Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 octobre 2019 6 19 /10 /octobre /2019 06:00

Résultat de recherche d'images pour "mangez des pommes guignols"

Rien n’est pire pour moi que les « journalistes » haut-parleurs, celles et ceux qui transmettent la partition fournie en pack sans en changer une note ni une parole.

 

S’il est un secteur de notre production agricole qui bouffe des pesticides c’est bien la production fruitière, le dire n’est pas participer à un quelconque agribashing.

 

Ils ne peuvent faire autrement me rétorquera-t-on, si vous voulez de beaux fruits bien lisses, beaux comme des camions, il est indispensable de les préserver des ravageurs qui les perceraient de petits trous tel la poinçonneur des Lilas cher au défunt Gainsbourg ou les champignons qui n’ont rien à voir avec les chanterelles ou les cèpes.

 

Mais dans ce concert de foutez donc la paix à ceux qui vous nourrissent à prix doux, notre INRA fait entendre enfin sa petite musique.

 

« L'intelligence de la nature au service de la production fruitière ?

 

©Thomas Nicolas/INRA/Capture d'écran www.agriculture.gouv.fr

 

L'INRA teste dans la Drôme un verger expérimental bio, où chaque essence d'arbre défend sa voisine contre des ravageurs ou des champignons, dans l'espoir de se passer un jour de produits chimiques.

 

Construit en cercles concentriques à Gotheron dans la commune de Saint-Marcel-lès-Valence, le verger d'un hectare et demi a été implanté en février 2018 et donnera ses premiers fruits en 2020 au plus tôt.

 

Finis les champs uniformes et les rangées répétitives de mono-variétés d'abricotiers ou de pruniers, l'Institut d'agronomie a d'emblée parié sur la diversité. La forme ronde est destinée à protéger la production, pour « faire en sorte que les bio-agresseurs aient du mal à arriver jusqu'aux arbres du centre », explique Sylvaine Simon, directrice adjointe du site.

 

La biorégulation

 

Les psylles, pucerons, mouches et chenilles gloutonnes qui visent les fleurs ou les fruits, mais aussi les maladies transmises par des spores ou des champignons microscopiques ne doivent pas pouvoir se déplacer ni se multiplier. Il faut donc tromper la nature et l'utiliser : c'est la biorégulation.

 

Le cercle extérieur est une barrière végétale composée d'arbres hauts, châtaigniers ou noyers, qui font office de brise-vent, et d'arbustes bas qui servent de gîte pour les rongeurs ou oiseaux. Le deuxième cercle est composé de plantes-pièges, des pommiers précoces (variété Flora-Akane) et résistants. Ils vont "fixer" les pucerons qui auraient réussi à franchir la haie extérieure, démontre Mme Simon. Comme ils produisent tôt dans la saison, les pommes ne devraient pas être trop affectées par une éventuelle "tordeuse", une chenille parasite qui frappe au coeur de l'été.

 

Alterner les essences d'arbres la suite ICI

     

Je pose ça là sous le nez de celles et ceux qui nous bourrent le mou, l’intelligence a toujours été dans les gènes des paysans, leur lutte ancestrale contre les ravageurs, les mauvaises herbes et tout ce qui réduisait les récoltes à néant a longtemps été imprégnée que de leur seule sueur, leur labeur, la chimie les a libéré mais les a rendus dépendant des seules préconisations des grands de l’agro chimie.

 

Chercher de nouvelles méthodes culturales rompant avec la monoculture cible de toutes les attaques et les maladies sur un espace restreint, où les fameux pesticides sont de moins en moins efficaces, expérimenter est un état d’esprit bien plus porteur d’avenir que les couplets en défense de plumitifs tout aussi parisiens que les fameux bobos honnis.

 

Sortez donc de vos rédactions, allez sur le terrain observer ceux qui, loin de se contenter de gémir contre les urbains qui méprisent leur métier, se retroussent les manches, réfléchissent…

 

« Ce projet scientifique comporte aussi un objectif professionnel. Le tout a été planté et est exploitable mécaniquement. Ce verger fait partie d'un vaste programme d'études sur le changement d'échelle de l'agriculture biologique, annoncé par l'INRA au salon Tech and Bio dans la Drôme la semaine passée.

 

Il fait déjà des émules dans cette région fruitière. « J'ai aussi alterné des arbres », indique à l'AFP Bruno Darnaud, président de l'AOP Pêches et abricots qui n’est pas un bobo de Paris-centre : « Avant je ne faisais pas gaffe à tout ça, les chauves-souris, les oiseaux... ».

 

Comme disait le défunt Chirac lors d’une campagne électorale « Mangez des pommes ! »

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents