Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2019 2 26 /02 /février /2019 06:00
Garches, Juillet 1936. André Malraux lors d'un meeting de solidarité

Garches, Juillet 1936. André Malraux lors d'un meeting de solidarité

Le 31 octobre 1937, le gouvernement du docteur Juan Negrin a quitté Valence pour Barcelone Il veut raffermir les liaisons entre les trois grandes cités qu'il contrôle encore: Barcelone, Madrid et Valence.

 

 

« Dans cette ville étrange, on peut tout obtenir avec de l’argent, pendant que d’autres sont dans la misère et que des enfants mendient devant les restaurants et les hôtels les plus chers. Magnus adore la cuisine espagnole et découvre constamment de nouveaux plats. Il change de l’argent et invite Joe Mercer à déjeuner de l’autre côté du fleuve, à proximité du port, où il a déniché un petit restaurant tenu par un homme, sa femme et leur fille unijambiste. Le patron s’appelle Juan Carlos, a un fils pêcheur qui lui procure du poisson, un neveu agriculteur qui lui procure des légumes et du riz et un oncle, employé dans l’administration de la ville, qui s’arrange pour que son neveu ne soit pas inquiété.

 

Il n’y a qu’une dizaine de tables sans nappe, les couverts sont en fer-blanc et les plats sont cuisinés dans de grandes poêles noires, sur un gril ouvert chauffé au bois, mais ce qu’on y mange est divin. On leur sert d’abord une copieuse salade, puis un plat énorme que les gens du cru appellent paella. Le riz jauni par le safran est garni de coquillages et de poisson. Magnus estime que de toute sa vie, il n’a jamais rien mangé d’aussi bon ? Il est heureux comme un gamin d’avoir trouvé ce restaurant et de voir Mercer partager le même plaisir à déguster ce repas. On leur sert aussi du pain frais, si difficile à trouver, mais la patronne le fait elle-même. Ils arrosent le tout d’un vin blanc doré au goût fruité.

 

[…]

 

« C’est fantastique, dit Joe Mercer, on peut aller  déjeuner dans les restaurants les plus chics  de Chicago ou de Paris, se faire servir par des maîtres d’hôtels snobs sur des nappes damassées empesées, disposer d’un bataillon de couverts en argent, mais quand on a vraiment faim, personne n’est capable de cuisiner un repas meilleur que celui-ci, si simple en réalité.

 

  • On se croirait loin de la guerre.

 

  • Elle n’est jamais loin,  dans ce pays.

 

  • Pourquoi es-tu revenu ?

 

  • C’est mon job.

 

  • C’est facile à dire.

 

  • La guerre est comme la cocaïne, ou les femmes, ou l’alcool, quand on en a goûté, on devient dépendant.

 

  • Tu es donc un drogué de la guerre.

 

  • Tu le deviendras toi aussi. À la guerre, on se sent formidablement en vie.

 

  • Tant qu’on reste en vie.

 

Magnus Meyer est danois, Joe Mercer est étasunien, ils sont officiellement journalistes en zone républicaine.

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pax 26/02/2019 09:09

"Esto días azules y este sol de la infancia." Ces jours d'azur et ce soleil de l'enfance, derniers vers du poète retrouvé griffonné dans la poche de son manteau

Pax 26/02/2019 06:40

Espagne 1937, 2 ans avant la Retirada qui vit quelques 450 000 Espagnols fuyant le franquisme,traverser la frontière à Port Bou. Certes, ils sauvèrent leur peau mais furent parqués par l'administration française,dans des conditions innommables à Port-Vendres ou Argelés.Samedi 23,nous venons, à Collioure de célébrer les 80 ans de cet événement et surtout la mort le 22 février 1939,d'Antonio Machado le plus grand poète Espagnol qui est à l'Espagne ce que Victor Hugo est à la France. Il est avec Federico Garcia Lorca en 1936, 2 grandes victimes du franquisme. Cette année, pour diverses raisons, Pedro Sanchez, premier ministre espagnol en difficulté, fit le voyage avec une délégation de près de 56 personnes et vint se recueillir sur la tombe du poète la ou, tout au long de l'année, des Espagnols de tout âge viennent qui en pèlerinage, qui se recueillir et souvent dépose sur la tombe sous un caillou un message écrit sur petit papier plier.
La délégation espagnole ne s'est pas jointe à la manifestation habituelle de l'association des amis d'Antonio Machado avec la municipalité...!? il y eu une forte présence d'autonomistes catalans de tous bords...!? 80 ans après...sur la tombe d'un écrivain invitant à tout autre chose..!? Est ce ainsi que les hommes vivent ?

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents