Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 septembre 2019 1 16 /09 /septembre /2019 06:00

Résultat de recherche d'images pour "les bégonias origines"

On demandait à un élégant Bordelais le nom des fleurs qui ornaient un parterre de son château médoquin : « Je ne sais pas, répondit-il, mais en Angleterre on les appelle bégonias. »

 

« Bordeaux, anglaise jusqu’à la fin du XVe siècle, tout comme Londres elle a sa rue Saint-James, anglomane depuis Louis XV ne s’intéresse que fort peu à ce qui se passe à Paris. »

 

« Dans mon enfance on parlait plus volontiers d’un raout (mot démodé depuis plus de cent ans en Angleterre) que d’un cocktail. Les Misses appelaient les enfants au jardin public an criant « Tea time, children », et les Maud, Eddy, Jane, Willie répondaient dans un accent encore proche du terroir. Une dame vous invitait à des réunions en petit comité : ses in-between. »

Brown-Cantenac

 

Image associée

 

Le bégonia (Begonia) est une plante originaire des régions tropicales ce qui explique qu'elle soit frileuse et donc cultivée en annuelle en extérieur ou comme plante d'intérieur. Son très grand nombre d'espèces réunit des vivaces herbacées, des arbustes persistants, des grimpantes succulentes et des épiphytes. Les racines sont fasciculées, rhizomateuses ou tubéreuses avec des tubercules qui entrent en dormance en hiver.

 

Certains bégonias sont appréciés pour leur feuillage original, asymétrique, simple ou composé, vert ou bronze pourpré, mais la plupart des variétés sont choisies pour leurs fleurs unisexuées. Souvent groupées en cymes ou en grappes, doubles ou simples, elles arborent des couleurs lumineuses pouvant aller du jaune pâle au rouge foncé. Les fleurs mâles comptent de 2 à 4 pétales inégaux tandis que les fleurs femelles en ont de 2 à 6 qui sont égaux.

 

Contrairement aux autres fleurs qui ne cessent de parler d’amour, dans le langage des fleurs, le bégonia est le symbole de la cordialité et d’une amitié sincère. Par ailleurs, son nom lui a été donné par l’homme qui l’a découvert, Charles Plumier, au XVIIIème siècle lors d’une expédition en Amérique du sud. Il choisit ce nom en l’honneur de Michel Bégon, administrateur et intendant de Marine mais également collectionneur passionné de botanique, qu'il avait connu aux Antilles.

 

 

Famille : Bégoniacées

Type : vivace cultivée en annuelle

Origine : Amérique du sud, Afrique du Sud, Asie

Couleur : fleurs rouges, roses, jaunes, blanches, abricot...

Semis : oui

Bouture : oui

Plantation : mars

Floraison : de mai à octobre

Hauteur : jusqu'à 80cm

 

 

Géographie : L'origine des Begonia

Patrick Rose

ICI 

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 17/09/2019 18:02

Le « raout » est effectivement un mot que j’entendais dans ma jeunesse. La « bonne » bourgeoisie qui croit que l’herbe est toujours plus verte ailleurs, ne sait jamais comment faire pour se distinguer du commun des mortels et qui croit que pour acquérir de la distinction il suffit de se distinguer. Elle singe volontiers les Anglais. C’est ainsi que « ces gens là » comme chante Brel abandonnèrent la fine à l’eau d’avant guerre pour le « Scotch on the rock » Autre tendance, se donner l’air de s’encanailler. Ainsi, une soirée dansante devint un « pince fesse » et le carton d’invitation à la cérémonie et/ou repas de noce, devint « bon de soupe » lequel vous faisait passer par la case de la liste de mariage.

pax 16/09/2019 22:57

La " bonne " bourgeoisie toujours à la recherche de ce qui peut la différencier du bas peuple se piquait souvent d'anglicisme tel le " raout " évoqué par le Taulier. Je l'ai souvent entendu dans ma prime jeunesse. Pour ces " gens là " comme le chantait Brel l'herbe est toujours plus verte ailleurs et faute d'avoir confiance en la supériorité de la classe à laquelle ils appartiennent on se tourne vers ceux qui leur donneraient toujours des leçons d'élégance . C'est ainsi, par exemple, après guerre, on renonça à la fine à l'eau et opta pour le ouiski " on the rock. Parfois, ils croyaient s'encanailler en changeant le nom de l'élément. Une soirée dansante devenait un " pince fesse " la carton invitant au repas de noce devenait " un bon de soupe " lequel impliquait un cadeau.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents