Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 janvier 2019 7 20 /01 /janvier /2019 06:00
« Les réseaux sociaux sont devenus le caniveau des bassesses humaines » on n’est pas obligé de s’y vautrer on peut marcher à visage découvert sur le trottoir.

Mon blog se poste sur Twitter et Facebook, les commentaires n’y tombe pas comme à Gravelotte et j’en suis fort aise.

 

Je poste sur Face de Bouc des articles que je trouve intéressants, sans être forcément d’accord avec la totalité de leur contenu, et surtout des caricatures de presse qui en disent plus que les longs discours, Chapatte le suisse est mon préféré.

 

Les rares fois où je me suis risqué à faire des commentaires sur des pages j’ai attiré une nuée de mouches à merde que j’ai bien sûr flytoxés.

 

Certains de mes « amis », ceux que je connais, qui n’ont sans doute pas grand-chose à faire, ou qui vivent une vie de merde, se vautrent dans les diatribes au vocabulaire douteux. Ça m’attriste, je retiens ma plume, je me retiens de les virer au nom des bons moments d’autrefois, mais je ne les fréquente plus.

 

Reste les anonymes, qui ne sont pas dans ma liste d’amis, ceux pour qui, bien avant les gilets jaunes, les réseaux sociaux sont des caniveaux dans lequel ils dégobillent dans une langue phonétique bourrée de fautes d’orthographes.

 

8 octobre 2017

ICI 

 

« Les réseaux sociaux donnent le droit de parler à des légions d’imbéciles qui, jusque-là, ne parlaient qu’au bar après un verre de vin, sans causer de dommage à la collectivité. On les faisait taire aussitôt, alors que désormais ils ont le même droit à la parole qu’un prix Nobel. C’est l’invasion des imbéciles. »

Umberto Eco

 

Dans L’imbécillité est une chose sérieuse, Maurizio Ferraris s’interroge :

 

« La technique, quelle qu’elle soit, ne nous aliène pas, ni ne nous rend stupides. Simplement, elle potentialise vertigineusement les occasions de nous faire connaître pour ce que nous sommes : plus présente est la technique, plus grande est l’imbécillité perçue.

 

Nous ne sommes pas du tout plus imbéciles que nos ancêtres, et il est hautement probable que nous soyons plus intelligents qu’eux. Moins goinfres (avez-vous prêté attention à ce qu’on mange dans les romans du XIXe siècle ?), moins alcooliques (amusez-vous à compter le nombre de bières que Maigret est capable de boire en une journée), plus libéraux et moins autoritaires ou moins enclins au fanatisme (les bûchers de sorcières ne sont plus de pratique courante) moyennement plus instruits et alphabétisés.

 

Et c’est là qu’est justement le problème.

 

Et qu’on ne vienne pas me parler de mépris de classe, d’élitisme, ce serait faire injure à Louis et Arsène Berthomeau, mon grand-père et père, paysans sans diplôme qui écrivaient dans un français impeccable.

 

Je ne suis pas sorti de la cuisse de Jupiter, me suis lavé le cul dans l’eau froide jusqu’à mon départ à la Fac, j’ai payé mes études en exerçant des jobs salariés ; je ne méprise personne pour son origine, son statut social, sa religion, mais je ne priverai jamais de considérer un crétin pour ce qu’il est : un infréquentable.

 

Le journaliste suisse d'opinion Philippe Barraud a décidé de mettre un terme à son site www.commentaires.com

 

En cause, des comportements et des propos en ligne qu'il estime être devenu hors de contrôle.

 

Pour l'ancien rédacteur en chef de la Gazette de Lausanne, les réseaux sociaux « auraient pu être quelque chose de merveilleux, de constructif et d'intéressant » mais « ils sont devenus une sorte de caniveau qui canalise toutes les bassesses humaines ».

 

Pour lui, son site représente un bon exemple du phénomène: « Pendant de nombreuses années, j'ai eu des gens qui ouvraient le débat, discutaient, parce qu'on publiait leur nom et qu'ils devaient s'identifier. Ça se passait très bien et c'était très intéressant. Petit à petit, ce débat s'est fané et a été remplacé par des torrents d'insultes de la fachosphère qui n'entraient pas en matière sur les sujets que je traitais mais qui simplement me couvraient d'insultes », regrette-t-il.

 

Fin de l'anonymat sur internet ?

 

Pour celui qui a également travaillé pour L'Hebdo, ce résultat est en grande partie dû au manque d'éthique des grands acteurs de ces médias que sont Facebook, Instagram ou encore Twitter.

 

Pour répondre à cette problématique, le journaliste appelle à la fin de l'anonymat dans la prise de parole sur internet: « Je plaide pour qu'on mette en place des règles simples. Celles qui s'appliquent aux médias en Suisse, qu'ils soient électroniques ou imprimés. Il y a des règles très simples: on ne peut pas écrire de lettres anonymes, on ne peut pas insulter les gens impunément et l'on doit répondre devant la justice et donner un droit de réponse si nécessaire. »

 

On refuse le travail des journalistes »

 

Interrogé sur le mouvement des "gilets jaunes" et sur le rapport que celui-ci entretient avec la presse, Philippe Barraud estime qu'actuellement « on refuse le travail des journalistes » car ceux-ci « ne font pas exactement ce que voudraient les gens (...), ces mouvements sociaux ne veulent pas qu'il y ait des gens, en face d'eux, qui aient l'esprit critique ».

 

Propos recueillis par David Berger

 

La Fondation Jean-Jaurès a analysé les profils Facebook de deux des principaux meneurs des "gilets jaunes".

 

Eric Drouet et Maxime Nicolle : que nous apprennent leurs pages Facebook ? ICI 

 

EN IMMERSION NUMÉRIQUE AVEC LES « GILETS JAUNES »

L’intégrale ICI 

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 20/01/2019 17:47

Voila une chronique ou notre Taulier, le nez sur le motif, montre de quel bois il sait se chauffer

TOMASSIAN 20/01/2019 13:45

C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son que tant de gens paraissent brillants avant d'avoir l'air con. Maintenant que les paroles vont à la vitesse de la lumière effectivement un filtre s'impose.

Bernal Diaz Del Castillo 20/01/2019 09:44

Bonjour Jacques,
Alors comme toi, je n'ai pas eu d'eau chaude bien souvent. L'électricité étant coupée. Et puis je me souviens des visites des huissiers qui venaient prendre ce qui restait.
Alors j'ai pensé cela n'arrivera plus quand je serai plus grand.
Alors oui, si c'est 35 000 euros par tête de pipe qu'il faut rembourser je serai prêt à le faire. Cela s'ajouterait aux autres emprunts nécessaires au travail auquel je n'ai pas eu l'impression de rechigner. Cependant j'ai employé le conditionnel. Car notre président il faudrait qu'il les prenne partout ces 35 000 €, dans les poches de ses copains aussi, dans les poches de Carlos qui s'est exilé fiscalement depuis 2012 alors qu'il dirige (ait) comme une entreprise qui a appartenu à ce pays.
Depuis longtemps j'attends comme beaucoup que nous soyons conscients de l'immensité du problème. De ce qu'il y a à changer. C'est une gageure que d'attendre ceci ? Certainement. Comme en est une autre que ce principe d'égalité cher au socle anthropomorphique de notre pays. Mais sans ces codes et ces signaux, pour tendre vers ce principe, toute action me semblera à mes yeux vaine, suspecte. Je me tais, j'observe considérant la complexité du problème. Et n'ayant pas le temps de tout analyser. Cependant ...
Bonne journée.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents