Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 octobre 2018 3 03 /10 /octobre /2018 07:00
« Salauds de pauvres ! » florilège…«Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça» Coluche

Macron est, dit-on, le président des riches, Flamby revanchard, oubliant les sans dents, sans rancœur aucune, proclame « qu’il y a actuellement, une méthode qui peut paraître lointaine, distante, voire méprisante pour certains. Moi, j’ai voulu être un président à la hauteur, mais pas hautain ». Macron est l’enfant d’un Hollande incapable d’assumer, comme tout le PS, la social-démocratie, qu’il pencha fortement à droite ça ne me semble pas une découverte. La France, les Français sont des conservateurs, avec quelques poussées de fièvre, de moins en moins souvent d’ailleurs...

 

Au long cours de ma vie sous la Ve République, j’avoue ne n’avoir croisé un président des pauvres, y compris François Mitterrand.  Les restos du cœur c’est sous qui ?

 

J’y étais.

 

Je n’ai croisé Coluche physiquement qu’une seule fois : lorsqu’il est venu voir Henri Nallet, alors Ministre de l’Agriculture, pour que celui-ci l’aide à mobiliser les ressources alimentaires stockées afin d’alimenter les Restos du Cœur dont il lança l'idée le 26 septembre 1985 sur Europe 1, en déclarant : « J'ai une petite idée comme ça, si des fois y a des marques qui m'entendent, je ferai un peu de pub tous les jours. Si y a des gens qui sont intéressés pour sponsoriser une cantine gratuite qu'on pourrait commencer par faire à Paris ». Je l’ai écrit sur mon blog, en ajoutant que nous nous étions mobilisés pour l’aider à la fois pour qu’il puisse accéder aux stocks communautaires et pour qu’il puisse structurer son association naissante. Cette conjonction d’un saltimbanque et de bonnes volontés se mobilisant pour qu’il y ai de la nourriture à distribuer a permis aux Restos d’atteindre le but que s’était fixé Coluche.

 

11 juin 2011

Coluche c’est notre histoire : dimanche 12 juin à 20h35 sur France 5 avec Marie Drucker et moi

ICI 

http://www.berthomeau.com/article-coluche-c-est-notre-histoire-dimanche-12-juin-a-20h35-sur-france-5-avec-marie-drucker-et-moi-76379276.html

 

«Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça» Coluche

 

L’expression « Salauds de pauvres » n’est pas une saillie de Coluche. Jean Gabin Grandgil la prononce en 1956, dans le film La Traversée de Paris de Claude Autant-Lara, d’après un roman de Marcel Aymé. Dans cette scène, il ne s’adressait pas à des « prolos », ou des « clodos », mais à un couple de bistrotier adeptes du marché noir.

 

 

Ceux qui, dans le cheptel politique, proclament être les représentants naturels des pauvres, plus précisément du peuple, on ne parle plus de la classe ouvrière, ne sont que des petits bourgeois imposteurs qui réchauffent leur fonds de commerce, l’Histoire du XXe siècle en a fait la démonstration.

 

Maintenant florilège de grands noms et de moins grands:

 

Ernest Renan

« La pauvreté est, à quelques égards, une condition de l’existence de l’humanité. Ne dites pas au pauvre qu’il est pauvre par sa faute ; ne l’engagez pas à se délivrer de la pauvreté comme d’une honte ; faites-lui aimer la pauvreté, montrez-lui-en la noblesse, le charme, la beauté, la douceur. »

La Vie de Jésus, 1870

 

François-René De Chateaubriand

« À Dieu ne plaise que je veuille fermer les oreilles à la voix du nécessiteux. Je sais m’attendrir sur les malheurs des autres ; mais, dans ce siècle de philanthropie, nous avons trop déclamé contre la fortune. Les pauvres, dans les États, sont infiniment plus dangereux que les riches, et souvent ils valent moins qu’eux. »

Essai historique sur les révolutions, 1797

 

Anonyme collectif

« Qu’il nous soit permis de crier ici  de toutes nos forces : À bas les révolutions ! […] Jamais les émeutes n’ont amélioré le sort du pauvre ; au contraire, elles ont toujours eu pour résultat d’augmenter la misère et le nombre des pauvres. »

Histoire de 60 ans de folies révolutionnaires et sociales, 1849

 

Henri J. Levin vice-président de la chaîne Hilton

« Je hais les pauvres. Ils représentent ce que je hais le plus au monde, parce que, au départ, ils n’ont pas eu l’idée et la volonté de faire fortune. Je hais les pauvres parce que ce sont des « loosers ». Aux États-Unis, tout le monde peut gagner. Il suffit de ne désirer que cela, et tout mettre en œuvre pour y arriver. Je déteste les pauvres. »

Lui, 1987

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Jean 02/08/2019 07:51

bravo pax !

pax 03/10/2018 08:33

Bien sur que la pauvreté est de toujours ! Et alors ? Ainsi va la vie, il y a les beaux et il y a les moches
Il y a les gros, les grands, les blonds et il y a les maigres,les petits et les bruns ou les roux. Et alors ? Il n'y a que les mercantis et leurs serviles séides pour nous faire croire que la clé du bonheur c'est d'être blond,grand, beau, plein de flouze,en bonne santé et cerise sur le gâteau posséder une Rolex.
Quand emploiera t'on le mots à bon escient ? La pauvreté n'est pas un état, c'est un échelon. Pauvre ? mais par rapport à qui. Il y a toujours plus pauvre que soit ou moins pauvre. Tout le monde ne court pas après la richesse, l'opulence et le pouvoir qui va avec ! Tout pauvre jouit du soleil et des vraie joie simple de la vie ce qui est impossible au miséreux. La est le scandale : la misère et c'est cela qu'il faut éradiquer quitte à augmenter le nombre de pauvre. La misère est ce qui empêche tout simplement non seulement de vivre mais tout simplement d'exister.Le miséreux se consume et non comme le riche en brûlant la chandelle par les deux bouts cf. son espérance de vie ridicule au regard des moyennes de son environnement de référence.Ce qui est sur c'est que la misère n'est pas un état naturel mais due à la rage de quelques uns "
"Le monde est assez grand pour satisfaire les besoins de tous mais il sera toujours trop petit pour satisfaire l'avidité de quelques uns." Gandhi.
Quand à ce sauvage de ricain qui vante une fois de plus le " rêve américain " qui n'est qu'une façon de légitimer toutes les vilenies permettant d "arriver" *qu'il regarde autour de lui et la " merveilleuse riche " Paris Hilton dont les mérites sont éclatant tant les efforts fait pour atteindre ce niveau de richesse mérite le respect. Proférer de telles stupidités est à la hauteur de cette stupide inutile dont on cherche en vain à quoi d'autre elle peut servir qu'alimenter les pages des magasines " people "
* Rien de plus difficile que de gagner ton premier milliard tant les embuches à surmonter sont les légions et les crocs en jambes des autres concurrences sont légions. Mais une fois gagner, dans le club, personne ne te demandera comment tu as fait chacun étant conscient des saloperies commises pour y arriver.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents