Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juillet 2019 6 20 /07 /juillet /2019 06:00
En images et en mots la soupe au caillou des 50 ans de Claire : Il sort et va choisir dans la cour devant la petite maison un caillou, rond, blanc ; bref, un beau petit caillou qui donne envie.

Pour le dîner du samedi à Bully Claire nous avait écrit « Apportez un légume à soupe par personne, pour la « soupe au caillou »: nous vous expliquerons !

 

Va pour la soupe au caillou, je suis allé acheter chez un marchand de 4 saisons qui vend des légumes de maraîchers le fameux légume, mais comme je suis un coquin j’ai choisi une grosse tomate pour deux raisons : la première c’est qu’on ne sait si c’est un fruit ou un légume, et la seconde c’est que j’adore l’acidité. Pris de remord j’ai aussi acheté une aubergine violette.

 

Arrivé chez Claire dans les Hautes-Cotes de Beaune, sans me perdre grâce à mon guide qu’a une drôle de voix, les petites mains épluchaient des légumes, y’en avait pour un régiment de zouaves.

 

Dans ma petite auto je m’étais gavé de la Flûte enchantée.

 

Mon inutilité en cuisine étant évidente je suis monté avec Claire, par un chemin à peine carrossable, jusqu’au lieu des agapes.

 

Là je me suis assis et j’ai réfléchi, ça m’arrive, la soupe au caillou en voilà un beau titre pour une petite chronique qui ravira Pax friand de sujets où il peut affûter sa plume à commentaires.

 

 

 

L’histoire qui suit se retrouve un peu partout, notamment dans divers albums pour enfants, avec des protagonistes bien différents de la version d’origine. Elle serait basée sur une histoire vraie et s’intitule : la soupe au caillou (au singulier, s’il vous plaît). Chose rare dans le monde des contes (mais fréquente dans celui des anecdotes), la soupe au caillou peut être datée des années 1870, même si aucune preuve ne l’atteste formellement.

 

« Une histoire vraie et datée »

 

Un soldat se retrouve démobilisé, sans son arme qu’il a rendue aux Prussiens ou à ses supérieurs Français. La guerre est finie, ou du moins une trêve a-t-elle été signée. Nous serions donc en février ou mars 1871. Le soldat doit rentrer chez lui. Sa maison, son pays, sont par-là : il entend le nom d’une ou de deux grandes villes par lesquelles il lui faudra passer. Ensuite, il se reconnaîtra bien. Il garde l’uniforme, qu’il a acheté lui-même en juillet 1870 comme cela se faisait, ainsi que son paquetage, c’est à dire une couverture roulée sur un sac bien maigre.

 

Hélas, le bout de pain et la gourde de vin donnés au moment du départ sont vite passés dans son estomac qui grogne et gargouille à tire-larigot. La neige des chemins lui offre une bien maigre consolation.

 

Arrivant dans une ville, il constate qu’elle a été en partie incendiée : ils ont eu l’Alsace et la Lorraine, se dit-il, comprenant que les combats qu’il a menés ne se sont sans doute pas déroulés au bon endroit ni au bon moment. La désorganisation continue : il dort là où il peut, dans une maison en ruines. Il marche sans presque s’arrêter, sans reconnaître les terres sur lesquelles il passe, perdu face à l’immensité blanche de la neige, incapable le plus souvent de se diriger dans la brume. Mais il marche toujours par là-bas, dans la direction du bras de cet officier dont il n’a même pas su le nom.

 

Après des collines et des vallons, comme un décor minuscule se répétant sur nombre de kilomètres, il arrive dans un village. C’est là que les versions diffèrent en indiquant que c’est dans le Châtillonnais, le Beaujolais, dans le nord de l’Yonne, perdu dans la Nièvre, sur les hauteurs du Morvan, dans le Jura ou la Bresse du côté de Beaurepaire. Enfin, c’est tout de même un village et la disposition des maisons lui rappelle quelque chose : son pays n’est plus très loin, juste une bonne centaine de kilomètres !

 

Tout semble désert, sauf la dernière maisonnée faite de petites pierres grises entassées comme on monte une cabotte, une cadole, une cabioute. La mousse du toit fait l’étanchéité et permet de garder la chaleur donnée par la cheminée qui laisse s’échapper de la fumée dont l’odeur promet une bonne soupe. Le soldat tape à la porte et doit insister pour qu’elle s’ouvre. Une vieille femme est là, qui ne veut pas le laisser entrer. Après une âpre discussion, elle accepte qu’il aille dormir dans la grange, s’il trouve de la paille. Mais elle n’a rien à lui donner à manger. Elle lui concède cinq minutes près du feu, le temps qu’il sèche ses affaires trempées par la brume verglacée. Dommage qu’il n’y ait qu’une toute petite bûche et rien dans la marmite. La guerre a tout pris à la vieille femme. Elle a juste un peu de neige à faire fondre et la solution de boire cette eau chaude. Le jeune homme lui propose alors de faire une soupe de chez lui ou, selon les versions, une soupe à soldats.

 

 

Il sort et va choisir dans la cour devant la petite maison un caillou, rond, blanc ; bref, un beau petit caillou qui donne envie. Le caillou est mis dans la marmite et le soldat touille avant de goûter : « c’est bon, mais chez nous, on mettrait juste un peu de sel ». La vieille hésite et demande : « du sel ? il doit m’en rester une poignée. Si je t’en donne, tu me feras goûter ? ». Le soldat acquiesce et voit l’ancienne ouvrir une boîte remplie à ras-bord. Il prend une pincée, la met dans la marmite, tandis que son autre main met une pleine poignée de sel dans la poche de sa veste. La grande louche en bois remue l’eau, le sel et le caillou.

 

La vieille s’impatiente : « c’est prêt ? ». Pas encore, répond notre malin, et puis, chez nous, on y mettrait un bout de pain, même dur, pour que ce soit meilleur. Tu me feras goûter ? Bien sûr ! Et la villageoise de dénicher un pain entier, rond, presque trop frais pour être mis dans une soupe. Le soldat coupe la miche en deux, en met la moitié sous sa veste et découpe l’autre pour en plonger les morceaux dans la marmite.

La suite ICI 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 20/07/2019 11:12

Mais il y a tout dans cette chronique pour faire une bonne soupe et surtout, pour une fois, un bijou de commentaire !
Nous avons le caillou, le chou que ce soldat, plein de ressource et de sagacité faisait mijoter a genou devant la marmite dans l’âtre. Nous avons aussi les joujoux abandonnés par les enfants prenant part, avec l’accord tacite de leur mère à la chasse aux ingrédients. Quant à la vieille dame qui laisse partir le soldat qu’elle aime à présent comme un fils elle regrettera sans doute longtemps de ne pas lui avoir donner de bisou. Si vous vous promenez sur les chemins empruntés par le soldat rentrant chez lui, vous croiserez certainement le hibou qui vous dira ce conte à sa manière. Bien sur il serait préférable que ce soit le colporteur, qui n’a pas volé son sou, qui s’en charge.

On peut ne pas aimer ce commentaire mais attention, défense de cracher dans la soupe ou de chercher des poux dans la tête de l’auteur


Si le Petit Poucet n’apparaît pas dans ce conte c’est la faute à Pax. Ce mauvais sujet a sur sa table de travail un beau petit caillou blanc vraisemblablement ramassé , par inadvertance sur le chemin balisé par ce pauvre Petit Poucet qui, de ce fait se trouve à présent tout désorienté.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents