venue en enfer.

En 1918 on a compté les morts imposés aux pays en entier par cette boucherie, dirigée comme on dirige un orchestre par un état major de jeanfoutres. Pas un village qui n'ait pas eu besoin d'ériger un monument aux morts. On parle moins, des "gueules cassées" et de toutes les autres victimes collatérales tel que les gazés, aveugles, mutilés et amputés, etc.
Il y a bien sur les morts dus à la pandémie dont on guette, chaque jour, la publication des chiffres en regardant si ce n'est pas pire ailleurs mais on ne parle pas de ceux qui vont devenir, reprenons le terme pour en faire un générique, les " gueules cassés " du covid19. Les intérimaires qui ne retrouverons pas de travail, les chômeurs annoncés des futures défaillances de sociétés, annoncées elles aussi. Les travailleurs indépendants sans ressources depuis le début du confinement et qui vont attendre de long mois avant de retrouver, s’il la retrouve, une activité leur permettant de vivre presque décemment. Et j'en oublie.

Bien venue en enfer !

Plus sérieusement.

Mazette ! Quand le Taulier fait bombance, le roi n'est pas son cousin !
L'eau m'en vient à la bouche. J'ai montré ce menu illustré à mon épouse préférée, alléché par cette assiette de bœuf Wagyu avec cette présentation coupée en branchette très appétissante.
Jamais à cour d’idée elle me sort un article de l’Indépendant de ce jour évoquant un article sur « La Rolls » de cochons. Un élevage artisanal de « duroc » et de « mangalica » (5 élévages en tout en France) et nourris et traité à la japonaise pour donner une viande persillée à souhait.
Livraison pour confinés possible.
Donc, à notre tour, miammiam, très prochainement.

Bravo pour le crémant d’Alsace en progression d’année en année tant en marché intérieur qu’à l’export. Pour la petite histoire « Que choisir » fait tous les ans , à Noël, un test comparatif à l’aveugle de champagne brut sans année de grandes et moyennes maisons. Ils mettaient souvent un intrus. Par deux fois, c’est le crémant d’Alsace jouant l’intrus, qui a été préféré.

Ici, P.O. obligent nous sommes à la Blanquette de Limoux

Voilà, c’est fini pour aujourd’hui. Désolé pour la longueur du commentaire, c’est rien que la faute au Taulier qui me prend par les sentiments. Vous savez à qui vous plaindre.

So long’

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents