Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 octobre 2019 6 05 /10 /octobre /2019 06:00

Hubert de Boüard de Laforest le vigneron volant au sécateur d’argent étend son empire…

Tout ce qui touche Hubert, l’homme à la crinière argentée, me touche, alors lorsque l’héroïque petit reporter d’En Magnum, aux Richelieu bien cirées, à la suite d’une longue et difficile enquête, extirpe des archives familiales de famille de Boüard de Laforest  un cliché inédit, j’en suis ravi.

 

D’autant plus ravi, que cette photo sépia lève le fameux mystère, qui intriguait toute la place de Bordeaux, du petit sécateur d’Hubert

 

La légende disait :

 

« À l’âge de 7 ans son père lui offre son premier sécateur pour aller tailler les ceps. Ses vacances se passent à travailler dans les vignobles et dans les chais de la région, quand d’autres fréquentent les cercles bordelais ou parisiens. »

 

Même que notre Hubert, dans la force de l’âge, s’affichait non plus châtelain, mais vigneron, pour fourguer des vins roturiers, des raisins achetés. Pour bien marquer cet ancrage paysan il ornait son étiquette du fameux petit sécateur.

 

ICI 

 

« Présent tout au long de l’année sur les terres…, avalant des kilomètres, se glissant entre les rangs de vignes, Hubert de Boüard est resté près du terroir, à l’affut des conditions naturelles. Une discipline salutaire tant cette année 2016 a sans cesse surpris, à la vigne comme au chai, pour aboutir à un millésime de rêve

 

Et puis, un beau matin, pour fêter les vendanges du nouveau millésime voilà t’y pas que le petit bedeau de B&D nous tire un cliché qui, si on l’observe bien, nous révèle que le jeune Hubert, tient bien dans ses menottes un petit sécateur.

 

L’image contient peut-être : 9 personnes, personnes souriantes, personnes debout et plein air

Au centre du premier plan, Hubert de Boüard de Laforest et Hélène Grenié de Boüard, sa cousine. Stéphanie de Boüard-Rivoal raconte : « A l’occasion des vendanges 1967, mon père Hubert de Boüard, observe et apprend aux côtés de sa cousine Hélène Grenié de Boüard, avant de prendre la main en 1985. Entre-temps une évolution, qui avait tout d’une révolution, aura mené Angélus vers les sommets d’une viticulture d’excellence, portée par la passion et l’engagement sans faille d’une famille et de ses équipes pour exalter un terroir d’exception. »

 

Futilité, me direz-vous. J’en conviens mais lorsque le « journalisme » du vin en arrive à ce degré de service de la soupe et de brossage du poils, j’ai pensé que ça valait l’encre d’une chronique.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 05/10/2019 07:43

Une chronique ou un vigilant Taulier poursuit sa salutaire entreprise de débourreur de mou.
Tout cela avec force et courage tant l’entreprise est proche de la tache consistant à vouloir vider la mer avec une petite cuillère.
Mais Guillaume d’Orange (Le fameux taciturne) ne nous invite t’il pas à le suivre avec sa devise « Point n’est besoin d’espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer »
Ici, on peut se demander qu’est ce que c’est que cet article, un gag ?
Si c’est du sérieux, ce ne peut être qu’un travail scolaire dont on admira la vacuité des formules. L’élève sera récompensé pour avoir tout compris en recourant aux phrases recyclables à souhait.
« …aura mené Angélus vers les sommets d’une viticulture d’excellence, portée par la passion et l’engagement sans faille d’une famille et de ses équipes pour exalter un terroir d’exception. » peut devenir
« …aura mené Batimaçon vers les sommets d’une architecture d’excellence, portée par la passion et l’engagement sans faille d’une famille et de ses équipes pour exalter des logements d’exception. »
Essayer pour ce que vous voudrez cela marche au poil.
Quand on vous dit qu’il n’y a pratiquement plus de magazine, quelque soit le domaine d’intérêt, qui ne soit d’abord un catalogue publicitaire , page de droite les articles étant relégués sur cette de gauche, jamais vraiment à plat quant on feuillette ces objets publiés non identifiés. Et merci pour le torticolis qui nous guette à chaque page tournée.
Bref, une amusante chronique pour un article dans lequel il n’y a rien à Boüard ni à manger.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents