Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 octobre 2018 5 05 /10 /octobre /2018 10:32
photo empruntée à Marc Vanhellemont

photo empruntée à Marc Vanhellemont

Mes œuvres sont méconnues : je suis l’accoucheur de l’IDAC, interprofession des Appellations Cidricoles, je n’ai jamais aimé ce nom mais mes électeurs en ont décidé ainsi. J’enterrais par la même occasion le vieux Bureau National Interprofessionnel du Calvados et je succédais à un monument national, armoire normande : Jean Pinchon, à côté duquel Éric Boschman aurait fait figure d’un petit poussin.  

 

Bref, chaque semaine je prenais le turbo-train partant de la gare Saint-Lazare, toujours en retard, brinqueballant, pour Caen où mon directeur venait me chercher. Cette jeune interprofession était normando-bretonne, c’est l’une des raisons pour lesquelles les professionnels m’avaient sollicité. Le p’tète bien oui, p’tète bien que non des normands n’est pas une légende, les faire accoucher d’une décision relevait.

 

Après une période au cours des fameuses 30 glorieuses où le Calvados du petit matin, le Calva, coulait à flots, la pente des ventes étaient savonneuse. Fini le Festival du film américain de Deauville repris en mains, la honte, par les gens du Cognac.

 

Restait comme événement phare : le Calvados Nouvelle Vogue.

 

C'était encore très chic...

 

Et puis le 18 janvier 2006 j’écrivait :

 

Ne me dites pas...

 

Ne me dites pas : et pour moi ce sera un Calva... Même si c'est pour me faire plaisir, je n'aime pas ça car ça sonne la condescendance avec une petite pointe de mépris : du genre ça sent la bouse des vaches normandes et la rincette du pépé dans la tasse de café. Bien sûr je n'ai rien contre la rincette et le trou normand mais entre nous ce n'est pas avec de telles images qu'on se fait une petite place dans l'univers impitoyable des spiritueux. Alors dites-moi : et si prenions un Calvados !

 

Le Calvados j'en préside l'interprofession depuis 5 ans et si ce matin je consacre ma chronique à cette belle eau-de-vie d'appellation c'est que j'ai le sentiment du devoir accompli. La maison est en ordre et, grand bonheur, après de longs palabres, mes chers professionnels se sont mis d'accord pour que l'un d'entre eux se présente à ma succession. C'était mon souhait. Il a fallu du temps, mais comme aimait le dire un président de la République : il faut laisser le temps au temps...

 

Si je tiens tant à ce que l'on nomme par son nom le Calvados c'est parce que depuis qu'il a quitté le zinc des comptoirs il se cherche un second souffle et, même si ce n'est pas facile tous les jours, le produit a un bel avenir, surtout à l'exportation qui représente déjà la moitié des ventes. Alors permettez-moi amis du vin de vous conseillez de ne pas opposer alcool fort et vin, car ce sont les usages que l'on fait du produit qui peuvent conduire à l'addiction.

 

Voilà c’est dit et je passe la plume au vrai belge des 5 du Vin Marc Vanhellemont, dit Marco comme Verratti.

 

Pour vos cocktails, pensez Calvados…

 

L’essor du marché des cocktails, qui voit fleurir de nouveaux bartenders à chaque coin de rue, entraîne un engouement pour les alcools parfois bien supérieur à celui qu’on les amateurs pour le vin. Déjà, bartender a remplacé barman, je ne sais pas pourquoi, si quelqu’un sait, cela nous éclairera sur : pourquoi changer un anglicisme par un autre?

 

Les gins se comptent aujourd’hui par milliers, les rhums ne sont guère en reste, les vodkas, n’en parlons pas, de même que les tequilas et autres eau-de-vie, distillats et cie. Mais le positif de l’histoire, c’est la recherche de l’originalité. Quand on veut briller derrière son comptoir, il faut innover. Et comment innover ? En trouvant un cocktail avec un alcool moins usité par ses confrères.

 

La suite ICI 

 

C’est tout à la gloire du sieur Éric Boschman qui ne liche pas que de la glace…

 

Au fait de qui ce cocktail a-t-il le nom ?

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 06/10/2018 06:15

Ado, j'ai connu le calva dans les bistrots de Dieppe ou, au petit matin cherchant un embarquement pour l'Angleterre je voyais , ébahi,mes voisins de comptoir, après le pousse-café ,s'enfiler des successions de rincette pour finir par le rince cochon le tout avant d'aller pointer.
Il est un usage du Calvados tombé semble t'il en désuétude : " le trou normand " cette habitude de servir un verre de Calvados entre les plats afin de garder de l'appétit pour la suite. Ce principe a été mis au goût du jour à l'époque de la " nouvelle cuisine" en mal de renouvellement ou l'on vous proposait, en milieu de repas, un petit sorbet arrosé. Sauf erreur cela semble, la encore,avoir été abandonné sauf a trouver des simagrées de la cuisine moléculaire.
Loin des Fernet Branca, des Underberg et autres produits aptes à faciliter la digestion tout aussi alcoolisés que le reste mais qui permet de boire en douce avec l'air de ne pas y toucher préférez carrément un verre de Calvados cul sec et un second si nécessaire, à déguster par lichette. ( pour éviter le feu du verre cul sec : quelques gouttes d'eau - c'est peut être psychologique mais sa marche.) Enfin, l'été, pour se désaltérer , un verre de Calvados dans un grand verre d'eau fraiche accompagnera agréablement votre sieste.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents