Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 décembre 2019 4 05 /12 /décembre /2019 06:00

Résultat de recherche d'images pour "Affiche janvier sans alcool""

La France est belle comme une mayonnaise réussie !

 

Résultat de recherche d'images pour "livre sur la mayonnaise""

 

Tu prends les mêmes ingrédients : d’abord bien sûr les dignes et purs, ou presque, les conflits d’intérêts de ramassent à la pelle comme les feuilles mortes, défenseurs de notre Santé, perfusés d’argent public, ensuite les indispensables, les inégalables affreux jojos pourvoyeurs d’alcoolos, dénommés commodément : lobbies alcooliers.

 

Tu les places sur la place publique et, tu fais monter la mayonnaise, même pas besoin d’un bon tour de main.

 

Comme la loi Evin ne fait plus recette voilà t’y pas que nos grands communicants de la Santé Publique sont allé chercher dans les fonds de tiroir de nos voisins britanniques un truc qui selon eux pète le feu : « A l’instar du concept britannique, lancé en 2013 par l’association Alcohol Change UK, ces associations invitent à relever « le défi de janvier », et à faire une pause d’un mois sans alcool, afin d’en « ressentir les bienfaits » et de se questionner sur sa propre consommation. Une sorte de bonne résolution pour bien démarrer l’année, de détox après la période de fin d’année.

 

Les associations s’appuient sur des expériences qui fonctionnent depuis plusieurs années dans le monde. Quatre millions de personnes ont relevé le défi du Dry January britannique en 2019, ils n’étaient que 4 000 la première année. En Belgique, en février 2020, ce sera la quatrième édition de la Tournée minérale, qui avait compté plus de 120 000 participants un an auparavant. »

 

Teint plus frais, meilleur sommeil, économies... nous disent-ils.

 

Combien ça coûte ce joujou ?

 

Pour quels résultats ?

 

J’ai osé écrire que ce n’était qu’un gadget de plus le 22 novembre 2019

À qui fera-t-on croire que c’est avec un gadget du type Janvier sans alcool que l’on fera reculer l’alcoolisme ? ICI 

 

Vous imaginez un addict à l’alcool  se ruer sur son clavier pour bénéficier de messages de soutien, de conseils et d’astuces pour se sortir de son alcoolisme ?

 

C’est grotesque !

 

D’ailleurs pourquoi ce site n’existerait que pour un mois ?

 

La lutte contre l’alcoolisme doit être permanente, proche des populations à risques qui ne sont guère sensibles aux campagnes de ce type, c’est une vision des gens d’en haut déconnectés des réalités sociales.

 

Enfer et damnation que n’avais-je écrit, sur les réseaux sociaux les bonnes âmes de la Santé Publique, me tombèrent dessus comme la vérole sur le bas-clergé, me clouèrent sur la croix avant de m’exhiber au pilori.

 

Bien évidemment, ces militants d’une cause qui est bonne se gardaient bien de mettre en avant ma volée de bois vert à leurs adversaires.

 

« Du côté des gens du vin, les réactions violentes m’étonnent tout autant, outre qu’elles accréditent l’existence d’un lobby hostile aux politiques de santé publique, main dans la main avec les grands groupes alcooliers, elles nous prennent, nous, les buveurs que je qualifierais, non pas de responsables, mais de citoyens soucieux de leur santé, de leur bien-être, pour des incapables. »

 

Mauvais citoyen, complice de ceux qui incitent notre belle jeunesse à la débauche, je me mettais en travers de tous ces aidants qui viennent au secours des addicts à l’alcool, j’en passe et des meilleures.

 

Désolé, comme je l’indiquais dans ma chronique je suis un militant de l’antialcoolisme mais je n’ai guère d’empathie pour les zinzins qui disent leur porter secours.
 

Toutes ces injonctions publiques ou privées, ces mois de ceci, mois de cela, black Friday, soit pour acheter des trucs ou des machins, ou pour ne pas boire, ne pas sortir sans cache-nez, se faire vacciner, dire bonjour à ses voisins, signer des pétitions en ligne, du prêt à penser, du prêt à agir, nous infantilisant, des jamais contents, des victimes…

 

Résultat de recherche d'images pour "« First Berthomeau, now it’s plan B » photos""

 

Je persiste et je signe dans mon analyse mais, et c’est un gros MAIS, je suis pour que  ces bonnes âmes fassent l’expérience de leur fameux « Dry January » pour qu’une expertise indépendante fasse ensuite une évaluation de son efficacité.

 

Allez notre Macron fais-leur plaisir !

 

« France Assos Santé, qui regroupe 85 associations de patients et usagers, veut encore y croire. Dans un communiqué, lundi 2 décembre, intitulé « Monsieur le Président, clarifiez votre position », elle appelle Emmanuel Macron à dissiper cet « affreux malentendu » et demande que « ce soit bien à l’agenda de janvier 2020 ». En attendant, France Assos Santé soutient le Dry January à la française. »

 

Comme c’est avec un petit bout de mes ronds je suis en droit de le demander même si je pense que ça équivaut à pisser dans un violon.

 

Mention spéciale au Journal Le Monde qui, tout en pissant de la copie, via ses deux chroniqueuses patentées, et un chouïa stipendiées, à boire du champagne pour les fêtes de fin d’année, enfourchent vaillamment la noble cause du « Dry January »

 

Pochtronne toi en décembre et sois sobre en janvier, bande d’hypocrites !

 

Alcool : le défi du « janvier sec » lancé « malgré les efforts du lobby alcoolier et la pression de l’Elysée»

 

Les associations de promotion de la santé font valoir les bienfaits d’initiatives similaires au Royaume-Uni et en Belgique.

Par Pascale Santi

 

Les associations d’addictologie et de promotion de la santé, dont notamment la Fédération Addiction, Aides, la Ligue contre le cancer… ne baissent pas les bras, loin de là. Elles ont annoncé dans un communiqué commun, mardi 3 décembre, qu’« il y aura bien » une campagne de « Dry January » en France, « malgré les efforts du lobby alcoolier, malgré l’annulation, sous pression de l’Elysée, de l’opération “Mois sans alcool” initialement prévue par Santé publique France ».

 

France Assos Santé, qui regroupe 85 associations de patients et usagers, veut encore y croire. Dans un communiqué, lundi 2 décembre, intitulé « Monsieur le Président, clarifiez votre position », elle appelle Emmanuel Macron à dissiper cet « affreux malentendu » et demande que « ce soit bien à l’agenda de janvier 2020 ». En attendant, France Assos Santé soutient le Dry January à la française.

 

A l’instar du concept britannique, lancé en 2013 par l’association Alcohol Change UK, ces associations invitent à relever « le défi de janvier », et à faire une pause d’un mois sans alcool, afin d’en « ressentir les bienfaits » et de se questionner sur sa propre consommation. Une sorte de bonne résolution pour bien démarrer l’année, de détox après la période de fin d’année.

 

Teint plus frais, meilleur sommeil, économies...

 

Les associations s’appuient sur des expériences qui fonctionnent depuis plusieurs années dans le monde. Quatre millions de personnes ont relevé le défi du Dry January britannique en 2019, ils n’étaient que 4 000 la première année. En Belgique, en février 2020, ce sera la quatrième édition de la Tournée minérale, qui avait compté plus de 120 000 participants un an auparavant.

 

Les bénéfices sont nombreux. Ainsi, « neuf participants sur dix ont ressenti au moins un de ces effets après un mois : reprise d’énergie, perte de poids, teint plus frais, meilleur sommeil, économies… », explique Sophie Adam, de la Fondation belge contre le cancer, qui a créé l’opération et en finance la moitié. « Réticents au départ, certains restaurants et même des marques de bière participent à l’opération en proposant plus de boissons sans alcool. »

 

Même constat des bienfaits au Royaume-Uni : ne pas boire d‘alcool pendant un mois améliore certains paramètres, comme la tension artérielle, la résistance à l’insuline, la glycémie, le cholestérol sanguin, les niveaux de protéines liées au cancer dans le sang, etc., selon une étude menée en 2018 par le Royal Free Hospital, publiée dans le British Medical Journal, qui a porté sur 141 buveurs, de modérés à lourds.

 

Une autre évaluation montre que les participants n’ayant pas bu d’alcool en janvier remarquent une meilleure concentration, un sommeil de meilleure qualité (pour 71 % d’entre eux), plus d’énergie. Autre effet, 88 % ont économisé de l’argent ; 71 % ont réalisé qu’ils n’ont pas besoin d’un verre pour s’amuser, note Richard de Visser, de l’Ecole de psychologie de l’université du Sussex, qui a conduit ces travaux auprès de 2 821 personnes à partir de sondages en ligne. Autant d’éléments qui incitent selon lui à participer.

 

A l’instar de la Tournée minérale belge, l’effet le plus important du Dry January britannique est la baisse significative de la consommation, qui se mesure encore six mois après l’événement : un verre de moins par jour et un jour de plus sans consommer par semaine, selon les études, et un meilleur autocontrôle sur le refus de consommer.

 

« Les lobbys ont eu raison de ce défi »

 

En France, l’opération lancée par le monde associatif et la société civile « est un challenge motivant, positif, non moralisateur et en aucun cas une injonction médicale », rappelle Mickaël Naassila, président de la Société française d’alcoologie (SFA). « On a du mal à parler d’alcool en France, c’est aussitôt manichéen », regrette-t-il.

 

« Ce type de campagne ne vise pas les malades alcooliques, mais plutôt des personnes qui peuvent surconsommer de temps à autre, notamment sous la pression sociale », précise l’addictologue Jean-Pierre Couteron. Sont plutôt concernées les personnes qui boivent généralement en dépassant les repères sanitaires – soit maximum 2 verres par jour, pas plus de 10 par semaine, et au moins deux jours dans la semaine sans consommation. Rappelons que 23,6 % des personnes dépassaient ces recommandations en 2017.

 

Alors pour quelles raisons les pouvoirs publics n’ont-ils pas soutenu cette campagne dont les effets sont prouvés en Belgique et au Royaume-Uni ? Cette opération suscitait depuis plusieurs semaines l’opposition des lobbys de l’alcool. « C’est une réalité, les lobbys ont eu raison de ce défi, puis les arbitrages politiques les ont suivis », dénoncent la plupart des addictologues. Cette opération devait en fait être lancée par Santé publique France (SpF) le 14 novembre, tout était prêt, comme l’indique un document révélé par Europe 1 et que nous avons consulté. Le dossier de presse était en effet bouclé, signé par le ministère de la santé.

 

Hasard du calendrier ou pas, Emmanuel Macron a déjeuné ce même jour avec les coprésidents du comité Champagne et leur aurait dit, comme l’a rapporté le site spécialisé Vitisphère, « il n’y aura pas de Janvier sec ». Si l’Elysée n’a pas confirmé cette version, l’opération n’a en tout cas pas obtenu le soutien des pouvoirs publics. Guylaine Benech, consultante en santé publique et auteure du livre Les Ados et l’alcool (Presses de l’EHESP, 204 pages, 22 euros), ne mâche pas ses mots : « L’absence de soutien des pouvoirs publics à cette campagne est un scandale de santé publique. C’est aussi un grand révélateur de la puissance des lobbys alcooliers sur le gouvernement. »

 

« Une société sans plaisir »

 

Pour toute réponse, Agnès Buzyn avait indiqué sur Franceinfo, le 21 novembre : « Ce format n’est pas aujourd’hui validé par mon ministère. » Pourtant, SpF y travaillait depuis des mois. Revenons en arrière. « J’espère que nous aurons, dès 2020, une première année d’un Dry January à la française », avait déclaré Nicolas Prisse, président de la mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca), en juin, lors du congrès de la Fédération Addiction. La ministre de la santé elle-même avait signé le 6 août un arrêté fléchant les montants alloués par le Fonds Addictions – un fonds public qui sert à financer des actions de prévention – dont 8,9 millions d’euros pour la prévention de l’alcool par SpF.

 

« Courant septembre, les équipes de SpF partent sur l’idée du “Janvier zéro degré”, épaulées par un comité d’appui technique, composé d’une quinzaine d’acteurs du monde associatif et de l’addictologie », nous relate un des participants. Dans un autre document que nous avons pu consulter, SpF anticipe même l’amalgame avec le Mois sans tabac en novembre et les actions des alcooliers pour décrédibiliser l’initiative en accusant les pouvoirs publics d’être « dans une position hygiéniste, une société sans plaisir »…

 

Surprise, quelques semaines plus tard, l’appellation Mois sans alcool est préférée, au motif qu’un sondage mentionnait que les gens comprenaient mieux ce message. Certains y voient la victoire des partisans d’une ligne sanitaire dure. « Stratégiquement, il aurait été plus avisé de ne pas évoquer le “mois sans” ; les alcooliers s’en sont emparés », déplore un participant.

 

Pour preuve, les nombreux courriers émanant des industriels du vin adressés à des députés, dès début novembre, demandant au gouvernement de renoncer à l’opération. « Le fait est que l’Etat n’arrive pas à trouver les bonnes réponses à la prévention de l’alcool, à équilibrer les enjeux économiques, de santé et sociaux d’usage d’alcool », insiste Nathalie Latour, déléguée générale de la Fédération Addiction. Les promoteurs du Dry January en France se défendent d’être des hygiénistes forcenés : pour eux, l’idée n’est pas et n’a jamais été d’interdire de consommer de l’alcool, mais de responsabiliser les Français.

 

Une autre opération intitulée « janvier sobre »

 

Côté belge, pour le directeur de la Fondation contre le cancer, Didier Vander Steichel, « la décision du gouvernement français est surprenante, nous y voyons l’influence plus que probable des lobbys vinicoles et la déplorons. D’autant qu’il ne s’agit pas d’exclure définitivement la consommation d’alcool, mais plutôt d’amener les consommateurs à réfléchir à son impact et à mieux la contrôler. Je suis surpris de voir un chef d’Etat se prononcer contre une initiative de promotion de la santé publique ! ».

 

L’alcool est un grave problème de santé publique, martèle Amine Benyamina, président de la Fédération française d’addictologie, qui rappelle les 41 000 décès liés à l’alcool, la banalisation des « bitures express » chez les jeunes. Sans compter le fardeau sanitaire et social associé : accidents, violences, suicides, passages aux urgences. Bien que le volume d’alcool pur diminue depuis les années 1960 (il est de 11,5 litres par habitant en 2018), la France reste parmi les pays les plus consommateurs du monde, au 6e rang des 34 pays de l’OCDE.

 

Autre opération qui peut semer la confusion, Janvier sobre a été lancée en septembre par Laurence Cottet, patiente experte en addictologie. « L’objectif est de se questionner sur sa consommation, chacun adaptant ce défi à sa manière, en respectant les repères », souligne-t-elle. Quasiment le même argument que le Dry January à la française.

 

« Ce n’est pas la même chose, explique Michel Reynaud, président du collectif Fonds Actions Addictions, cette opération est dangereuse, car, en incitant à respecter les repères de consommation, cela laisse entendre que c’est la norme. » « Ce sujet est bien trop grave pour qu’il ne soit pas clivant », insiste Laurence Cottet, rappelant qu’elle n’a aucun lien avec l’industrie. Pour Guylaine Benech, « ces deux opérations n’ont rien à voir. Le message de Janvier sobre est grosso modo celui des acteurs de la filière économique, consistant à promouvoir une consommation d’alcool dite “responsable” ». Pourtant, le risque de développer certaines pathologies existe dès le premier verre, souligne l’Organisation mondiale de la santé.

 

Pascale Santi

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 05/12/2019 07:15

Dry January ! Mais de qui se moquent ils ces promoteurs du n’importe quoi ? Parlez en aux habitants du sud est. Janvier sec ? Et mon cul, il est sec aussi ?
Tous ces bons apôtres qui, pour on ne sait quelles raison, s’évertuent à s’immiscer dans la vie des autres pour faire, ce qu’ils croient être leur bonheur, malgré eux.
Toute cette agitation dont ils font preuve, sans discernement et comme le souligne le Taulier, sans recul, sans retour, sans évaluation de l’efficacité de leur politique, n’est en fait qu’une autojustification de leurs existence.
Ils n’ont pas compris que le problème de l’alcoolisme est d’abord et essentiellement un problème individuel .Celui qui est capable, même pour le coté farce, de pratiquer le « janvier sobre » (Merci Mac rond pour la défense de la langue française) est quelqu’un qui maîtrise déjà sa consommation.
Un diététicien que je consultais en vue de perdre une réelle surcharge pondérale, m’envoie consulter également un confrère et s’autorise, sur l’ordonnance, à préciser : « ce patient gros buveur » Tout cela par ce que j’avais avoué (entre autre) qu’il n’était pas rare que la bouteille de vin ouverte pour le diner, soit terminée dans la soirée devant la télévision.
Il n’avait pas réellement tord mais, de mon discours, c’est tout ce qu’il avait retenu. Des semaines voir les mois d’abstinence il semblait s’en fiche royalement. Je n’ai jamais voulu que la « bête », chez moi, domine. Plusieurs fois par ans, je me suis toujours obligé à des périodes d’abstinence totale, rien que pour me prouver que je n’étais pas accroc. Ces périodes n’étaient pas sans certaines compensations telle, la nique faite intérieurement à la maréchaussée quand je passais devant un contrôle routier.
Pour connaître son niveau de dépendance les assureurs anglais glissent (innocemment ?) dans leur questionnaire de santé les 2 questions suivantes. Pouvez vous rester, au moins cinq jours sans boire de l’alcool ? Cela vous est il pénible et difficile ? Faites le test et vous verrez vite, l’air de rien ou vous en êtes.
Mais rien n’empêchera les cons de l’abstinence pour les autres de continuer leurs actions stériles, en véritable accros qu’ils sont.
En oubliant que, après tout, quelques verres, même en trop valent mieux que tous les « prozac » du monde.
Si leurs méthodes étaient efficaces il n’y aurait plus qu’à les appliquer à d’autre domaine.
Un février sans carton et hop, plus de SDF. Un mars sans mariage et hop plus de violence faites aux femmes. Un avril sans voiture et bienvenue le zéro morts sur les routes.
Mais rien n’arrêtera ces empêcheurs de boire en rond, sans bien sur ne jamais l’être.
En tous cas il y a d’autre chat à fouetter, au préalable et en urgence je vous prie tel celui d’un haut responsable qui s’affiche comme un proxénète bourré.
Tous ces bons apôtres,

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents