Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 avril 2020 5 10 /04 /avril /2020 12:00

 

Parlons peu mais parlons masques, hier au soir Envoyé spécial de la controversée Élise Lucet, en a parlé. C’est ICI

 

Je n’ai pas regardé mais ce matin sur Twitter je lis « Avec l'arrivée de Marisol Touraine au ministère de la Santé en 2012 : changement de cap. L'Etat demande aux employeurs, hôpitaux et médecins compris, de constituer leur propre stock de masques. L'essentiel du stock des masques FFP2 est supprimé. » C’est accompagné d’une interview de la dite Marisol Touraine que je ne peux malheureusement pas vous copier ICI 

 

Xavier Bertrand et Marisol Touraine nient être responsables de la pénurie de masques  ICI 

 

Dans une interview accordée dimanche au Parisien, Marisol Touraine, ministre de la Santé pendant le quinquennat Hollande, s’est défendue. « Entre 2012 et 2017, les stocks de masques chirurgicaux ont régulièrement augmenté, et nous les avons reconstitués après les attentats : il y avait 730 millions de masques chirurgicaux en 2012, et 754 millions en 2016 et 2017, affirme-t-elle. Et ce, conformément à la doctrine édictée en 2011 par le Haut conseil de santé publique, qui avait mis la priorité sur les masques chirurgicaux. »

 

« Que certains prétendent qu'il y a pénurie parce que nous n'aurions pas fait ce qu'il fallait, c'est faux », lance l’ex-locataire de Ségur, qui salue par ailleurs « la manière dont Olivier Véran gère cette crise depuis sa nomination ».

 

Marisol Touraine assure qu’il y avait en 2015 environ « 75 millions » de masques FFP2 en stock. « Au-delà des chiffres, ce qui compte c'est d'être capable d'avoir les stocks minimaux indispensables et d'être en capacité de réaction immédiate pour en commander et en produire rapidement au moindre signal annonciateur d'une crise », précise l'ancienne ministre.

 

Question :

 

Si depuis 2012, les hôpitaux et les médecins avaient la responsabilité juridique de constituer leurs propres stocks de masques, pourquoi ne l’ont-ils pas fait ?

 

Bizarrement personne ne pose jamais la question aux patrons d’hôpitaux qui défilent dans les studios tv...

 

Suggestion :

 

Lorsque nous sortiront du confinement je propose, au nom du principe de précaution, que l’on édicte une obligation d’un stock de masques (ad hoc) dans chaque foyer, écoles, lycées, facultés, Ehpad, clubs sportif, associations, entreprises, administrations, pharmacies et bien sûr hôpitaux, cliniques, médecins de ville… J’en oublie mais notre administration tatillonne saura en dresser la liste. Ainsi réparti le portage du coût de cet investissement sera très supportable et mobilisable très facilement.

 

Image

 

Image

Voilà, c’est annoncé, nous sommes confinés pour tout le mois d’avril et le dicton « avril ne te découvre pas d’un fil » est vraiment d’actualité parce que nous allons devoir sortir masqués.

 

Alors, dans ma petite « Ford d’intérieur » je me suis dit : « mon gars, va falloir que tu trouves le moyen de te confectionner un masque vite fait bien fait sur le gaz avec les moyens du bord… »

 

Je me suis donc mis à rousiner dans l’appartement à la recherche d’un contenant car j’avais déjà une petite idée qui me trottait dans la tête. Dans le foutoir de mon bureau je tombe nez à nez avec un petit pochon Brooks en toile avec des liens coulissants, genre petite bourse, bonne base de départ.

 

En effet, mon idée consistait à confiner à l'intérieur de la ouate emmaillotée dans un filtre à café papier  afin de servir de barrière au fichu virus.

 

Exécution.

 

Premier essayage, le prototype avec les liens du pochon noués passés derrière mes lobes d’oreille, pendouille. Il me faut donc trouver un moyen de plaquer mon masque sur le bas de mon visage.

 

 

Cogitation.

 

Plusieurs tentatives avortées avec des liens trop courts.

 

Je farfouille et trouve un beau lacet blanc dans un tiroir.

 

Comment l’arrimer au bas du masque ?

 

Je farfouille à nouveau : épingles à nourrice et épingles d’étiquettes de vêtements récupérées sans trop savoir que serait leur usage.

 

Action.

 

Prototype 2 et 3, j’ajuste, je modèle pour donner à mon masque une allure ne l’assimilant pas à celle de l’abominable Hannibal Lecter, même si je suis un fan de Jack Nicholson.

 

 

Mission accomplie.

 

 

Le masque n’est pas à usage unique, je peux laver le pochon et changer à volonté le contenu : filtre à café bourré de ouate.

 

 

Le coronavirus a emporté l'une des figures du Parti communiste. Liliane Marchais, veuve de l'ancien secrétaire général du Parti communiste Georges Marchais, est morte jeudi du coronavirus dans un Ehpad, à l'âge de 84 ans, a annoncé le député PCF du Nord Fabien Roussel. Née en 1935 à Malakoff (Hauts-de-Seine), elle avait adhéré au Parti communiste en 1952 et à la CGT en 1953.

 

Image

 

La place des Petits-Pères est une place du 2e arrondissement de Paris. Le nom de la place garde la mémoire du couvent d'Augustins qui s'étendait tout autour et dont l'emprise correspond à l'ancienne cour. Les Augustins étaient appelés les « Petits-Pères ».

 

Image

 

Coronavirus : les masques des Tricots Saint-James homologués par la direction générale de l'armement

 

Coeur-9054.JPG

 

Le prototype de masque lavable de l'entreprise textile manchoise les Tricots Saint-James a été homologué par la direction générale de l'armement, rapporte ce mercredi France Bleu Cotentin. L’annonce provient du groupe hospitalier Mont Saint-Michel dans un communiqué. Dès cette semaine, près de 3 000 de ces masques Tricots Saint-James seront livrés dans les hôpitaux et les Ehpad du Sud-Manche. Ces modèles permettront d'équiper "les professionnels les moins exposés", notamment les services administratifs ou techniques de support, et de "libérer ainsi les masques offrant la plus grande protection pour les soignants en première ligne", précise le groupe hospitalier Mont Saint-Michel.

 

J’ai une relation privilégiée avec Saint-James

23 octobre 2012

Le Taulier bien avant Montebourg s’exhibait en marinière Made in France même que c’était une Saint-James  ICI 

Photo729.jpg

 

En réponse à cette chronique je reçus ce courrier du Président de Saint-James

 

Cher Monsieur,

 

Veuillez, tout d’abord, m’excuser de réagir quelque peu tardivement, après l’envoi de l’article posté sur votre blog le 23 octobre, dont j’ai eu connaissance par vous directement et même par l’Argus de la Presse. C’est dire si le contenu de votre blog connaît une certaine audience...

 

Cette frénésie médiatique, ayant suivi la parution du Parisien Magazine avec, en couverture, notre Ministre du Redressement Productif en marinière, s’est déclenchée alors même que je m’envolais vers l’Asie, pour rencontrer nos Partenaires dans cette zone, assurant la promotion des vêtements SAINT-JAMES, notamment les marinières « Made in France ».

 

A mon retour, j’ai pris la mesure de l’ampleur du phénomène et de cette promotion quelque peu déloyale, de la part d'un Ministre, pour la marinière de notre Collègue finistérien, et du Journaliste du Parisien lui-même alors que, dans son article, il précisait pourtant bien « Même absence d’étiquetage (d’origine) chez LACOSTE, ARMOR LUX ou le spécialiste du sous-vêtement EMINENCE ».

 

Par votre article sur votre blog, vous avez pris avec humour le contre-pied en parlant beaucoup de notre Société et je voulais vous en exprimer toute ma gratitude. Je vous suis reconnaissant d’avoir dit tout le bien que vous pensez d’elle.

 

Tous mes compliments, également, pour votre photo. Je n’ai pas manqué de remarquer la couleur de votre bracelet en parfaite harmonie avec la rayure de votre tee-shirt SAINT-JAMES.

 

A l’approche de l’hiver, merci de me donner votre taille (S, M, L, XL ou XXL) ; je me ferai un plaisir, au nom de notre Entreprise, de vous offrir un modèle SAINT-JAMES pure laine, au savoir-faire également reconnu de notre Maison.

 

Vous remerciant de votre aimable attention, je vous prie d’agréer, cher Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués.

 

Le Président,

Yannick DUVAL

 

La classe quoi !

 

Dépôt de masques commandés par le service des armées français à une usine chinoise. Marolles, 30 mars 2020. — © THOMAS PAUDELEUX/AFP

 

La guerre des masques, l’autre «débâcle» française

 

OPINION. Que la France paie cher aujourd’hui, comme la Suisse, l’absence de stocks stratégiques de masques est une question qui devra être élucidée après la crise. Que les autorités françaises bataillent entre elles pour passer de nouvelles commandes est par contre déplorable, tant ces divisions ressuscitent le fantôme d’une autre débâcle…

 

Richard Werly Publié mercredi 8 avril 2020

 

Un état-major aveuglé par ses convictions d’un autre âge. Des divisions qui opèrent sans communiquer les unes avec les autres. Un ennemi bien plus rapide et redoutable qu’on ne le pensait. Un exode d’une partie de la population urbaine vers la campagne. Et, dans le feu de l’action, une incapacité fatidique des élites à s’unir… jusqu’à l’inéluctable défaite et à la partition de l’Hexagone.

 

Pardon de ces parallèles historiques, bien trop faciles en ces temps d’épidémie. La progression du Covid 19, qui a déjà causé plus de 10 000 morts en France, n’est en rien comparable avec celle des troupes nazies de mai-juin 1940, soit il y a tout juste 80 ans. Mais regardez le vocabulaire employé dans les médias, par les politiques et par les scientifiques français depuis le début de cette crise, d’emblée qualifiée de «guerre» par Emmanuel Macron. Essayez, comme moi, de comprendre pourquoi l’Etat, les régions, voire les municipalités commandent – apparemment sans se coordonner – des masques à l’autre bout du monde, quitte à se faire dépouiller de leurs cargaisons sur les tarmacs des aéroports chinois. Lisez, dans l’excellente rubrique «Check News» de Libération, le récit ahurissant des masques commandés par la région Bourgogne-Franche-Comté (frontalière de la Suisse) que le gouvernement a décidé de réquisitionner. «Avant même que l’avion arrive, l’armée était sur place. L’Etat a pris ses masques, on ne savait pas lesquels, ni combien. […] De nouveau, on a vu passer nos masques sous le nez. Cela sans aucune concertation, ni information», s’indigne la présidente de la région.

 

La résistance du système

 

Tentez aussi, comme je le fais depuis des jours, de comprendre qui centralise, au niveau national en France, les achats de ces équipements décisifs. Et qui, sur le terrain, opère ces commandes… Vous me direz alors si, comme c’est le cas pour moi, cette impression de «débâcle» ne finit pas tout de même par s’imposer… La vérité est que la France offre, ces jours-ci, une réalité contradictoire. Sur le front sanitaire et médical, comme ailleurs en Europe, le dévouement de son personnel soignant et de ceux qui l’accompagnent (administration, mais aussi élus, hauts fonctionnaires, pharmaciens…) est admirable. La résistance du système de santé, mise à l’épreuve par le virus, témoigne du dévouement de toutes ces catégories, tout en révélant l’ampleur des erreurs commises dans le passé dans la gestion et la restructuration des hôpitaux.

 

L’inefficacité présumée de l’administration centrale nourrit l’ire des collectivités locales

 

Mais que dire des autres fronts? Les polémiques s’ensuivent et se ressemblent. L’hydroxyde de chloroquine est devenue un anathème qui justifie l'excommunication. La surveillance policière, de plus en plus étroite compte tenu de la prolifération des comportements problématiques en période de confinement, vire à la pluie d’amendes. Avec, pour chacun, son bouc émissaire: les confinés indociles sont accusés publiquement par le préfet de police de Paris de submerger les services de réanimation, l’inefficacité présumée de l’administration centrale nourrit l’ire des collectivités locales. Chacun y va de son procès et de ses listes noires.

 

Le poison des règlements de comptes

 

Le pire est que, pendant ce temps, quantité d’énergies se perdent. Des intermédiaires français fiables basés en Chine ou à Taïwan ne comprennent pas pourquoi leurs propositions d’aide et d’assistance sont refoulées sans réponse au seuil des ambassades et de l’agence Santé Publique France, tandis que d’autres pays – comme l’Allemagne ou la Suède – font dans l’urgence appel à eux. Des initiatives privées fleurissent, comme celle de Masks4France qui propose de soutenir les soignants et le secteur – aussi exposé que démuni – de la protection à l’enfance. Combien sommes-nous à être ainsi déboussolés, inquiets et ahuris devant cette incapacité à présenter face au Covid-19 un front commun, transparent, pragmatique, où l’esprit critique et la confiance demeureraient sans alimenter le poison des divisions et des règlements de comptes? L’historien Marc Bloch disséqua, dans un manuscrit écrit sous l’occupation et publié en 1946, le venin de l'«étrange défaite» de son pays. Cette guerre française contre l’épidémie, 80 ans plus tard, est, elle aussi, sacrément «étrange».

 

Image

 

Décès de Christian Bonnet qui était Ministre de l’Agriculture lorsque je rejoignis, suite à mon service national, le Ministère de l’Agriculture, ce qui me valut de faire une mission itinérante sur l’aviculture bretonne où j’ai beaucoup appris sur le hors-sol, l’élevage en batteries, à partir de ces jours je n’ai plus consommé de dinde.

17 mars 2006

CV sans photo ICI 

Si le cœur vous en dit vous pouvez lire : 21 octobre 2006

 

Maman ICI  

 

C'était une fille Gravouil, l'aînée de six enfants, qui aurait bien aimée, elle qui avait "l'orthographe naturelle", être institutrice. Elle fera son apprentissage de couturière. Et puis, elle rencontrera un beau gars de St Georges de Pointindoux, Arsène Berthomeau. A dix-huit ans un mariage d'amour : ils étaient beaux et avaient fière allure sur leur photo de mariés (un jour lorsque je serai doué je vous la scannerai).

Les ventes de champagne s’effondrent, celles de cubis de vin explosent en GD ICI

 

Mercredi 08 avril 2020 par Alexandre Abellan

Montauban, 1940: capitale de l'Exode - ladepeche.fr

"L’exode vers le littoral appuie les ventes de cubis de vins"

Partager cet article

Repost0

commentaires

Cours de dégustation du vin à Paris 10/04/2020 14:10

En tout cas le virus stimule la créativité pour la survie.

XAVIER VALENTIN 10/04/2020 13:22

BRAVO LES TONTONS !!

pax 10/04/2020 12:33

Avec une voisine couturière noue avons aussi bricolé des masques. Question et appel au peuple. comment fait on pour concilier port d'un masque bricolé sans souffrir le martyr pour une adhérence parfaite et le production de buée sur les lunettes si l'adhérence est supportable .

Pour le reste et plus sérieusement :
Fini de s’amuser. Ne perdons pas notre temps à nous mêler d’une actualité qui ne sait où donner de la tête. Ecoutons Cioran quand il nous dit que le sage ne devrait pas plus se préoccuper de l’actualité que l’astronome d’un potin. (De mémoire)
Les commentaires de pax s’attacheront à être le plus sérieux possible.
Reprenons par exemple cette chronique ou apparaissaient trois cigognes pour tenir compagnie à la mystérieuse grenouille et la non moins mystérieuse oie ( blanche ?)
Pourquoi trois, ce n’est pas le compte. ? Ecoutez voir cette charade et vous comprendrez le sérieux du commentaire.
Mon premier est un gendarme qui rentre en Alsace.
Mon deuxième est un gendarme qui rentre en Alsace.
Mon troisième est un gendarme qui rentre en Alsace.
Mon quatrième est un gendarme qui rentre en Alsace.
Mon cinquième est un gendarme qui rentre en Alsace.
Mon sixième est un gendarme qui rentre en Alsace.
Mon tout est une chanson populaire du Grand Est.
Ne tourner pas votre ordi ou votre tablette pour lire la solution. La voilà en claire.

Les six cognes rentrent en Alsace ( avec l’accent je vous prie )

Wouarf wouarf non ?

P.S. Tout bas et en tout petit. Dis moi cher Taulier, ce ne serait pas plutôt Anthony Hopkins ? aurais je loupé une marche ?

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents