Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 octobre 2018 3 03 /10 /octobre /2018 07:00
Pendant les enregistrements de Death of a Ladie’s Man de Léonard Cohen son producteur Phil Spector buvait à la paille du vin casher Manischewitz dans des verres Titi et Grominet

« Le 24 janvier 1977, Leonard se présenta au Gold Star pour la première séance d’enregistrement, vêtu d’u pantalon clair et d’un blazer bleu marine… »

 

« Il était habillé comme s’il avait un rendez-vous galant sur la Riviera… » David Kessel

 

« La pièce était bondée de musiciens, d’instruments et de micros sur pied. On pouvait à peine bouger… »

 

Leonard Cohen est abasourdi « Incroyable ! C’est comme ça qu’il procède  d’habitude ? Qu’est-ce qui se passe ici ? Quelqu’un peut m’expliquer ? »

 

Ce « il », c’est Phil Spector son producteur « encore plus élégant que Leonard, costume noir hors de prix, chemise verte et bottines à talons cubains.

 

« Une bouteille de vin casher Manischewitz était posée à côté de l’écran de contrôle. Spector s’en versait dans des verres Titi et Grominet et le buvait à la paille… »

 

Malka Marom  trouva l’atmosphère du studio « très effrayante, avec Phil assis près de ses bouteilles de Manischewitz, un revolver toujours à portée de main. » Elle demanda à Leonard : « Pourquoi enregistres-tu avec ce dingue ? – Parce que c’est le meilleur dans son genre. »

 

« La deuxième nuit. Bob Dylan fit une apparition tardive. »Il arriva par la porte de derrière, raconte David Kessel, une fille à chaque bras, et à la main, une bouteille de whisky qu’il buvait au goulot » Allen Ginsberg le suivait de près avec son amant, le poète Peter Orlovsky. En le voyant, Spector bondit et les salua au micro. Il plaisanta en disant qu’il y avait tant de Juifs  dans la pièce qu’on se serait cru à une Bar Mitzvah. »

 

« la session tourna à la beuverie. À l’aube, lorsque la plupart des fêtards furent partis, Spector et Leonard écoutèrent la bande sur les grandes enceintes du studio avec le volume à fond. « Ça, c’est du punk rock, bordel de merde » déclara Spector, en sirotant son Manischewitz. Leonard se versa un verre de tequila et dit « À présent, tout le monde saura que derrière ce masque de Bouddha se cache un cœur d’adolescent. »

 

« Leonard ne peut dire à quel moment précis l’album lui échappa, mais il le sentit. »

 

« J’avais perdu la maîtrise de ma vie de famille, de mon travail, ça a été une période extrêmement difficile. J’ai perdu les pédales et Spector encore bien plus. »

 

« Un nuit, à quatre heures du matin, alors que Leonard se préparait à chanter, Spector descendit de la régie. Il tenait une bouteille de Manischewitz dans une main et un revolver dans l’autre. Il l’entoura de son bras dans un geste de camaraderie. Puis, il enfonça le canon dans son cou, relâcha la gâchette et dit « Leonard, je t’aime. – J’espère bien, Phil. »

 

 

« Le label Manischewitz produisant un vin casher d’excellence qui a longtemps été considéré comme un aliment de base dans les foyers juifs trouve maintenant une place sur la table de nombreux Américains d'origine asiatique.

 

Ce célèbre vin doux Concord est devenu plus qu'une boisson populaire. Utilisé pendant les fêtes juives, en particulier pendant Pessah, il a aujourd’hui gagné une popularité certaine parmi les populations non-juives, selon les déclarations du WSJ (Wall Street Journal) hier mardi.

 

Une bouteille de vin Manischewitz est vendue $ 4.99 à Shun Fat Supermarket dans la région de Los Angeles, qui, selon le WSJ vend des centaines de bouteilles de ce produit à ses clients chinois et vietnamiens chaque année.

 

Constellation Brands, propriétaire de la cave Manischewitz depuis 1987, explique que cette marque est le vin casher le plus vendu aux États-Unis. Selon la société, les principaux marchés d'exportation du vin sont l'Amérique latine, les Caraïbes et la Corée du Sud.

 

Alors que cette boisson pourpre cashère est source de plaisanterie parmi les Juifs qui la comparent souvent à du sirop pour la toux, cette nouvelle clientèle ouvre un nouveau panel de possibilités commerciales non négligeable pour Manischewitz. »

 

 

L’album Death of a Ladie’s Man sortit en novembre 1977. L’inscription “SPECTOR&COHEN », composée en lettres capitales de chaque côté de la pochett, est tout de même incongrue. C’était bien le genre de Spector de se mettre en vedette sur l’album que Leonard considère comme « le plus autobiographique de sa carrière. »

 

Phil Spector, né Harvey Phillip Spector le 26 décembre 19392 dans le Bronx à New York est un producteur et un auteur-compositeur américain, actuellement en prison car reconnu coupable du meurtre de l’actrice Lana Clarkson en 2003. Il y purge depuis 2009 une peine de 19 ans incompressibles.

17 février 2018

"Death Of A Ladies' Man" - Leonard Cohen

En résumé, concernant cet album, la seule chose que l'on puisse dire, c'est que Leonard Cohen est un grand artiste, mais l'autre, Phil Spector, il est vraiment trop con. Cet album est un désastre. Un DESASTRE. Mais je ne vous apprend probablement rien, car ça fait depuis l'époque de sa sortie (et c'était en 1977) que Death Of A Ladies' Man, cinquième album de Leonard Cohen, est considéré comme un des pires ratages jamais faits. C'est incontestablement le seul (je dis bien : le seul) album du Canadien qu'il vaut mieux éviter... la suite ICI

Partager cet article

Repost0

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents