Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 septembre 2018 1 10 /09 /septembre /2018 07:00
Les bonnes sœurs… « Quel mignon petit garçon, propre comme un sou neuf ! »

Je n’ai aucun souvenir de ma rentrée en maternelle, le clan des femmes du Bourg-Pailler a toujours soutenu que je n’avais pas pleuré, même que j’étais tout heureux d’y aller.

 

En revanche, ce que dont je me souviens c’est de sœur Marthe, mon institutrice, une petite sœur de Mormaison, congrégation des Sœurs des Sacré-Cœurs, elle dut être mon premier amour.

 

Comme je ne suis pas chez moi je n’ai pas accès à ma banque de photos je ne puis vous montrer sœur Marthe qui était jolie femme, affichait un beau sourire, elle était douce et compréhensive.

 

Sur la photo-titre, les 4 bonnes sœurs ont des visages plus rébarbatifs mais vous pourrez ainsi mieux suivre la description qui est faites par Philip Roth dans son superbe livre Le complot contre l’Amérique.

 

 

« J’attendis le bus devant l’église, en compagnie de deux religieuses disparaissant sous l’étoffe lourde et grossière de ces volumineux habits noirs que je n’avais jamais eu l’occasion d’étudier d’aussi près. À cette époque, une robe de nonne tombait jusqu’aux pieds, et ce détail – ainsi que l’arceau de tissu empesé, d’un blanc étincelant, qui encadrait sévèrement leurs visages en leur interdisant toute vision latérale, guimpe rigide enserrant le crâne, les oreilles, le menton et la nuque, et elle-même assujettie à un sous-voile blanc – faisait des religieuses en costume traditionnel les créatures à l’aspect le plus moyenâgeux qu’il m’ait été donné de voir, plus déconcertantes encore que les prêtres aux lugubres allures de croque-morts. En l’absence de poches et de boutons, on ne pouvait pas deviner comment s’agrafait cette armure multicouches, comment on la retirait, à supposer qu’on la retirât, d’autant que, double touche finale, il y avait la grande croix de métal au bout d’un long sautoir d’énormes perles luisantes comme des agates accroché à une ceinture de cuir noir, et, fixé, à la guimpe, un vaste voile noir qui s’élargissait dans le dos et retombait jusqu’à la taille. À part la toute petite zone dégagée du visage banal, sans fard, dans son cadre, rien de doux, rien de flou nulle part.

 

« … je n’étais pas assez raisonnable pour brider mon imagination, et je ne cessais de me perdre en conjectures sur les mystères de leur corps féminin dans ses fonctions les plus humbles, toutes conjectures au caractère passablement salace. Malgré la gravité de ma mission secrète, cet après-midi-là, malgré ses enjeux, j’étais incapable de me trouver à proximité d’une nonne, et à fortiori de deux, sans me vautrer dans des pensées plutôt crapuleuses de petit juif. »

 

« Comme elles passaient devant moi pour descendre, la plus grande des deux nonnes me jeta un regard, et, avec une vague tristesse dans sa voix douce, peut-être à l’idée que le Messie était passé sans que je le sache, elle dit à sa compagne : « Quel mignon petit garçon, propre comme un sou neuf ! »

 

Tout moi quoi, sauf que malheureusement je ne suis pas Philip Roth !

 

Un roman de Philip Roth

Cauchemar nazi aux Etats-Unis

Avec « Le Complot contre l’Amérique », l’écrivain américain Philip Roth met en lumière, à contre-courant des idées reçues, les virtualités fascistes de son pays. Il imagine ce qui se serait passé si les Etats-Unis, en 1940, s’étaient ralliés à Hitler. Son nouveau roman est beaucoup plus qu’un livre de politique-fiction : une exploration de ce qui ronge la démocratie américaine.

 

ICI

 

Religieuses de Mormaison : 178 ans de présence ICI 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents