Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 avril 2019 1 01 /04 /avril /2019 06:00
J’ai 2 amours : la pasta&le vin, pourtant je ne suis pas italo-américain… Vive les pâtes ivres !

Comme vous le savez sans doute, pour certains français de gôche d’avant la chute du mur de Berlin et la déconfiture de l’URSS, sous la férule brutale des staliniens à peine repentis du PCF, ceux qui finirent sous Marchais dans les fourgons de Mitterrand en 1981, il était de bon ton de se situer dans le bon camp, celui de la lutte anti-impérialiste.

 

Si tu osais affirmer que tu en étais en condamnant la guerre du Vietnam mais en n’adhérant pas à la défense du socialisme réel, au bilan globalement positif, tu n’étais qu’un traître à la solde des américains. Ne croyez pas que je caricature, l’un des derniers hérauts de ce combat vient de quitter la scène : Roland Leroy.  Il était brillant, sarcastique, Roland Leroy était une personnalité paradoxale. L’historien communiste François Hincker voyait en lui à la fois un « bolchevique » et un « dandy ». Homme de grande culture, il vouait un véritable culte à l’écrivain Roger Vailland. Grand amateur de cinéma, de théâtre et de peinture, ce dilettante ne méprisait pas les mondanités du Tout-Paris. Beau parleur mais adepte de la langue de bois, il devient, en 1967, et jusqu’en 1974, responsable de la section « des intellectuels et de la culture ». C’est un charmeur qui peut être très autoritaire mais aime séduire.

 

Bref, comme le grand Charles, lui aussi, au nom de l’indépendance nationale, contestait la mainmise étasunienne sur les démocraties européennes, il le traduira par son retrait de l’organisation militaire de l’OTAN : « en fin d'après-midi, le lundi 7 mars, M. Maurice Couve de Murville convoque dans son bureau du quai d'Orsay M. Charles Bohien, ambassadeur des Etats-Unis. C'est pour lui remettre un message personnel du Président de la République française au président Lyndon B. Johnson. »

 

De Gaulle avait réaffirmé ses intentions, avec éclat, lors de sa dernière conférence de presse, le 21 février 1966 : « Modifier les dispositions actuellement pratiquées, afin de rétablir une situation normale de souveraineté dans laquelle tout ce qui est français en fait de sol, de ciel, de mer et de forces, et tout élément étranger qui se trouverait en France ne relèveraient plus que des seules autorités françaises. »

 

En rappelant ces faits je ne fais pas une déclaration d’amour aux USA mais je me situe, pour une fois, sur la ligne de Mitterrand face aux plutôt rouge que mort (« Lieber tot als rot » par Joseph Goebbels) lors de l’affaire des euromissiles (SS20 américains tournés vers l'Est).

 

Le dernier coup d’éclat face à la toute-puissance américaine fut bien sûr le célèbre discours de Dominique de Villepin à la tribune de l’ONU pour condamner l’intervention américaine en Irak, la seconde. Allez donc voir Vice, biopic sur Dick Cheney, vice-président américain de George W. Bush de 2001 à 2009, fait l’effet d’une bombe. Affairiste et homme politique sulfureux, mal connu et discret, Cheney fut en fait l’homme le plus puissant de la planète durant sa fonction.

Sans ironie aucune, je soulignerai qu’en dépit de nos rodomontades, le joug américain ne s’est jamais démenti : MacDo, Apple, les fameux GAFA… et d’ailleurs le dernier avatar du parti gaulliste, Nicolas Sarkozy, a annoncé la réintégration de la France dans le commandement intégré de l’OTAN à la tribune du Congrès à Washington le 7 novembre 2007.

 

Tout ça pour dire, c’est dans ma nature, dans mes relations personnelles, je choisis toujours le meilleur de mes interlocuteurs même si bien sûr je n’irais pas faire quelques trous avec Trump, je n’aime ni le golf, ni cet échevelé représentant l’Amérique profonde.

 

Du côté de l’Italie ce fut dès le premier jour le coup de foudre, ce qui s’y passe en ce moment avec l’alliance Ligue du Nord&Mouvement 5 étoiles, m’attriste et me désole, sans pour autant me faire désespérer.

 

Alors, comme je suis un vieux bobo indigne, je lis le New York Times et dans le numéro du 8 mars 2019 David Tanis nous parle des pâtes «ivres», elles sont appelées spaghetti ubriachi (ou all'ubriaco) ou sont parfois appelées pâtes alla chiantigiana, si elles sont faites avec de la strisce, des pappardelles ou d’autres nouilles très longues et avec du chianti.

 

ICI 

 

Mais voilà, n’en déplaise à l’inventeur de la Petite Sibérie, en dépit de mon âge canonique et de mon état de conservation, j’ai toujours le nez sur tout ce qui bouge 6 avril 2016 je chroniquais Depuis que les ricains sont fous des pâtes au vin rouge je bois l’eau des nouilles vu que c’est…

 

ICI 

 

Presque 3 ans après je refais.

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 02/04/2019 12:20

Largué, totalement largué.
On sait que je m’attache à mettre mes pas dans les pas du Taulier tant le fait de cheminer en sa compagnie, tout au long de chroniques inspirées de l’air du temps, mais aussi du temps jadis comme du moment présent plus intime, permet des découvertes pleines de surprises et jamais décevantes, quelque soit le sujet abordé.
Mais là, je rends les armes. Impossible de suivre !
Les recettes du Taulier !
Aujourd’hui des pâtes alors qu’on aurait pu s’attendre à un poisson.
J’envie cette aisance, cette façons de les raconter qui met l’eau à la bouche tant on perçoit le plaisir pris à les réaliser, à les déguster seul ou en bonne compagnie comme, l’autre jour, les sardines ou le repas de Noël de ce 26 décembre 2018.
Pour ma part, s’il n’y avait pas mon épouse préférée, je serais souvent du type mangeant , debout devant la porte du frigo ouverte, piochant les raviolis froid à même la boite de conserve ouverte la veille ou l’avant veille.
Parmi les recettes proposées je me souviens de l’incomparable Vignarola alla romana ! *
Dis donc, cher Taulier toi qui ne rechigne pas à faire appel à d’anciennes chroniques il y aurait t’il quelque chose à rajouter sur cette chronique du 14 février 2014, ou tout a déjà été dit et que cette année il n’est pas trop tard puisque avril commence et que la saison des fèves se situe entre mars et avril ?
Y m’fout des complexes ce sacré Taulier. Tiens j’m’en va acheter des sets de table comme ceux inénarrables (bleus) qui apparaissent régulièrement sur les photos accompagnant les chroniques culinaires. Cela va p’t’être m’encourager à me mettre au fourneaux.
* Cette chronique toute printanière nous livre une photo d’un Taulier lumineux qui remplacerait bien la photo d’un noir ardissonesque qui illustre le haut de page des chroniques.
Brr, brr, sinistre. Ce n’est pas la première fois que je suggère ce remplacement. Mais bon, pour ce que j’en dit !
Et puis le Taulier peut rétorquer à la mouche du coche de se mêler de ce qui le regarde ou comme dans une nouvelle de Villiers de l’Isle Adam : « Le noir me va si bien ! »Ou encore, pour finir, silence sur le sujet ; La prochaine fois c’est le Fly-tox garantit !

Chronique tout d’abord censurée par Overblague et ré-envoyée ce mardi 2 avril, d’ou quiproquo et malentendus à la clé. Efficacité de la mouche du coche non ? Attention elle peut se transformer en mouche Tsétsé . Y a intérêt à filer doux non mais !
En tout cas, bravo et merci Taulier.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents