Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 décembre 2018 3 26 /12 /décembre /2018 06:00
Le repas de Noël en famille : ma brioche et gaufre perdues, crème anglaise, glace vanille de Tahiti, crème de marrons de l’Ardèche, chantilly…

Avec mon ami Julien Boscus, jeune et prometteur chef étoilé, nous discutions souvent à propos de ses fournisseurs, qui souvent étaient les miens. Comme en toute chose, tout commence à l’origine – ne riez pas, c’est ainsi – le cep pour le vin, le maraîcher, l’éleveur, le pêcheur, le poissonnier, le boucher, l’épicier… pour les mets.

 

Bien acheter est la condition nécessaire, et non suffisante, pour gratifier ses invités d’une cuisine goûteuse.

 

1ière étape : bâtir son menu en fonction de la saison, de ses invités, de l’étroitesse de sa cuisine.

 

  • Une entrée avec des noix de Saint Jacques sur salades variées.

 

  • Le plat principal : des filets de sole et des rougets barbet

 

  • Un risotto de la mer

 

  • Plateau de fromages

 

  • Pour le dessert je ne sais pas encore mais pas de bûche.

 

2ième étape : passer à l’achat  

 

  • À terroirs d’avenir : les salades, des fruits, des olives, les fromages.

 

  • Chez le poissonnier de la rue Daguerre : les noix de Saint Jacques, des grosses langoustines, des moules, des filets de sole et de rouget barbet.

 

  • Chemin faisant je repense à ma chronique sur le pain perdu : et si je faisais un dessert à base de brioche perdue et de gaufre perdue ? Je phosphore : achat de brioche tranchée et de gaufres.

 

  • À l’épicerie achat de lait frais bio, de crème fleurette, d’œufs, de cassonade…

 

3ième étape : essai de mon dessert de brioche et de gaufres perdues.

 

  • L’avant-veille j’expérimente mon pain perdu à la cassonade, essai concluant.

 

  • Je décide d’ajouter des boules de glaces ; je brasse donc une glace à la vanille de Tahiti et une glace à la crème de marrons de l’Ardèche Faugier.

 

  • J’ajouterai un fond de crème anglaise et un pschitt de crème Chantilly.

 

4ième étape : préparation la veille

 

  • Cuisson des noix de Saint Jacques, des langoustines, des moules dans un bouillon herbes et cédrat.

 

  • Noix et queues de langoustines au frais.

 

  • Constitution du bouillon avec les jus de cuisson pour faire le risotto. (au frais)

 

  • Cuisson des cubes de carottes et des petits pois pour le risotto. (au frais)

 

5ième étape : le matin du repas préparation

 

  • Confection des tranches de brioche et gaufre perdue (mise au chaud dans mon four à chaleur tournante 50°)

 

 

  • Confection des roulades de filets de sole en vue de leur cuisson à la vapeur juste avant service (au frais) puis cuisson au beurre salé des filets de rougets sur peau à la poêle (mise au chaud au four 50°)

 

  • Préparation des feuilles de salade pour l’entrée et mise en assiette (au frais)

 

  • Persil et ciboulette taillés.

 

  • Riz carnaroli pesé.

 

 

6ième étape : le repas

 

  • Assaisonnement de la salade : citron et huile d’olive

 

  • Lancement de la cuisson du risotto

 

  • C’est parti : disposer les noix de Saint Jacques et les queues de langoustines dans les assiettes de salade, saler, poivrer, herbes et filet d’huile d’olive. Service.

 

  • Lancer la cuisson des filets de sole vapeur.

 

  • Mise en place d’un nouveau jeu d’assiettes pour accueillir les filets, assaisonnement, filet d’huile d’olive. Service.

 

  • Le risotto en petites soupières.

 

  • Le plateau de fromages est prêt : camembert Champ Secret, bleu d’Auvergne, Ossau Iraty, Tomme des Bauges et bûche de brebis des Aldudes, Comté accompagnés de miel en bûche toutes fleurs.

 

 

 

  • Le dessert : mise en assiette des tranches de brioche et de gaufre perdue sur fond de crème anglaise, deux boules de glace et chantilly. Service.

 

​​​​​​

 

  • Café

 

Mes deux petites filles avaient un menu spécial, du saumon sauvage pommes dauphines, elles qui selon leur mère ont des appétits d’oiseaux, deux parts et dessert.

 

C’était bon, la présentation acceptable, j’avais prévu très large et je n’ai eu aucun reste.

 

Nous avons débuté par un champagne Suisse-Laval à l’apéritif qui a accompagné le repas avec un Myosotis arvensis 2014 de Claire Naudin Bourgogne Hautes-Côtes de Nuits.

 

 

Je n’avais pas prévu d’écrire cette chronique donc je n’ai pas pris de photos, faute de temps aussi, mais je me dis en conclusion que si on m’avait viré, suite à mon rapport, j’aurais ouvert un bouiboui, travaillé de mes mains. « Y’a pas de sots métiers, rien que des gens qui ne savent que se plaindre… »

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Bassam Cordahi 27/12/2018 13:06

Chapeau pour votre choix d'huile d'olive Le Amantine Unico!!! Excellent...

pax 26/12/2018 06:42

Le Taulier en Grand Papa Gâteau ! Succulent !
Variante : Y pas de sot métier, il n'y a que de petite paye !
Belle assiette "hiver" nous avions les mêmes chez ma grand mère nancéienne . Joyeux Noêl peut être mais le p'tit vernis habite l'Alsace et cheu nous, aujourd'hui, droit local oblige, c'est férié .

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents