Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 octobre 2018 4 18 /10 /octobre /2018 06:00
1 vrai sujet de santé publique : le goûter des enfants « n’oublies pas ton 4 heures ! »

À mon âge, hormis de tomber dans la dépendance, mon devenir ne devrait plus être un objet de préoccupation pour les Diafoirus de la Santé Publique ; l’extension du concept de Santé Publique frise de plus en plus une forme de mainmise sur notre vie privée, nos choix intimes, à force de nous balancer des bordées de chiffres nécrologiques ces guérisseurs prennent des allures de fossoyeurs.

 

Lâchez-nous les pompes !

 

Occupez-vous prioritairement de la santé des enfants !

 

Du petit-déjeuner jusqu’au goûter en passant par la cantoche, à l’école, au collège, au lycée c’est la catata… On leur fait enfourner de la nourriture industrielle… surtout au goûter « barres chocolatées, les biscuits fourrés au chocolat, les madeleines, les viennoiseries, bonbons, sodas… Ce sont de véritables pièges riches en graisses et sucres!».

 

Il est bien loin le temps de ma tartine de pain de quatre embeurrée avec quelques carreaux de chocolat…

 

Et ce n’est pas une réflexion de vieux con, mémé Marie, lorsque je rentrais de l’école et que je n’avais qu’une seule envie : aller gambader dans les prés, me disait « n’oublies pas ton quatre heures ! »

 

 J’ai eu si mal au cœur

Sur la mer en furie

Qu’ j’ai vomi mon quatre heures,

Et mon minuit aussi.

Renaud, Dès que le vent soufflera, 1983)

 

Louise Tourret écrit dans Slate :

 

« Pour ce goûter quotidien, qui est un repas que personnellement je prends toujours, les nutritionnistes préconisent des fruits, et pour les plus gourmands, du pain avec du chocolat noir. Le goûter est aussi un repas important: à cette heure où la glycémie baisse, il faut se relancer avec un peu de sucre et tout simplement, manger pour tenir jusqu’au dîner. »

 

« Mais dans les écoles, le goûter, c’est au contraire le grand festival de la nourriture industrielle: des barres, des biscuits et de la nourriture ultra-transformée au menu du repas préféré des enfants. Résultat, mon fils, qui est aussi un estomac sur pattes, est devenu un expert de l’échange. Comme il confond la poche avant de son sac à dos avec une poubelle, j’ai bien vu que les papiers et emballages de ce qu'il avait ingurgité ne correspondaient pas trop à ce que j’avais donné le matin: Pom'Potes vides, papiers de barres de céréales, morceaux de biscuits industriels et parfois… mon sandwich au chocolat. C’est ainsi que j'ai découvert l’univers du marché noir du goûter. »

 

[…]

 

« A-t-on mis des enfants au monde pour qu’ils mangent de l’huile de palme et du sirop de glucose? Non, mais quand Julie met des biscuits bio qui coûtent «hyper cher» dans le cartable de sa fille, cette dernière «les échange contre des DooWap» (brioche au chocolat, aliment ultra-transformé, Nutri-Score D), raconte-t-elle.

 

« Donner des gâteaux industriels à ses bambins, c’est un peu comme si au lieu de les faire déjeuner la cantine, on leur confiait cinq euros pour aller acheter un Happy Meal ou un grec. Ou qu’on leur prenait des Bolino. Bien sûr que ce n'est pas catastrophique pour la santé de manger un kebab ou un hamburger de temps en temps, c’est la même chose pour les Pépito, les Dinosaurus ou les Snickers. Sauf que la fête de l’huile de palme et du sirop de glucose, c’est tous les jours. Tous les jours… à l’école. »

 

[…]

 

« On peut organiser toutes les Semaines du Goût qu’on veut, mais si les enfants mangent la merde soigneusement mise dans leur cartable par leurs propres parents tous les jours pendant plusieurs années, il y a peu de chance que le message passe. Peut-être faudrait-il tout simplement aménager un goûter commun comme en maternelle, imaginer quelque chose de plus adapté… Par exemple, organiser des semaines de la pomme, de la poire, distribuer des fruits, comme Mendes France a distribué du lait aux écoliers en 1954. »

 

L’intégralité ICI 

 

Je lance un appel au monde des terroirs vineux qui trop souvent me gonfle la tête avec ses discours sur notre génie national, ce bon goût qui nous différencie des barbares, sortez de vos cénacles, battez-vous, engagez-vous dans le combat du 4 heures pain beurre-chocolat ! »

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 18/10/2018 22:11

Les traditions se perdent ou sont perverties ou alors oubliées ainsi la pomme pour la maitresse.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents