Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 juillet 2019 6 06 /07 /juillet /2019 06:00
« La vulgarité de mon sujet me donne parfois des nausées ; je ne fais autre chose que de doser de la merde » Flaubert

« États-Unis. Novembre 2016. Un magnat de l’immobilier gagne les élections présidentielles. Narcissisme, ignorance, grossièreté, brutalité : il coche toutes les cases. Un mot revient en boucle pour qualifier le personnage : vulgarité. »

 

Comme de nos jours les grands chefs de cuisine ont été érigé en grands penseurs des temps modernes, que les critiques gastronomiques se piquent de philosophie, qu’Onfray, Houellebecq et autres graphomanes se vautrent dans la vulgarité tels des porcs dans le lisier, que les sociologues patentés se sont à jamais discrédités dans leurs bafouilles indignes sur les gilets jaunes, que le fric-roi ruisselle sur une poignée de privilégiés, que la communication  a remplacé la réflexion, que le Medef ose inviter une ignare qui n’a jamais rien fait de ses dix doigts, que Mélenchon éructe, que le moi je s’impose, que le chacun pour soi occupe tout l’espace, que le ce n’est pas de ma faute dégouline, que le faux-luxe à la Bernard Arnault nous domine, que les grands prédateurs de la distribution et de l’agroalimentaire font semblant de compatir sur le triste sort des producteurs de minerai, que comme l’écrit Catherine Bernard « nous, vous, moi continuons à prendre l’avion comme nous allons promener le chien, goûtons aux fruits exotiques comme si on les cueillait sur l’arbre, mettons la capsule dans la machine à café comme un timbre sur une lettre », que nous brûlons nos dernières cartouches avec la désinvolture d’un Gainsbourg, j’ai décidé d’entrer en guerre contre la vulgarité.

 

Posture, imposture, dictature des médiocres, le paraître, l’indécence des élites, la déliquescence d’une gauche qui n’a plus que sa bonne conscience en bandoulière, la grossièreté, le sans-gêne :  

 

« Au surplus, le pouvoir que donne l’argent et la fascination qu’il exerce  sur autrui portent à certains travers : l’égocentrisme, la vanité, la prétention ou encore le sans-gêne impoli et grossier »

Bertrand Buffon. Vulgarité et modernité chez Gallimard

 

« L’âme médiocre, se sachant médiocre, a la hardiesse d’affirmer les droits de la médiocrité et les impose partout. »

« Quiconque n’est pas comme tout le monde, ne pense pas comme tout le monde, court le risque d’être éliminé »

J.Ortega y Gasset La révolte des masses

 

On va me rétorquer, rien que des conservateurs élitistes, des réactionnaires !

 

Oui, et pour en remettre une couche je sors Paul Bourget et Barbey d’Aurevilly.

 

Le premier raille Zola à propos du Ventre de Paris :

 

« Il entend les odeurs de fromage chanter des symphonies. Les tas de poissons amoncelés lui  arrachent des larmes d’admiration. »

Le roman réaliste et le roman piétiste.

 

Le second s’indigne :

 

« À lire ce roman, on a l’impression que « la Charcuterie est l’Idéal des temps modernes » car « nulle part et dans aucun livre la charcuterie n’a été traitée avec une telle importance, et décrite avec autant de science technique et de connaissance du métier. »

Article paru dans le Constitutionnel du 14 juillet 1873 

 

Flaubert se plaint dans les lettres qu’il adresse à Louise Colet :

 

« La vulgarité de mon sujet me donne parfois des nausées, et la difficulté  de bien écrire tant de choses si communes encore en perspective m’épouvante. Quand j’aborde une situation, elle me dégoûte d’avance par sa vulgarité ; je ne fais autre chose que de doser de la merde. »

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pax 07/07/2019 09:15

Tout est dit et comme dab, bien dit.
Pour ma part je préférerais parler d'obscénité mais ce mot est encore, dans le langage courant , trop connoté sexe. La vulgarité ,large notion, est un état.C'est vulgaire ou cela ne l'est pas en notant au passage que comme la pornographie est l’érotisme des autres, la vulgarité c’est ce que font les autres selon Oscar Wilde. Et le monde dans lequel vivent ces gens là montre combien Chanel se trompe quand elle affirme que le Luxe c’est le contraire de la vulgarité. Mais après tout elle à peut être raison quand on considère qu’ils ont ravalé le luxe à la vulgarité ou élevée leur vulgarité naturelle au rang de luxe.
Amiel en parle très bien également : « Ceux qui sentent leur vulgarité cherchent à la voiler par la préciosité. » in Pensée Sauvage 1923. Ce que démontre les locaux ripolinés ou plutôt marbrés des banques, assurances refaits tous les cinq ans pour essayer de dissimuler l’odeur du fric dont ils se gavent mais aussi les guignols ou pantins en costumes trois pièces qui les fréquentent.
Le cuistre qui se dissimule sous la mouche du coche est en verve ce matin alors finissons avec 2 citations de G.K.Chesterton grand pourfendeur de l’Etablishment anglais : « Une proportion énorme de l'ingéniosité moderne est consacrée à défendre la conduite indéfendable des possédants » et aussi : « Quand au fripon se joint le sot, l'honnête homme n'a qu'à croiser les bras. Le sot ligué avec le fripon contre lui-même est une combinaison à laquelle nul ne peut résister. » Et voili et voilà.

Aredius44 06/07/2019 17:20

Oh commentaire à déplacer !

Aredius44 06/07/2019 17:20

Excellent, j'ai mon fournisseur à Nantes; C'est, j'ose, meilleur que le cul noir !
http://boudinochataigne.canalblog.com/

A connaître aussi la côte de gros veau de St-Yrieix (mais peu diffusée !). Peut-être un jour au restaurant du MET à New-York

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents