Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 mars 2019 1 04 /03 /mars /2019 06:00
Le roi est nu. Une fois ôtées les boissons, l’excédent de la balance agro-alimentaire se mue en déficit depuis 2004.

C’est l’inusable Jérôme Agostini du CNIV qui va être content, lui qui face à l’annonce de la venue d’Emmanuel Macron à la dégustation sur le stand des pépés du vin, s’exclamait : « Nous sommes première filière agricole française en valeur, il n’est pas question qu’il ne vienne pas »

 

Sans les boissons, vin et spiritueux, ce serait l'incroyable bérézina des industries agro-alimentaires françaises à l’exportation écrit un certain Alexandre MIRLICOURTOIS, Directeur de la conjoncture et de la prévision, de Xerfi, le 24 Février 2019 en plein salon de l’agriculture et des beaux animaux que les politiques aiment tant peloter.

 

Classer les boissons dans les IAA est un peu tiré par les cheveux, les usines à vin et à pastis c’est de la petite bière. Bref, le monsieur expert en tout n’a pas tout à fait tort de virer les équivalents Rafale de la balance commerciale.

 

Je ne dirai rien sur 2017, année record pour les exportations de vins et spiritueux français, où certains grands arbres cachent la misère des taillis.

 

ICI 

 

La filière agroalimentaire française est gravement malade. Pourtant, une fois de plus, le chiffre mis en avant et repris en boucle par la profession, comme par les pouvoirs publics, est celui de son excédent extérieur : plus de 7 milliards d’euros, encore en 2018. C’est normal, dans un pays systématiquement déficitaire depuis 2004, c’est l’un des rares bastions de notre balance commerciale qui tienne encore. Mais c’est quand la mer se retire que l’on voit ceux qui nagent nus, disait Warren Buffet… or, le roi est nu. Une fois ôtées les boissons, l’excédent se mue en déficit depuis 2004. Un déficit qui se creuse et qui dépasse désormais 5 milliards d’euros, c’est un record ! 

 

 

L’industrie alimentaire, notre fameux pétrole vert, est de plus en plus mal exploitée et c’est maintenant un fiasco. Les symptômes du mal se trouvent notamment dans l’évolution du taux de marge duquel dépend la capacité des entreprises à investir pour rester dans le coup face à une concurrence internationale qui se durcit et répondre aux exigences d’une distribution en quête permanente de petits prix.

 

La suite ICI 

 

La conclusion : « Sur les 9 grandes branches composant les industries alimentaires, 5 sont désormais en déficit, c’est une véritable déroute pour ce qui est devrait être l’un de plus grands points forts de l’économie française.

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 04/03/2019 08:44

Ce me fait penser aux bois et cuirs français. La France ressemble à ces pays du tiers monde qui n'ont d'autres ressources que d'exporter leurs matières premières. L'Italie accueille nos grumes et peaux et nous vend meubles et maroquineries de toutes sortes. L'ONF en pleine réforme voit sa base non consultée, s'y opposer ( c'est naturel et de bonne guerre dans ce Cher et Grand Pays) Cette base cependant reproche le tournant pris ,consistant en une exploitation essentiellement comptable et financière loin de ce que nécessite une forêt en matière de développement durable et écologique. Pas sur ,qu'à terme, une chronique identique ne pourrait pas sur la base d'analyse rigoureuse, expliquer qu’il n’y ait pas assez de feuille de chêne pour cacher que le forestier est nu.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents