Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 décembre 2019 6 28 /12 /décembre /2019 06:00

Résultat de recherche d'images pour "photo d'Aylan"

Session de rattrapage : 28 décembre 2016

Le massacre des Saints innocents le 28 décembre…

 

Un seul commentaire, celui d’un pays :

 

Aucune description de photo disponible.

Ce "golfe du Morbihan" en prélude de la publication
de mon roman du début de l'année: "Les femmes du Duer"

 

A la lecture de cet article, me vient deux anecdotes. Lorsque nous autres en voie de paganisme nous mettions en doute et en question la bonté de Dieu face aux misères du monde, à la guerre ou à la mort, ma très chère mère, avec sa foi chevillée au corps, nous assurait sans hésiter que "le bon Dieu punit ceux qu'il aime"... ça ne passait pas ma comprenoire cartésienne et j'en suis là.. Deuxième fait: au fond du chœur de l'église de La Mothe, lieu des ébats liturgiques de notre taulier, à droite, un vitrail, tout en hauteur, représente une scène de martyre. Un homme agenouillé sur un carrelage attend la décapitation qu'un métèque, debout derrière lui, lui promet en brandissant un cimeterre... Ceux de la laïque, dont j'étais, allaient au catéchisme le mardi midi de midi à midi et demi. Intrigué et tourmenté par cette scène atro ce, du haut de mes 9 ans (1952), je demandai au curé ce que cela représentait. Réponse: " On verra ça plus tard, vous êtes trop petits pour comprendre..." Nous étions innocents, je le suis resté, je n'ai jamais eu l'explication de ce vitrail !

 

Voici l’histoire :

 

« Les mages vinrent à Jérusalem, s’informant de la naissance du nouveau roi que leur annonçaient les présages. Et Hérode, en les entendant, craignit que, de la famille des vrais rois de Judée, un enfant ne fût né qui pourrait le chasser comme usurpateur. Il demanda donc aux rois mages de venir lui signaler l’enfant royal dès qu’ils l’auraient trouvé, feignant de vouloir adorer celui qu’en réalité il se proposait de tuer.

 

Mais les mages s’en retournèrent dans leur pays par une autre route. Et Hérode, ne les voyant pas revenir, crut que, honteux d’avoir été trompés par l’étoile, ils s’en étaient retournés sans oser le revoir ; et, là-dessus, il renonça à s’enquérir de l’enfant. Pourtant, quand il apprit ce qu’avaient dit les bergers et ce qu’avaient prophétisé Siméon et Anne, toute sa peur le reprit, et il résolut de faire massacrer tous les enfants de Bethléem, de façon que l’enfant inconnu dont il avait peur pérît à coup sûr.

 

Mais Joseph, averti par un ange, s’enfuit avec l’enfant et la mère en Égypte, dans la ville d’Hermopolis, et y resta sept ans, jusqu’à la mort d’Hérode. Et Cassiodore nous dit, dans son Histoire tripartite, qu’on peut voir à Hermopolis, en Thébaïde, un arbre de l’espèce des persides, qui guérit les maladies, si l’on applique sur le cou des malades un de ses fruits, ou une de ses feuilles, ou une partie de son écorce. Cet arbre, lorsque la sainte Vierge fuyait en Égypte avec son fils, s’est incliné jusqu’à terre, et a pieusement adoré le Christ. »

 

St Augustin dépeint la scène : « Les mères s’arrachaient les cheveux ; elles voulaient cacher leurs petits-enfants, mais ces tendres créatures se trahissaient elles-mêmes ; elles ne savaient pas se taire, n’ayant pas appris à craindre. C’était un combat entre la mère et le bourreau ; l’un saisissait violemment sa proie, l’autre la retenait avec effort. La mère disait au bourreau : « Moi, te livrer mon enfant ! Mes entrailles lui ont donné la vie, et tu veux le briser contre la terre ! » Une autre mère s’écriait : « Cruel, s’il y a une coupable, c’est moi ! Ou bien épargne mon fils, ou bien tue-moi avec lui ! » Une voix se faisait entendre : « Qui cherchez-vous ? Vous tuez une multitude d’enfants pour vous débarrasser d’un seul, et Celui que vous cherchez vous échappe ! » Et tandis que les cris des femmes formaient un mélange confus, le sacrifice des petits enfants était agréé du Ciel. »

 

Jean, dans l'Apocalypse, montre les Saints Innocents entourant le trône de l’Agneau parce qu’ils sont purs, et Le suivant partout où Il va. « Demanderez-vous, dit Bernard de Clairvaux, pour quels mérites ces enfants ont été couronnés de la main de Dieu ? Demandez plutôt à Hérode pour quels crimes ils ont été cruellement massacrés. La bonté du Sauveur sera-t-elle vaincue par la barbarie d’Hérode ? Ce roi impie a pu mettre à mort des enfants innocents, et Jésus-Christ ne pourrait pas donner la vie éternelle à ceux qui ne sont morts qu’à cause de Lui ? Les yeux de l’homme ou de l’ange ne découvrent aucun mérite dans ces tendres créatures ; mais la grâce divine s’est plu à les enrichir. » L’Église a établi leur fête dès le IIe siècle.

 

Source ICI 

 

Image associée

 

Ceux qui suivent sur ce blog les pérégrinations de Pax savent qu’il est friand d’expositions, de hauts lieux de l’art.

 

Alors, si j’osais, je conclurais en lui lançant : « Pax au tableau, parlez-nous des Fresques de l'église San Francesco à Assise ! »

 

Mais, en dépit de l’extrême courtoisie qui à nos relations, je me permets pas une telle trivialité…

 

 C’est ICI

 

Giotto a commencé son apprentissage auprès Cimabue entre dix et quatorze ans. Un voyage à Rome a probablement complété la formation du jeune peintre, après quoi il a suivi son maître sur le plus grand « chantier » en Italie de l’époque, l'église Saint François à Assise.

 

Giotto : Vue de l’église Saint François realisée en 1228. Assise, couvent Saint François

 

Cimabue est en charge de la décoration de l’église supérieure, nouvellement érigée. Lorsqu’il quitte Assise pour s'acquitter d'autres obligations, plusieurs de ses assistants et journaliers, dont Giotto, restent sur le chantier. Au même moment arrivent des peintres romains, dirigée par Jacopo Torriti : ainsi plusieurs groupes travaillent les uns à côté des autres. Rapidement la personnalité de Giotto et la qualité de son travail se dégagent et il devient indépendant. Les Franciscains lui demandent rapidement de devenir le maître d’oeuvre du chantier de décoration.

 

Le sanctuaire Saint François à Assise se compose de deux églises superposées, l’église inférieure et l’église supérieure. La première pierre de l’église inférieure est posée par le pape Grégoire IX, au lendemain de la canonisation de saint François, le 17 juillet 1228. Deux ans plus tard, le corps du saint, déposé provisoirement dans l'église San Giorgio est inhumé dans la basilique en secret, par crainte des pillages et des profanateurs de tombes, l’église étant. La date du début des travaux de l’église supérieure n’est pas connue mais le chantier a probablement débuté après la retraite en 1239du supérieur de l’ordre et successeur de saint François, Frère Elia, qui avait jusque-là réalisé des travaux de la basilique romane inférieure. Les deux églises sont consacrées par le pape Innocent IV en 1253.

 

Giotto : Eglise inférieure Saint François d’Assise : vue depuis l’ouest sur le chœur

 

2.1.1. Fresques du transept nord

 

La voûte du transept nord est décorée de fresques représentant des scènes de la vie du Christ. La paternité directe de Giotto en est très débattue : ces scènes ont probablement été exécutées par son atelier, mais sous la direction du maître. Un chef-d’œuvre de Cimabue, la Vierge trônant avec l'Enfant (Maesta) a été épargnée par Giotto et maintenu en place.

 

ICI

 

Image associée

Le massacre des Innocents. 1310s. Fresque. Assise, église inférieure Saint François, transept nord

Poussin, Picasso, Bacon, Le Massacre des Innocents au Domaine de Chantilly ICI

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 28/12/2019 09:20

Le Taulier est trop bon. On ne prête qu’aux riches, c’est bien connu. Mais en l’occurrence, c’est bourse plate. Ma prédilection pour la peinture commence avec l’art moderne, qui, un peu arbitrairement est daté de 1863 avec la mort de Delacroix laissant la place à l’impressionnisme. Certes, l’école de Barbizon du début du XIX éme siècle retient aussi, un peu, mon attention et tous ces peintres annonçant la peinture moderne.
Si j’accroche avec un tableau ancien,c’est pour d’autres raisons. Ainsi « L’homme au casque d’or » chef d’œuvre autrefois attribué à Rembrandt et aujourd’hui totalement dévalué depuis que les « experts » en œuvres d’art ont réussi à démontrer , en 1986, qu’il n’était pas de la main du maître et ne provenait que de son atelier. Il est relégué, à présent, dans une salle du musée de Dalhem à Berlin, en bas de la cimaise, derrière une porte. Du moins, c’est là qu’il était la dernière fois que je l’ai vu. Il en des esthètes comme des buveurs d’étiquettes. On n’admire ce qu’on vous dit d’admirer. Point barre.
Ainsi également « La vierge de Lucques » de Van Eyck. Ce tableau est évoqué par Rilke dans un curieux petit texte : « Le testament ». Un soir de spleen Baudelairien, il contemple une reproduction du tableau ou l’on voit, posées sur le rebord de la fenêtre à gauche du tableau, deux petites pommes. Soudain, il avoue ne pas se souhaiter plus de destin, non pas plus que ces deux pommes mais comme simplement, l’ombre de ces deux pommes. Bouleversant.
Lors d’un récent voyage à Angers j’ai été amené à voir la Grande Tapisserie médiévale illustrant l’Apocalypse de Saint Jean exposé dans une salle spéciale du château. Cela ne pas fait grande impression, hors le fait qu’elle fasse cent mètres de long et plusieurs de haut, que ce soit un miracle qu’elle ait survécu aux vicissitudes de l’histoire etc. Plouf, choux blanc, rien.
Désolé mon Bon Taulier. Tu sais que ma graphomanie me fait saisir toute perche que tu me tends mais là, niente !
Par ailleurs, une fois de plus, chapeau pour ton sens de la pertinence. Illustrer une chronique, sans mot dire, sur le massacre des Saints Innocents, avec la photo de corps de ce petit migrant rejeté par mer et écoué sur une plage, faut le faire. Et dire que cela n’a rien changé ! Est ce ainsi que les hommes vivent…

Aredius44 28/12/2019 09:11

Merci ! j'ai ma lecture quotidienne quand je suis à Nantes.
Je lis aussi Le Populaire du Centre qui a existé avant celui de Paris. Et j'y lis sur le cul noir
https://www.lepopulaire.fr/saint-yrieix-la-perche-87500/actualites/ils-disent-vouloir-travailler-au-service-du-gout-en-simposant-des-criteres-stricts_13713408/

Quant à la petite mer, quel plaisir le 25 décembre !
http://lefenetrou.blogspot.com/2019/12/larmor-baden-le-passage-du-gois-pour.html
Les huîtres y sont locale et délicieuses.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents