Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 août 2019 2 13 /08 /août /2019 06:00

Résultat de recherche d'images pour "photos de l'incarcération de José Bové à la prison de Montpellier"

Mon titre n’est pas provocateur je le puise à bonne source c’est Denis Hennequin, ancien directeur de McDonald’s Europe, qui fait cette remarque au jour anniversaire du démontage du McDo de Millau.

 

« Indubitablement, José Bové nous a rendu service. Il nous a obligés à réfléchir sur notre positionnement. »

 

J’adore le mot positionnement !

 

Positionner un produit c’est lui attribuer une valeur marchande qui n’a strictement rien à voir avec sa valeur de production, c’est vendre du vent aux consommateurs et, en cela, McDo est un des champions du monde.

 

Avec la même ironie que Denis Hennequin j’affirme que McDo a rendu service à José Bové, l’a fait passer de l’ombre à la lumière, lui qui n’était qu’un parmi d’autres à la Confpé est devenu un leader mondial de l’altermondialisme.

 

Comme j’ai du pif, le genre des grands dégustateurs nez dans le verre, ceux qui conchient les vins qui puent qu’ils n’ont jamais bus, à l’heure de cet anniversaire je suis en train de lire le bouquin de Didier Pourquery « Une histoire de hamburger-frites »

 

Une histoire de hamburger-frites

 

J’y reviendrai c’est une mine.

 

12 août 1999, « Millau, Aveyron. Un agriculteur aux moustaches qui deviendront célèbres se fait le porte-parole d’une action coup de poing: la destruction du chantier du McDonald’s de Millau. « McDo symbolise les multinationales qui veulent nous faire bouffer de la merde et faire mourir les paysans. Nous dénonçons les pratiques des USA et de l’OMC qui visent à imposer un mode de production et de consommation », déclare face caméra José Bové. »

 

Démontage d'un McDo en construction à Millau le 12 août 1999 ( AFP / - )

 

Les producteurs aveyronnais entendent protester contre une récente décision américaine de surtaxer les importations de Roquefort, foie gras, truffes ou moutarde, en réaction à l'interdiction européenne de bœuf aux hormones.

 

Le gérant de l'établissement - qui ouvrira cependant fin septembre - évoquera un préjudice de 150.000 euros, avant de ramener la facture à 64.000 euros.

 

Trois mois fermes -

 

Les 30 juin et 1er juillet 2000, se tient devant le tribunal correctionnel de Millau le procès de dix prévenus, occasion pour quelque 50.000 militants anti-mondialisation de se rassembler pendant deux jours dans la ville.

 

Le 13 septembre, José Bové est condamné à trois mois de prison ferme, et huit de ses co-prévenus à des peines comprises entre deux mois avec sursis et 300 euros d'amende.

 

Incarcération en fanfare -

 

Après confirmation en appel et rejet de son pourvoi en cassation, José Bové se rend en tracteur, accompagné d'un bon millier de sympathisants, le 19 juin 2002 à la prison de Villeneuve-lès-Maguelone (Hérault) pour y purger sa peine. Il franchit les derniers mètres revêtu d'un costume de bagnard.

 

Compte tenu des 19 jours de détention provisoire effectués en 1999 et des remises de peine, il recouvre la liberté le 1er août.

 

Pourquery :

 

« La France est devenue l’autre pays du hamburger. Depuis l’ouverture en 1972 du McDo de Créteil, les arches jaunes ont envahi l’Hexagone. Avec 1300 restaurants, la filiale française est la deuxième la plus rentable au monde derrière le réseau des États-Unis et celle qui en 2018 a affiché la plus forte croissance. »

 

« Il s’est vendu en 2017, 1,4 milliard de hamburgers. Cela fait du Français l’Européen qui en mange le plus chaque année. »

 

La branche française de McDo est de loin le premier acteur de la restauration commerciale tricolore avec un volume d’affaires de 5,1 milliards d’euros en 2018.

 

« Et le pauvre sandwich jambon-beurre, longtemps champion national incontesté de la restauration « sur le pouce » s’est fait détrôner lui aussi par le hamburger en 2016. »

 

Résultat de recherche d'images pour "mcdo au salon de l'agriculture"

 

 

20 ans après, McDo s’affiche au Salon de l’Agriculture, José est à la retraite, la FNSEA lui fait les yeux doux car « McDo a fait tout son possible pour se les mettre dans la poche. »

 

75% des produits vendus en restaurant viennent de France. Un chiffre qui monte à 100% pour les frites.

 

« McDonald’s a une mauvaise image auprès du grand public, il symbolise la ‘malbouffe’ alors que dans notre milieu, on se dit que McDo, c’est un bon », témoigne auprès de Novethic Bertrand Ouillon, délégué du GIPT, Groupement interprofessionnel pour la valorisation de la pomme de terre.

 

Plus de 54.000 éleveurs et agriculteurs travaillent avec McDo : 25.504 tonnes de viande bovine ont été achetées en France en 2018

 

Et bien sûr McDo se la joue verte.

 

Mc Do n’hésite pas à brandir désormais la carte de « l’agroécologie », oui…oui…oui l’entreprise exige dorénavant de ses fournisseurs des pratiques moins polluantes et plus éthiques. « On a développé un outil de diagnostic de bien-être animal en élevage et on a développé une stratégie d’agroécologie », explique à Novethic Rémi Rocca, dont le groupe, qui propose désormais à la vente des produits bio, s’était fixé une réduction de 20% des émissions de CO2 à l’horizon 2020. »

 

Au Secours, José reviens nous sauver !

Vingt ans après Millau: "la politique écologique de Macron, c’est de l’enfumage", selon José Bové

Challenges - Vingt ans après le démontage du McDonald’s de Millau, quel regard portez-vous sur l’événement? L’établissement a finalement été construit…

 

José Bové - Mais le but n’était pas d’empêcher sa construction! Il s’agissait de protester symboliquement contre la sur-taxation du Roquefort décidée par les Etats-Unis et avalisée par l’Organisation mondiale du commerce (OMC) qui venait sanctionner le refus de l’Union Européenne d’importer du bœuf aux hormones américain. L’OMC considérait que c’était à celui qui attaque un produit de prouver sa dangerosité, un règlement toujours en vigueur aujourd’hui…

 

Millau, c’est le début de quelque chose. Pour la première fois, en opposant l’agriculture mondialisée et standardisée, celle de McDonald’s, aux produits locaux et aux appellations d’origine contrôlée, au premier rang desquelles le Roquefort certifié depuis 1925, nous avons permis une prise de conscience généralisée. Les Français ont compris que la lutte contre la mondialisation se jouait aussi dans leur assiette. Le retentissement de cette action ainsi que les manifestations qui ont émaillé quelques mois plus tard le sommet de l’OMC à Seattle ont posé les bases du Forum social de Porto Alegre en 2001 et des protestations de Cancun en 2003, deux événements majeurs dans l’histoire de l’altermondialisme.

 

Apportez-vous votre soutien aux agriculteurs qui dégradent les permanences de députés de la majorité après leur vote en faveur du traité de libre-échange franco-canadien CETA?

 

J’apporte mon soutien à tous ceux qui manifestent contre les accords de libre-échange. Le secteur agroalimentaire n’a rien à gagner de la signature de ce genre de traités. Je ne sais pas, en revanche, si j’adopterais le même mode d’action qu’eux. Dans une mobilisation, il faut réfléchir aux moyens les plus populaires, qui sont susceptibles d’entraîner la plus grande partie de la population derrière soi. En 1999, nous n’avions pas dégradé le McDonald’s de Millau, nous avions démantelé un chantier en construction, ce n’est pas la même chose. Et si les citoyens n’avaient pas jugé notre démarche pertinente, ils n’auraient pas été si nombreux par la suite, près d'une centaine de milliers de personnes, à venir nous soutenir lors du procès.

 
 

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 13/08/2019 06:25

En matière agricole on n'enfume pas,on pratique l'écobuage. Technique soumise à autorisation car elle présente des dangers pour, par exemple les routes voisines dont la visibilité peut être compromise au détour d'un virage par les fumées émanant des champs en flamme et/ou des extensions d'incendie
Le p'tit Macron qui se croit tout permis et le pratique à sa guise ne sait certainement rien de tout cela et notamment de l'obligation de déclaration préalable et d'autorisation. Alors, il écobue confondant politique de la terre brulée et pratique à effet bénéfique pour les cultures.Bien qu'il y ait controverse ( comme souvent en France à ce sujet) sur les effets bénéfiques. En tout cas, l' entourage du gamin fier de jouer dans la cour des grands, devrait l'informer des risques et danger des toujours possible retour de flamme .

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents