Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 février 2019 6 09 /02 /février /2019 06:00
© Pidji-Photography / Pierre-Jérôme Adjedj

© Pidji-Photography / Pierre-Jérôme Adjedj

Qui se souvient de la RDA d’Honecker ?

 

Dans Le pays disparu Sur les traces de la RDA Nicolas Offenstadt raconte :

 

 

Question préalable : quand la RDA a-t-elle disparue ?

 

Lisez bien c’est très instructif.

 

L’alcoolisme en RDA, République Démocratique Allemande c’est la partie communiste de l’Allemagne, parti unique, Stasi, une démocratie comme l’aime les insoumis et les gilets jaunes, fut une question politique, pas seulement une affaire individuelle. En effet, le sujet socialiste que l’État voulait former se devait de mener une vie saine, et les vices du capitalisme devaient disparaître dans ce monde nouveau : « L’abus d’alcool est non-socialiste unzozialistisch »  (brochure de 1964). L’alcoolisme n’est reconnu que progressivement et tardivement comme une maladie (165), qui n’est pas seulement la conséquence d’un comportement asocial. Le processus de prise en charge s’améliore, dès lors, dans les années 1970, alors que les caisses d’assurance maladie s’étaient montrées jusque-là réticentes à payer pour les maladies déclenchées par l’alcoolisme.

 

Pourtant, la réalité, dont témoigne Harry (ndlr un chauffeur routier alcoolique), était loin de l’idéal. D’abord l’accès à l’alcool était extrêmement facile, pas de pénurie ici. Si le vin n’est pas très répandu, en revanche, les eaux-de-vie et autres alcools forts sont extrêmement consommés, et peu chers ; la bière également. Tout au long de l’existence de la RDA, la consommation augmente dans des proportions considérables. Elle fait partie de l’affirmation d’une masculinité socialiste et aide à pallier les difficultés du quotidien.

 

L’État prend d’ailleurs un ensemble de mesure contre cela – mais sans limiter la production –, qu’il s’agisse de développer des lieux alternatifs aux habituels « bistrots » (Kneipe), d’augmenter les prix ou de limiter la publicité pour les boissons alcoolisées. À la Schwarze Pumpe, les ouvriers ont droit au « Schnaps du mineur » selon une vieille tradition, que les autorités, malgré leur lutte contre l’alcoolisme, n’arrive pas à briser.

 

L’alcoolisme n’est pas en effet éradiqué. Une enquête conduite parmi les patients de la clinique de la même ville, Schwerin, montre qu’un bon nombre de  sujets consomment, comme Harry, de l’alcool sur leur lieu de travail. Les occasions collectives de boire au sein de la brigade, dont on a vu la fonction de socialisation, sont d’ailleurs nombreuses : les fameux jours des métiers… les attributions de titres… Pour Sandrien Kott (Le communisme au quotidien) « si l’ivresse est tolérée, voire magnifiée, si les petits vols sont excusés, l’ivrognerie débridées ou les vols répétés sont assimilés à des maladies mentales et le salarié, considéré comme asocial, et alors menacé de traitement ou d’enfermement psychiatrique. »

 

Dans les archives de la Stasi, Emmanuel Droit (La Stasi à l’école) a relevé aussi l’ampleur de l’alcoolisme chez les enseignants.

 

En 2017

DDRDA. Éclats de la RDA. Institut français de Berlin, 211 Kurfürstendamm. Commissaires : Rita Aldendorf-Hübinger et Nicolas Offenstadt. Photographies de Pierre-Jérôme Adjedj.

 

ICI 

 

Rien d’aussi imposant dans l’exposition de l’Institut français. Collées à même le mur, conformément à la volonté du photographe, et hors de tout cadre qui leur aurait attribué un statut contraire à l’esprit de l’exposition, les photographies de Pierre-Jérôme Adjedj ont visé l’anodin à partir duquel « faire parler ces lieux » : des images qui accrochent paradoxalement le regard par leur insignifiance finalement dérangeante. Des photos de friches industrielles, de fragments d’affiches, de carreaux cassés, d’échelles qui ne conduisent nulle part, forment le support de textes distribués sur papier libre recyclé où l’on peut lire des pans d’histoire de la RDA. Ni didactique, ni accusatrice, une histoire qui informe sur ce qu’on entendait par « culture socialiste » aussi bien que sur l’alcoolisme en RDA ou sur des réalisations comme celle de la ville « sortie de rien » et fierté du régime, Eisenhüttenstadt, du temps où l’acier était trempé.

La belle histoire de "Petit chaperon rouge", le vin mousseux qui a séduit l'Allemagne

 

 

Né en RDA, le mousseux Rotkäppchen ("Petit chaperon rouge") a conquis le coeur des Allemands. Ce "champagne communiste" est le vin de fête par excellence Outre-Rhin. Retour sur son histoire atypique.

ICI

Partager cet article

Repost0

commentaires

Aredius44 09/02/2019 09:03

Merci pour ce billet. J'ai connu la Biélorussie et un repas de conférence avec ses toasts, la Hongrie où les gens dans les centres de recherche buvaient de l'alcool pour compenser des repas où il n'y avait rien à manger. Mais pas la RDA.

pax 09/02/2019 07:05

Heureux qui communiste a fait un beau voyage
Ou comme cestuy-la qui conquit la boisson
Et puis c’est retrouvé, plus mari, mais bon
Vivre très libéral le reste de son âge

Quand reverra t’il ses chers et doux breuvages
Paradis socialiste et autres déraisons
Se fera t’il vraiment à ce monde de cons
Qui est promesse sans vraiment d’avantages

Plus lui plait le séjour qu’il appel de ses vœux
Qu’il se bâtit tout seul et non celui radieux
Qu’on lui promet toujours mais n’arrive jamais

On ne fait pas d’omelette sans casser les œufs
S’excuse t’on partout mais l’omelette, euh
Elle vient quand ? y en marre non mais !

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents