Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 avril 2020 4 09 /04 /avril /2020 12:00

 

En cet étrange moment d’isolement, dit de confinement, où, pour suivre à la lettre les instructions des gouvernants, je pratique la distanciation sociale, alors que sur les écrans et les réseaux sociaux tout ce notre vieux pays compte « d’experts », de charlatans, d’augures de salon, de politiques en mal de revanche, de vieilles raclures astiquant leur fonds de commerce, de cons tout court, glaviottent jusqu’à plus soif, nous saoulent, nous noient dans leurs diarrhée verbale, moi, déjà classé dans la catégorie des inutiles, je me pose la question de mon utilité sociale.

 

La seule réponse que j’ai trouvé, à la lumière de cette expérience de confiné, est d’une simplicité biblique : je peux vivre de peux et, dès que la pandémie sera derrière nous, je lubrifierai, avec les sous de ma retraite, plus encore qu’avant, les rouages de la vie de ceux qui font, les actifs comme disent les gars de l’INSEE.

 

Voilà c’est dit.

 

Deux mots encore, pour avoir vécu, pour cause de gamelle, des jours douloureux sur un lit d’hôpital, en soins intensifs, je n’ai nul besoin de taper sur une gamelle pour reconnaître l’utilité sociale de la cohorte des soignants et souhaiter voir celle-ci reconnue sur leur fiche de paie ( attention, même si comparaison n’est pas raison, la hiérarchie hospitalière a un goût de hiérarchie militaire avec son état-major, plutôt bien soigné, ses fantassins envoyés au front sans forcément l’équipement nécessaire et le salaire ad hoc, et bien sûr, la cohorte des bureaucrates, bien au chaud, gardiens pointilleux des normes et des ratios. Revoir la copie de notre Santé Publique ne passera pas seulement par une injection massive de moyens mais aussi par deux vecteurs : autonomie et responsabilité (celle-ci s’applique aussi aux patients ignorants du coût des soins pratiqués, tout n’est pas un dû)

 

Enfin, en restant pudique, le malheur n’arrive pas qu’aux autres, j’en ai ma part au plus près d’un être cher à mon cœur de père.

 

Désolé pour ce prêche, passons à un peu de douceur :

 

  • Les premières clochettes sur le balcon, y’a plus de saisons.

 

​​​​​​​

  • Mes mains dans la farine : érection d’une tarte aux pommes.

 

 

Coronavirus: pénurie de farine ou paradoxe économique? ICI

 

Pour mieux alimenter mon fonds de nouvelles je viens de m’abonner à Ouest-France.

 

 

Voilà pourquoi le beurre breton est salé ! Par Y.Boelle

 

Image

 

Gilles Babinet @babgi

Si certains veulent régler leurs comptes avec les politiques en sortie de crise, la question de l'Etat profond, du silo administratif comme entrave lors de cette crise devrait se poser crûment.

 

Image Image

Nos cartoonistes ont du talent

Image Image Image Image

Comté, Mont d'or, Morbier, Bleu : les volumes de fromages sont désormais limités ICI 

 

Branle-bas de combat dans la filière comté. A l'issue de trois conseils d'administration en cinq jours, organisés en visioconférence avec les 16 membres de ses quatre collèges, l'interprofession du fromage du massif jurassien a décidé de mesures exceptionnelles pour passer le cap difficile de la crise du coronavirus. Avec l'arrêt brutal de la restauration hors domicile et les chutes des ventes à l'export (environ 10 % des 610 millions d'euros de chiffres d'affaires en 2019), les ventes se sont effondrées de 20 %, indique le Comité interprofessionnel de gestion du comté (CIGC).

 

On n'arrête pas la production de la première AOC fromagère française d'un claquement de doigts. En ce début de printemps, les montbéliardes qui produisent le lait à comté s'apprêtent à passer du foin à l'herbe verte des pâturages, ce qui augmente la qualité mais aussi le volume de lactation. Mais à l'autre bout de la chaîne, les problèmes de stockage puis de qualité du produit vont vite se poser pour les meules qui ne peuvent être gardées indéfiniment. D'où la décision exceptionnelle de diminuer la production de 8 % pour les mois d'avril, mai et juin, sur la base des volumes de 2019 (68.000 tonnes de fromage au total).

 

fromage comté fruitière

 

Baisse de la production laitière ICI 

 

Les syndicats d'accord sur le fond mais divergent sur la forme

 06/04/2020 | par  Delphine Jeanne |  Terre-net Média

 

Avec la crise liée au Covid-19, la production laitière fait face à la disparition d'un certain nombre de ses débouchés. Beaucoup de laiteries ont, en conséquence, appelé les éleveurs à réduire la production, une demande également formulée par les principaux syndicats agricoles, qui divergent cependant sur les moyens à mettre en œuvre pour y parvenir.

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 09/04/2020 13:41

Mais si, mais si cela vaut la peine que tu te décarcasses et mette tes mains dans la farine mon bon Taulier. Les illustrations comiques que tu nous proposes sont attendues avec curiosité et obtiennent l'effet attendu de nous détourner du fatras médiatique en toc que l'on trouve partout.Tes recettes également sont les biens venues et je me suis régalé * avec celle des coquillettes, nouilles par trop oubliées et remplacées par un engouement parfois un peu exagéré pour les pâtes italiennes.
Allons, tu ne peux reprocher, une lecture assidue de la presse ( mais pas n'importe quel journal) et toi même nous annoncer t'abonner à un nouveau titre.
En revanche, je me permets d'être d'accord avec la distance prise d'avec les manifestations balconnières. Je ne suis pas sociologue ni psychologue mais il faudra un jour qu'on m'explique à quoi jouent les gens quand surviennent des manifestations, l'histoire le démontre, qui sont, sans suite. L'enthousiasme disparaissant comme l'eau dans un oued. Que ce soit " Touche pas à mon pote" de 1985 à " Je suis Charlie " de 2015 sans parler des marches blanches , etc; etc. Qu'est ce que cela a changé dans la mentalité, dans le comportement et dans la vie des gens ?
Il y a peut être quelque chose à creuser comme cette observation qui caractérise notre bon peuple de France. Tu demandes aux français de descendre dans la rue, personne ne bouge. Tu les confines ils sont tous dehors !
* pour ceux qui seraient intéressés par la réalisation de cette recette aux coquillettes sachez que le soja est indispensable.Mon épouse préférée ne l'avait pas ajouté . A un moment je lui ai demandé si elle n'avait oublié le tour du moulin à poivre parce que cela semblait un peu fade.
Et voili et voila

Wset à distance niveau 2 et 3 09/04/2020 13:34

C'est en ces moments de confinement qu'on se rend compte de l'importance de certaines choses qui nous semblaient banales.

pax 09/04/2020 12:46

« Non je ne me tairais pas ! »
Esaïe 62.11
Jean Jaurès
Margareth Oelkers
Jean Anouilh (Antigone)
François Ruffin
Pax

Plus les jours passent et plus la presse évoque des énormités relatives au comportement de notre impuissance publique. Ce n’est pas faute d’avoir été alertée, de longue date et jusqu’à la veille de la découverte que « cette grippe d’un nouveau genre » était en fait la pandémie annoncée par d’autres que de simples auteurs de science fiction.
Ils me font penser à cette parabole de Nietzsche. Il raconte l’histoire de ce directeur de théâtre qui, en scène, annonce à la salle que le théâtre est en feu. Il déclenche un immense éclat de rire et forts applaudissements. Il insiste sur le sérieux de l’annonce et là, c’est du délire. C’est des tonnerres d’applaudissement et des ovations à n’en plus finir. Pour les spectateurs il s’agissait d’un intermède faisait partie du spectacle !
Notre président qui joue dans la catégorie des amateurs ne pouvait ignorer et déplorer, quand il était ministre, que les notes de ses services n’étaient pas lues par ceux à qui elles étaient destinées. En tant que président, il aurait du s’en souvenir et en tenir compte puisqu’un nouveau monde, grâce à lui, allait rénover la France.

On lit, par ailleurs, que l’Europe est incapable de s’unir, au plus chaud de la pandémie, pour s’entendre sur les mesures à prendre pour limiter la casse économique annoncée et redoutée.
Et on voudrait nous faire croire que tout va changer une fois la pandémie terminée et que chacun retrouvera ses petits égoïsmes ?
On ne peut que souscrire au souhait d’Amoz Oz « Nous devrions bâtir un monde polyphonique, plutôt qu’une cacophonie d’Etats égoïstes et séparés » et déplorer qu’il n’en soit rien.

JACQUES BERTHOMEAU 09/04/2020 12:55

ce n'est pas la peine que je me décarcasse à mettre les mains dans la farine, ça permet de ne pas se laisser emporter par le flux médiatique, l'impuissance publique est la nôtre...

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents