Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 décembre 2018 7 02 /12 /décembre /2018 06:00
Mon beau sapin de Noël dopé aux pesticides !

Mais que fait Isabelle Saporta sur RTL !

 

J’attends quelle ferraille, qu’elle taille en pièces les empoisonneurs, pour défendre la santé de nos enfants.

 

En effet, que lis-je, loin du glyphosate, ce Round Up cher aux cœurs de certains agriculteurs et viticulteurs :

Complainte d’un pauvre arbre de Noël élevé en rang comme un vulgaire poireau, biberonné à l’engrais, fauché en pleine jeunesse pour éblouir les enfants, et qui finira tout sec sur le trottoir…

 

Comme 80 % des six millions de sapins de Noël vendus chaque année en France, je suis un Nordmann. Contrairement à l’épicéa (et ses 20 % de parts de marché, donc), je n’ai pas cette bonne odeur de résine, mais moi, je ne perds pas mes aiguilles ! Ma graine a été récoltée sur les cônes des hautes branches d’un sapin du genre Abies nordmanniana, là-bas en Géorgie. Mais je suis né en France, dans une pépinière du côté de Dijon. D’abord, j’ai passé deux ans de proximité intense avec mes petits frères de semis, puis deux ans encore en godet. Arrosé, traité, engraissé, re-traité, une vraie vie de patachon. A 4 ans, alors que j’avoisinais les 10 centimètres, j’ai été vendu, racines nues, à un agriculteur — et non pas à un forestier, ma production étant assimilée à celle des fleurs coupées — qui m’a repiqué en rang serré à raison de huit mille de mes semblables à l’hectare.

 

Comme un sapin sur quatre élevé en France, je pousse dans le Morvan. Un joli coin vallonné d’un pays de bocage, à quelque 700 mètres d’altitude, près du lac des Settons (Nièvre). Dans notre pré, on élevait auparavant du charolais. Mais le sapin, ça rapporte plus, presque autant que la vigne, dans les 4 000 euros à l’hectare. Tant pis si ça bouleverse le paysage. Notre champ a été préalablement labouré et traité au glyphosate pour que les herbes folles ne gênent ni ma croissance, ni l’épanouissement régulier de mes branches basses.

 

« Le sapin bio, on n’y est pas encore », Sylvain Mathieu, président du parc naturel régional du Morvan.

 

La suite ICI 

 

C'est l'Agence Régionale de Santé qui a découvert ces traces de pesticides en 2010 dans cette commune de 250 habitants près de Saulieu. Le produit incriminé est du "dichlobénil", un puissant herbicide, possible cancérogène, interdit en France depuis 2012. Depuis cette pollution, constatée il y a 6 ans, l'ARS a mis en place un traitement de l'eau aux charbons actifs, un traitement toujours en cours, pour que les habitants puissent continuer à consommer cette eau. Selon Maryse Bollengier, maire de Champeau-en-Morvan, grâce à une collaboration avec la maison du parc, basée à Saint-Brisson à quelques kilomètres de là, dans la Nièvre, les producteurs de sapins de Noël ont tous été sensibilisés à ce problème.

 

Selon la version officielle de l'ARS, le "dichlobénil" étant interdit depuis plusieurs années, cela veut dire que les doses retrouvées à Champeau-en-Morvan, proviennent de restes de ce produit utilisé avant l'interdiction. Une pollution rémanente, dont on essaie de se débarrasser depuis six ans. L'histoire du Morvan et des sapins de Noël est une histoire récente. Puisque les premiers sapins de Noël y ont été plantés en 1939. Nordman, épicéa commun, leur exploitation a ensuite explosé après-guerre. Aujourd'hui 1/5ème des 5,4 millions de sapins vendus en France ont poussé dans cette région sur un territoire d'environ 1.500 hectares.

Partager cet article

Repost0

commentaires

XAVIER VALENTIN 02/12/2018 11:20

excellente illustration !!

pax 02/12/2018 09:49

Elle cause, la chère Isabelle et je dois dire que c'est bien moins bon que ce qu'elle écrit. Dommage de se laisser enfermer dans ces foires d'empoigne car, entre deux brouhaha, ce qu'on comprend d'elle est supérieur aux vociférations de ses partenaires. The show must go on !

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents