Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 septembre 2019 2 24 /09 /septembre /2019 06:00

Résultat de recherche d'images pour "alchimiste photos"

Cette année j’ai évité de vous bassiner sur la Corse sous le prétexte que j’y séjournais comme un vulgaire pinzutu se faisant bronzer le cul.

 

À peine rentré dans ma ville bétonnée, où les prétendants à l’occupation de l’Hôtel de Ville sont au bord de la crise de nerfs, voilà t’y pas que Corse-Matin me met sous le nez un portrait de femme œnologue.

 

L’encadré de présentation donne le ton de la série de 3 portraits : œnologue, sommelier, vigneron, mais au féminin ; étonnant ce souci du masculin au féminin alors que sommelière, vigneronne sont dans la langue, sans doute sont-elles encore que des branches rapportées.

 

Ces portraits « éclairent, à l’aune de routes professionnelles mais aussi plus personnelles, ici partagées, la manière dont trois  femmes se sont fait un nom et ont investi ce domaine pointu et souvent hypertechnique qu’est la culture du vin, derrière l’hédonisme apparent du métier. »

 

J’avoue que ce langage m’étonne, me pose question, mais passons…

 

« Autant de tranches de vie contées dans une langue universelle, celle de la terre quand elle parle des hommes qui la cultive. »

 

Foin de l’hypertechnicité, on en revient toujours au travers de la langue universelle de la terre, à l’humus de cette terre qui ne ment pas, qui s’accroche aux semelles,  vision idyllique, bucolique qui se fracasse face aux dures vérités de la réalité de notre monde mondialisé, mercantilisé.

 

Je suppose que le chapeau est l’œuvre de la rédaction, ainsi que l’ordre des portraits.

 

Le portrait est de la plume d’une femme : Anne-C. Chabanon.

 

Vous allez dire que je pinaille mais pourquoi commencer par le portrait d’une œnologue ?

 

La seule personne indispensable, incontournable comme on le dit maintenant, c’est celle qui veille le raisin pour en faire du vin : la vigneronne, le vigneron. Les deux autres ne sont que des accessoires que certains jugent utiles.

 

Résultat de recherche d'images pour "Alchimiste du grain Corse matin"

PHOTO,EMILIE RAGUZ

 

Passons au portrait d’Aurélie Patacchini (n’étant pas abonné à Corse-Matin je ne puis vous donner le lien pour la lecture intégrale du portrait)

 

Alchimiste du grain

 

« Elle conseille, éclaire, goûte, crache (le métier le veut), assemble, cherche. Elle a appris à avoir du nez, à mettre ses pas dans les pas des vignerons, elle s’élève chaque jour à écouter les arômes, s’éduque à guetter la belle maturité. Elle est femme. Œnologue. Atypique C’est rue Sebastiani, c’est un jour doré de soleil, Brandy, une femelle, aboie en travers du seuil pour faire usage de sa légitimité, elle est toujours le copilote  d’Aurélie lors des tournées en voiture, comme au début de l’aventure, il y a treize ans. Aurélie le pilote, elle, en aura bientôt  quarante, c’est pour décembre, la porte est entrouverte sur les pattes avant du Braque de Weimar dans une première pièce aménagée avec des jouets pour les gamines quand leur mère travaille. Leur mère, Aurélie, bien sûr.

 

Mince, figurine de danseuse faussement fragile, corps gracile, mains longues en alerte, entourée de flacons, de casseroles, de couleurs, de cires d’un bleu roi et d’un rouge raclant le bordeaux pour cacheter au sceau, dans la deuxième pièce, la femme alchimiste conçoit de futures âmes, celles  qui évoqueront au premier son du bouchon retiré les fragrances retenues prisonnières des bouteilles, lorsque les robes coincées dans l’huis du goulot, soudain dévoileront leurs jupes et jupons. »

 

Voilà pour le portrait physique qui entre les lignes en dit long, à vous  de vous faire une opinion.

 

La suite c’est le choix de devenir œnologue puis le parcours qui la ramènera en Corse.

 

Quelques extraits :

 

  • Sa formation à Bordeaux « Je suis alors l’unique  Corse et l’une des rares à ne pas être propriétaire d’un domaine, à ne pas être du milieu viticole. » Du sérail. »

 

  • Œnologue, un métier « celui qui reconnaît les qualités et les défauts d’un vin et sait les corriger. »

 

  • « Après Bordeaux et l’Alsace, je savais que j’allais revenir en Corse. » Ce qu’elle sait aussi, c’est que la partie « conseil »lui plaît, « surtout dans l’île où l’on  est en présence de petites structures et où peu de domaine ont un œnologue dédié. »

 

  • « Le vin oblige à rester humble, un faux pas en vinification et on paye l’erreur toute l’année. »

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents