Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 juin 2019 6 08 /06 /juin /2019 06:00
Pour PAX né à Metz 1 histoire qui n’intéresse personne d’Alphonse Barthel, prisonnier au camp de Metz-Queuleu en 1944

Lorsque je vais dans des dégustations de vins qui puent des lecteurs de mon blog me demandent : « Mais qui est ce Pax ? »

 

Je réponds : « la mouche du coche ! »

 

À leur « mais encore ? », en attente de son curriculum-vitae je bafouille les maigres détails en ma possession.

 

Ce que je sais, c’est qu’il est né à Metz.

 

Comme j’ai un autre lecteur fidèle : Xavier Jungmann, lorrain exilé en Bourgogne, qui m’envoie de temps à autre des informations économiques, j’en profite pour faire une pierre deux coups.

 

C’est une page d’Histoire.

 

À 14 ans, il refuse de rentrer dans la Hitlerjugend. À 18 ans, il décide de fuir pour ne pas rentrer dans les SS. Alphonse Barthel sera enfermé au Fort de Metz-Queuleu en 1944. Des petits actes de résistance, qui le conduiront à être torturé et condamné à mort. Rencontre en cette fin mai 2019.

 

"Vous savez Monsieur, je n’ai pas grand-chose à raconter à ce sujet, mon histoire n’intéresse personne. J’ai simplement eu beaucoup de chance" m’explique Alphonse Barthel.


Cette phrase, il la répétera à maintes reprises au cours de l’entretien.
 


 

L'homme de grande taille, élégant, habillé d’un costume, cravate, chaussures cirées, la moustache bien taillée et les yeux bleus océan, ne paraît pas avoir 93 ans. "Je soigne mon alimentation, je mange beaucoup de légumes. Il y a encore deux ans, je cavalais comme un lapin" sourit-il.

 

Il peut courir, car pendant longtemps on l’a retenu prisonnier.

 

Comme 1.800 autres hommes et femmes, Alphonse Barthel a été enfermé au camp d'internement de Metz-Queuleu en 1944. Trois mois en enfer, pour un refus, un acte de résistance, qui le conduira dans l’obscurité, livré au sadisme des nazis.

 

Un homme amoureux de sa patrie

Près de la petite table, Alphonse Barthel se tient droit, l’histoire qu’il s’apprête à raconter l’a pourtant fait plier à plusieurs reprises.

 

Messin d’origine, né en 1926, Alphonse Barthel vit dans le quartier du Sablon, entouré de ses neuf frères et sœurs.

Petit, il se voyait dans l’armée. "Mon frère me disait toujours "Tu pourrais devenir enfant de troupe", c’était des jeunes qui après 14 ans suivaient une formation militaire. Mais ils n’avaient pas besoin de m’endoctriner. J’étais fin fou. Je ne loupais  pas un défilé militaire sans y être. La France, c’était tout pour moi…" explique-t-il fièrement.

 Les allemands se comportaient comme des seigneurs

 

- Alphonse Barthel, prisonnier au camp de Metz-Queuleu en 1944

 

La suite ICI 

 

Cette chronique est le parfait exemple de mon goût immodéré pour profiter du travail des autres…

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 08/06/2019 07:38

Vraiment, ils y en a qui s'intéresse à la petite personne d'un Pax dont la discrétion n'est pourtant pas la qualité première ? ( Petite personne, c'est vite dit quand on connait et ses chevilles qui enflent et la gosse tête qu'il prend et surtout ...sa bedaine ) Je me permets de signaler aux réels curieux que notre estimable Taulier a tout prévu et a pourvu son blog d'une utile et efficace fonction " recherche". Taper " pax " et vous m'en direz des nouvelles.

pax 08/06/2019 06:16

Profiter du travail des autres, peut être ( faute avouée à moitié pardonnée - je me souviens d'un temps ou un taulier quelque peu lassé faisait appel au peuple pour engranger de la copie) mais aussi, parfois l'art de tirer le portrait ou se payer leur fiole selon l'humeur. Confère la chronique du 21/05/2019 ! (LOL)

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents