Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 novembre 2018 4 22 /11 /novembre /2018 06:00
Cristiano Ronaldo vérifie l’effet Alfred Marshall en s’offrant au Scott’s de Londres, en 15 mn chrono, 1 Richebourg Grand Cru et 1 Pétrus 1982 pour 27 000 £

La Juventus de Turin, a recruté Cristiano Ronaldo en provenance du Real Madrid pour une indemnité estimée à 105 millions d’euros.

 

Un salaire proche de 30M€ nets la saison, indépendamment des primes diverses et sans savoir s’il lui revient tout ou partie de l’exploitation de ses droits à l’image. A lui seul, il vaut un quart de tous les salaires du groupe professionnel de la Juventus. L’international portugais a signé un contrat de quatre ans, jusqu’à la fin de la saison 2021-2022.

 

 

Alors qu’est-ce que 27 000 £, soit 30 500 € pour deux flacons de vin ?

 

Peanuts !

 

L’épaisseur du trait, presqu’un pourboire à la gloire des Grands Crus français.

 

Les faits :

 

De passage à Londres avec des amis et sa compagne Georgina Rodriguez, pour assister au Masters de tennis, Cristiano Ronaldo s’est fait plaisir en se rendant dans un restaurant chic du quartier de Mayfair. The Sun rapporte que le quintuple Ballon d'Or portugais, a passé quelques minutes au bar de l'établissement Scott's. Assez de temps pour dépenser une somme à cinq chiffres pour un Richebourg Grand Cru (sans doute un Henri Jayer) 18 000 £ ainsi qu'un Pomerol Petrus de 1982 à 9000 £.

 

« Il était de très bonne humeur, CR7 fêtait l'anniversaire de sa fille Alana Martina confie un témoin au journal anglais. Lui et son groupe sont seulement venus un quart d’heure. Ils n’avaient pas réservé, alors ils se sont posés au bar, et ont dû boire un verre et demi chacun avant de partir. » Sans même finir la seconde bouteille, assure le Sun. « Il n’a même pas cligné d’un œil quand il a fallu régler l’addition, relate le témoin. Ce fut le sujet de discussion du restaurant toute la soirée. »

 

Qu’en dire ?

 

Même si ça vous surprend : RIEN !

 

Ce n’est pas écrit LPV sur mon front.

 

C’est pour moi la démonstration de la recherche de la distinction sociale telle que décrite par l’économiste Alfred Marshall en 1966.

 

Celui-ci soulignait l’importance de ce motif dans la consommation : « si élevé soit le désir de variété, il est faible comparé au besoin de distinction : un sentiment qui, considéré selon son universalité, et sa constance, affecte les hommes de tous les temps, nous vient dès le berceau et ne nous quitte jamais jusqu’au tombeau et peut être ainsi considéré comme la plus puissante des passions humaines. »

 

L’acquisition de biens réputés avoir un prix élevé est un des moyens dont peuvent user les personnes pour affirmer leur pouvoir et leur prestige, pour se signaler à leur entourage. Pour de tels biens, toute baisse de prix produit des effets atypiques et induit une diminution de la demande, puisque le caractère ostentatoire se trouve mécaniquement amoindri, et ce bien que les quantités de l’œuvre n’est en rien changé. Lorsque le mobile qui guide l’acheteur est essentiellement la recherche de la distinction, c’est l’acquisition publique, à un prix record, qui importe, la valeur artistique étant reléguée au second plan. Ces achats peuvent être néfastes pour le marché car ils sont susceptibles de l’entraîner dans une hausse incontrôlée. En effet, chaque nouveau record vient alimenter une nouvelle information médiatique, et ce faisant est non seulement susceptible d’induire en erreur des acheteurs « naïfs » qui n’étant pas informés accordent une plus grande qualité artistique à l’œuvre que ce qu’elle n’en a réellement et sont de ce fait prêts à payer un prix élevé pour l’acquérir, mais elle vient également aiguiser les appétits de personnes en recherche de distinction qui trouvent dans ces nouveaux prix records un moyen d’afficher plus encore leur position sociale (effet Veben). Une spirale inflationniste est alors enclenchée. »

Dans La valeur de l’art contemporain Nathalie Moureau

 

Étonnant, non !

 

Ça ressemble fort à ce qui se passe sur ces vins dit les plus chers du monde.

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 22/11/2018 10:33

" le vin réjouit les vivants, et l’argent exauce tout. " Ecclésiaste 10/19 - traduction de André Chouraki

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents