Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 janvier 2019 2 08 /01 /janvier /2019 06:00
notre galette est signée Carl Marletti papa sapiens 32 rue de Bourgogne, 75007 Paris

notre galette est signée Carl Marletti papa sapiens 32 rue de Bourgogne, 75007 Paris

Avant de mourir, François d’Assise, le « Poverello » demanda à revoir celle qu’il nommait frère Jacqueline… son amie Jacomina de Settesoli, née à Rome vers 1192, béatifiée par l’Église catholique et fêtée le 8 février, inhumée non loin de lui, dans la grande basilique d’Assise, connue en France sous le nom de Jacqueline de Septisoles, pour lui demander la fameuse crème d’amande dont elle avait le secret !

 

« Un jour le bienheureux François appela ses compagnons et leur dit : « Vous savez combien dame Jacomina de Settesoli fut toujours et demeure attachée à notre Ordre. Je crois que, si vous l’informiez de mon état, ce serait pour elle une grande délicatesse et une grande consolation. Écrivez-lui de vous envoyer, pour une tunique, de ce drap monastique couleur de cendre, comme celui que fabriquent les Cisterciens dans les pays d’outre-mer. Qu’elle envoie aussi de ce gâteau qu’elle m’a préparé maintes fois quand j’étais à Rome. »

 

« La fin de ma vie est proche. Mets-toi donc aussitôt en route si tu veux me revoir encore. Apporte je te prie de cette bonne chose que tu me donnais quand j’étais malade à Rome ».

 

Jacomina de Settesoli avait épousé Graziano de Frangipani, seigneur de Marino, devenue veuve prématurément, à l’âge de 25 ans avec deux enfants, consacra sa fortune à aider les fondations de saint François. Lorsque ce dernier venait à Rome elle l’accueillait dans son palais du mont Palatin. C’est là qu’il aurait découvert cette crème aux amandes qu’elle confectionnait et il l’aurait baptisée frangipane, du nom de son amie, Frangipani.

 

Tout le monde est d’accord sur l’origine italienne de la crème frangipane, certains racontent que la recette de la crème aurait été donnée par le comte Cesare Frangipani en cadeau de mariage à Catherine de Médicis qui va épouser le futur roi de France.

 

Mutio Frangipani, botaniste italien qui aurait visité les Antilles en 1493 et aurait appris aux marins qu'il accompagnait que l'odeur délicieuse ressentie à proximité d'Antigua provenait d'un arbuste, Plumeria alba, devenu frangipanier.

 

 

 

Le petit-fils de Mutio Frangipani, marquis au XVIIe siècle, maréchal des armées de Louis XIII, aurait inventé le parfum de la frangipane, pour cacher l'odeur du cuir des gants et des souliers]. L'invention de la pâtisserie lui a aussi été attribuée.

 

Mauritius Frangipani, un moine italien pionnier de la parfumerie, aurait constaté que les principes des parfums étaient solubles dans l'esprit de vin.

 

« En 1653, La Varenne donne deux recettes dans le Patissier françois : l'une simplement nommée "crème plus fine" à base d'amande, tandis que la "tourte de franchipane" est réalisée à base de... pistaches !

 

En 1674, "le Sieur Robert", dans l'Art de bien traiter, confie une recette de tourte à base d'amandes et de pistaches pilées nommée "franchipane" (source Maguelonne Toussaint-Samat)

 

Vers 1690, la frangipane est aussi une liqueur parfumée, sans autre précision (Dictionnaire universel d'Antoine Furetière).

 

Dans les années 1750/1770 plusieurs sources (dictionnaire, ouvrage de pâtisserie) citent la frangipane comme une crème d'amande liée à un Frangipani romain... »

 

De nos jours, au nord de la France, la crème frangipane est souvent utilisée pour fourrer la galette de pâte feuilletée que l’on sert pour l’Épiphanie.

 

C’est ce mélange de crème d’amande et de crème pâtissière, parfois trop corsée d'extrait d'amande amère, qui donne à la galette toute sa saveur. C’est aussi dans cette crème que l’on cache la fève.

 

Autrefois, on partageait la galette en autant de parts qu’il y avait de convives plus une ; la part du pauvre… Saint François, le Poverello, aurait certainement apprécié !

 

Source : ICI 

 

 

Galette des rois à la frangipane : la recette légère et moelleuse de Christian Le Squer

 

Traditionnellement dégustée à l’Epiphanie, la galette des rois fait le beurre des boulangeries-pâtisseries chaque mois de janvier. Le chef du Cinq (Paris 8e) livre son secret.

 

Par Joséfa Lopez Publié le 03 juillet 2018 

 

 

ICI 

Partager cet article

Repost0

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents