Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mars 2019 1 25 /03 /mars /2019 06:00
vaches au pré by eugène boudin

vaches au pré by eugène boudin

Mais jusqu’où iront-ils ?

 

Deux exemples :

 

  • la publicité TV pour la marque bio Céréal : Et si vous passiez au végétal, un monument de désinformation porté par la vague bio.

 

Résultat de recherche d'images pour "publicité télé pour la marque Céréal"

 

 

Contrairement aux fous qui taguent les boucheries à grand coup de peinture rouge, je ne développe aucune agressivité à l’endroit de ceux qui décident de ne plus manger de viande.

 

En revanche, je ne me lasserai jamais de ferrailler contre la coalition des partisans de substituts cellulaires à la viande qui se drapent dans des intentions, très nobles. Il s’agit de défendre les animaux et de protéger la planète.

 

Ne touchez pas aux vaches dans le pré !

 

« Parmi les vaches de Bruno Greind « il y a les petites moches débrouillardes qui sont dans leur coin, qui mènent leur vie de leur côté sans se faire remarquer ». Il y a aussi  les « grandes gueules, toujours les premières » et « les vieilles qui connaissent la chanson, qui ne se précipitent pas parce qu'elles savent »

 

Elle (la meneuse) remplit plusieurs rôles. Elle prend en charge de conduire le groupe et décide des déplacements. Les éleveurs disent d'elle qu'elle assure le calme et qu'elle peut tempérer l'inquiétude de ses congénères quand il y a lieu. La meneuse a généralement la confiance du groupe ; elle émerge du troupeau de manière consensuelle, notamment à cause de ses qualités particulières. Elle a de l'expérience, c'est souvent la vache la plus âgée. Souvent gourmande, toujours curieuse et avide d'explorer, c'est une vache « prête à faire des expériences », une vache « qui prend des risques ». C'est surtout une vache indépendante et qui a du tempérament.

 

« On rit parfois, raconte André Louvigny, du regard bovin de certaines personnes. Mais lorsqu'un groupe de bovins, en hiver, est dans des conditions de bien-être alimentaire et paillé et tout ça, et que tu entends qu'il pleut dehors, ça repose de les voir là. Tu dirais, en les voyant regarder par la porte alors qu'il pleut, qu'elles te remercient. »

 

C’est signé Jocelyne Porcher est sociologue à l’INRA, dans Être Bête, co-écrit avec Vinciane Despret, que j'ai acheté à ma sortie de la magnifique et instructive exposition Bêtes et Hommes à la Grande Halle de la Villette. ICI 

 

 

 

Elle m'a fait prendre conscience que le fait d'avoir gardé dans ma jeunesse les vaches du pépé Louis, Normandes aux yeux tendres, Parthenaises efflanquées et courageuses, et bien sûr ma préférée : la vieille Fidèle, aveugle, qui cheminait à mes côtés, le mufle collé à mes flancs, doucement, le pis lourd, heureuse de rentrer dans la tiède chaleur de l'étable du pépé. Chemin faisant nous devisions. Elle m'a donné le respect de la différence, le goût des choses simples, l'art de perdre son temps à écouter, à comprendre. Compagne de mes jours heureux de sauvageon, ma Fidèle méritait bien que des « filles » savantes rendent hommage à sa sensibilité.

 

Jocelyne Porcher l’auteure de « Vivre avec les animaux, une utopie pour le XXIe siècle ». (La Découverte, 2011). Elle s’apprête à faire paraître « Cause animale, cause du capital », aux Editions Le Bord de l’eau.

 

Elle signe dans le Monde une tribune revigorante :

 

« La viande de culture est un poison alimentaire, social, écologique et intellectuel »

La viande dite « propre », parce que créée en laboratoire, est une illusion morale, car elle ne sert qu’à promouvoir les visées d’industriels qui ne cherchent qu’à contrôler plus étroitement ce que nous consommons.

 

La clean meat, ou « viande propre », ou « viande cultivée », représente aujourd’hui un nouveau graal pour les biologistes et un incroyable eldorado pour les investisseurs. L’innovation biotechnologique présentée en 2013 par le scientifique Mark Post, pionnier de la viande in vitro, a, en quelques années, donné naissance au « clean meat movement », un rassemblement de scientifiques, d’industriels, de fonds d’investissement, de multinationales, de milliardaires, de fondations, de théoriciens des droits des animaux promoteurs d’un monde meilleur à portée de pipette.

 

Un nombre croissant de start-up, partout dans le monde industrialisé, s’implique dans le développement de ces substituts cellulaires à la viande. En développant la « viande propre », leurs intentions, affirment-ils, sont très nobles. Il s’agit de défendre les animaux et de protéger la planète. Car comme nul ne peut l’ignorer maintenant, « l’élevage » est une calamité pour les animaux et pour l’environnement – pour les défenseurs des animaux, tout comme pour les industriels, l’administration nationale et européenne, les organismes internationaux, le terme « élevage » désigne aussi bien les « productions animales », c’est-à-dire les systèmes industriels et intensifiés que le fait d’élever les animaux, que l’on peut nommer pour le distinguer des précédents « élevage paysan ».

 

L’intérêt de la médiatisation

 

Les vaches généreraient autant voire plus de gaz à effet de serre que toutes les voitures et les avions qui sillonnent le monde en tous sens et la vie des animaux de ferme, depuis l’aube des temps domesticatoires, ne serait qu’un incessant martyrologe, tenu à jour par une communauté d’écrivains, journalistes, philosophes et autres universitaires autoproclamés défenseurs de la « cause animale ».

 

Ainsi que le militant vegan américain Paul Shapiro, le philosophe australien Peter Singer (tous deux membres de la Cellular Agriculture Society, association américaine à but non lucratif) et autres thuriféraires de la charité bien ordonnée nous l’affirment, la défense de la cause animale passe par notre consentement à ingurgiter la bouillie que nous préparent les start-up. Les produits d’élevage issus des animaux seraient « sales », et a contrario, la viande in vitro serait « propre ». Propre pour l’environnement, propre du point de vue de l’hygiène, propre moralement puisqu’elle ne participerait à la mort d’aucun animal.

 

Il faut noter que cette innovation technologique, présentée comme révolutionnaire par ses promoteurs, s’inscrit dans le droit-fil de l’industrialisation de l’élevage. A partir du milieu du XIXe siècle, scientifiques et industriels s’emparent des animaux de ferme pour en faire des outils rentables du capitalisme industriel. De partenaires du travail paysan, les animaux deviennent des machines productrices de matière animale, bovine, porcine, avicole… Mais cette industrie lourde montre aujourd’hui ses limites d’un point de vue environnemental et sanitaire bien davantage que du point de vue de nos relations aux animaux, car la violence industrielle est connue depuis longtemps.

 

« La stratégie la plus efficace pour convaincre les consommateurs est de leur expliquer combien l’élevage est mauvais »

 

Rappelons en effet que l’ouvrage Animal Machines. The New Factory Farming Industry, (Des machines animales, la nouvelle industrie de l’élevage, CABI, non traduit) de l’auteure britannique Ruth Harrison, a été publié en 1964, et que Le Grand Massacre (Fayard) d’Alfred Kastler, Michel Damien et Jean-Claude Nouet, l’a été en 1981. On sait donc depuis des décennies ce qu’est la violence industrielle envers les animaux. Mais dans les années 1980, elle représentait un enjeu économique trop important pour faire la une des médias.

 

Aujourd’hui, les cartes ont changé de main et les scientifiques, les industriels et les multinationales ont intérêt au contraire à ce que cette violence industrielle soit médiatisée. Car, comme l’expliquent les consultants en communication, la stratégie la plus efficace pour convaincre les consommateurs de passer des produits issus d’animaux à des produits issus de la « Cell-Ag », l’agriculture cellulaire, est de leur expliquer combien l’élevage est mauvais. Ce à quoi servent en tout premier lieu les associations de défense des animaux qui ont mis en place un lourd arsenal de propagande pour dégoûter nos concitoyens de la viande – les associations de défense des animaux, telles PETA et L 214, militent pour une rupture des liens de domestication et promeuvent le véganisme et la viande in vitro ; les associations de protection des animaux, comme Welfarm, CIWF, s’intéressent, elles, à l’amélioration de leurs conditions de vie. En 2017, la fondation Open Philanthropy Project, qui finance des bourses de recherches sur la clean meat, a ainsi versé une obole de plus d’un million d’euros à l’association L 214.

 

Le triomphe de la technique sur la vie

 

La clean meat est propre car elle ne provient pas d’un animal dégoûtant. Elle est produite en laboratoire par des âmes pures en blouse blanche et non dans la boue par des brutes en cotte verte. Elle est propre moralement car elle ne nécessite pas de tuer les animaux. Elle est propre pour l’environnement car les éprouvettes ne produisent pas de méthane.

 

« Pas d’animal, pas de liens, pas d’affects, pas de sensibilité, pas d’histoire, pas de travail vivant, pas de doutes »

 

La clean meat est surtout un poison. Un poison alimentaire car sa fabrication est tout aussi opaque que celle des produits industriels sortis de l’industrie agro-alimentaire. Un poison social car cette production hors sol accroît notre asservissement aux GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft). Un poison écologique car sa production, en fonction des sources d’énergie utilisée, est potentiellement tout aussi productrice de CO2 que les productions industrielles. Un poison intellectuel car nombre d’universitaires et de politiques, du fait de leur ignorance du travail réel avec les animaux, sont pris au piège d’une pensée simpliste, dé-historisée, manichéenne qui refuse la mort des animaux, nos supposés prochains, au nom du « bien », et en arrive ainsi à refuser leur vie.

 

Car s’il n’y a pas de mort dans la clean meat, c’est parce qu’il n’y a pas de vie. Il y a du vivant mais il n’y a pas de vie. Pas d’animal, pas de liens, pas d’affects, pas de sensibilité, pas d’histoire, pas de travail vivant, pas de doutes. La clean meat, c’est le triomphe de la technique sur la vie, l’exclusion même de la vie. Et c’est aussi la destruction de la culture. Car, comme l’écrit le philosophe Michel Henry, la culture est culture de la vie. Sa destruction, cela s’appelle la barbarie.

 

Jocelyne Porcher  ICI 

 

La viande de culture est la seule manière de mettre un terme à l’élevage industriel 

Lorsque son prix sera abordable, la viande cellulaire offrira la promesse au consommateur d’un produit débarrassé des antibiotiques dont les animaux d’élevage sont gavés, estime l’essayiste David Chauvet, dans une tribune au « Monde ». ICI 

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 25/03/2019 09:42

Et bien voilà une rude chronique pour commencer la semaine.
Le triomphe de la technique sur la vie
C’est, entre autre, ce que n’a cessé de dénoncer Jacques Ellul dont la pensée revient « à la mode » après avoir été délibérément ignorée par l’intelligentsia parisienne pour qui cet enseignant de province ne présentait pas l’éclat nécessaire à la faire briller.
C’est ce que l’on peut voir aujourd’hui que le triomphe, modeste à ses débuts au point d’apparaître comme une solution à nos problèmes, envahit l’actualité comme le nénuphar, tout d’abord discrète plante décorant les plans d’eau, finit par occuper toute la surface.
Le triomphe de la technique sur la vie ce n’est pas simplement accorder la primauté de l’un sur l’autre mais, comme la croissance du nénuphar, assurer l’éradication de la vie.
Petit exemple qui illustre l’envahissement de la technique et la suppression de la vie : les jardins des maisons individuelles. Souvent des espaces verts harmonieux avec des plantations suivant les saisons. Parfois amusant avec les nains de jardins, les puits en pneus ou la même plante exotique, un peu ridicule plantée toute seule comme cette « herbe de la pampa » qu’on pouvait voir jadis dans quasiment dans tous les jardins d’un même lotissement. Aujourd’hui, ces jardins sont minéralisés : grande étendue de cailloux blancs ponctués de rocs ou rochers
de tailles et de couleurs diverses assemblés par l’artiste qui vous garantit une absence de mauvaises herbes car le tout a été mis en œuvre sur un grand plastique noir qu’aucune plante ne saura percer. (plus de tonte, plus de déchets verts, plus d’arrosage, plus de vie !) Les jardins sont devenus des pierres tombales puisque c’est là, à petite taille que le phénomène a commencé.
La primauté de la technique sur la vie, permet de se passer de toute réflexion sur le comment du pourquoi on en est arrivé là. Un problème ? J’ai une idée et pour la faire avancée, du passé faisons table rase. Des antibiotiques dans le bétail ? M’en fout, mon idée fixe supprimant le bétail, supprimera les antibiotiques et ainsi de suite les idées les plus en vogue un temps se succéderont les unes aux autres sans mesurer les conséquences, les redoutables effets pervers qui n’intéressent personnes. Supprimer les antibiotiques donnés au bétail ? tu rigole non ? C’est ringard.
Cela fait des années que l’on connaissait avec certitudes les effets désastreux de l’amiante
(1907) Ce n’est que très récemment que ce produit à été interdit. Cela fait au moins cinquante ans que beaucoup tirent la sonnette d’alarme sur les risques de l’abus des antibiotiques. On y est. La porte est ouvertes aux bactéries multi résistantes et s’ouvre à l’humanité une ère comparable à celle d’avant le seconde guerre mondiale et la découverte (accidentelle) de Flemming. Je dis accidentelle car la recherche d’un tel produit, s’il n’est pas aidé par le hasard nécessite de tel investissement que les laboratoires pharmaceutiques n’y vont pas.
L’intérêt de la médiatisation.
C’est un des autres éléments de la pensée d’Ellul, autre versant de la technique elle a pour fonction l’aliénation des masses qui acceptent quasiment tout sans moufter.
A l’allure ou cela va, Smerdphone, Réalité « augmentée » c’est à dire je remplace La Réalité par celle que mes outils vont te faire voir, sans oublier l’Intelligence Artificielle ! Ah l’intelligence artificielle ! Tu veux rire ? C’est le nouveau veau d’or de nos prochaines années ! (De quoi te plaints tu, on donne la part belle aux animaux, c’est pas beau ça le veaux d’or ?)
Aller, fini les élucubrations d’un lundi matin. Place au clins d’œil à notre malicieux Taulier qui pour parler du sujet du jour : la vache, présente un livre rédigé par Jocelyne « Porcher » et Vinciane « Des près » Faut le faire !

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents