Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juillet 2019 2 02 /07 /juillet /2019 09:45
8000 visiteurs pour le cri de Catherine Bernard, un grand merci à vous mais comment faire que ceux  qui n’ont pas de voix puisse se faire entendre ?

Du jamais vu en 14 ans de blog, exceptionnel, vous avez répondu à mon injonction : lisez et relayez le cri de Catherine Bernard et bougez-vous le cul !

 

Grand Merci.

 

Je n’écris pas en qualité de vigneronne.

 

Je n’écris pas non plus en qualité de vigneronne victime d’une calamité agricole, d’une catastrophe naturelle ou d’un accident climatique.

 

J’écris en qualité de témoin du changement climatique à l’œuvre, qui est en fait un bouleversement, qui ne concerne pas ici des vignerons, là des arboriculteurs, hier des pêcheurs, demain des Parisiens asphyxiés, mais bien tous, citadins ou ruraux, habitants du Sud comme du Nord, de l’Ouest, ou de l’Est.

 

J’écris en qualité d’hôte de la terre. Nous sommes chacun, individuellement, interdépendants les uns des autres.

 

Comme l’a écrit Catherine, il ne s’agit pas de son cas personnel, ni de faire pleurer Margot, mais de tenter de comprendre, de ne pas s’en tenir à des explications simplistes, de ne panser que les plaies, de se contenter de mettre des cautères sur une jambe de bois, la Chambre  d’Agriculture de l’Hérault s’en occupe, pour elle malheur est bon pour augmenter son emprise sur les vignerons.

 

Le Ministre de l’agriculture va faire un petit saut dans l’Hérault avec à ses côtés le sieur Despey bardé de ses présidences de la Chambre d’agriculture, du conseil vins de FranceAgrimer, de sa vice-présidence de la FNSEA, qui dira des sous et de l’irrigation.

 

J’ai connu ça, le préfet veillera à ce que les suiveurs du ministre soient estampillés professionnels agréés. Je les connais, leur expertise de la culture de la vigne est à la hauteur de leur présence dans leurs vignes. Ils délèguent ça aux conseillers des chambres et autres organismes.

 

Les je sais-tout type Bizeul ironiseront sur les bio-cons qui ayant fait souffrir leurs vignes, les ont poudré de soufre sont les artisans des brûlures de ce putain de cagnard… Les bavassous, type Gerbelle, pontifieront dans les médias, ça pourrait élargir leur étroit fonds de commerce.

 

Et les vigneronnes-vignerons dans ce concert de sachants ?

 

Que faire pour que ceux  qui n’ont pas de voix puisse se faire entendre ?

 

Telle est la question que nous nous posons avec Catherine ?

 

Nous réfléchissons à une plate-forme d’échanges et de retour d’expérience entre vigneronnes-vignerons.

 

Un outil à eux, par eux, pour eux…

 

Qu’en pensez-vous ?

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 04/07/2019 08:05

La parole est au naïf et son angélisme congénital.
Depuis que l'on parle, années après années, saisons après saisons de tout les fléaux qui s'abattent sur les vignes et les cultures telles les plaies d'Egypte j'ai du mal à comprendre pourquoi un système d'assurances générales et quasi obligatoires telles les multirisques habitation n'est pas mis en place.
Cela a déjà été évoqué par le Taulier à maintes reprises. Sans s'attarder sur les mécanismes à mettre en place, les primes ne devraient pas être excessives au regard de la "mutualisations des risques) N'oublions pas que celui qui comme moi habite en basse montagne, paye sa prime " catastrophe naturelle " qui permet d'indemniser les victimes des épisodes cévenoles alors qu'il ne sera jamais inondé.
Je comprends que les réflexions de Catherine Bernard vont plus loin et sont d'un autre ordre. Mais une partie , certes petite au regard de l'ampleur du problème serait écarté.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents