Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 septembre 2018 5 28 /09 /septembre /2018 07:00
Le vélodrome de Saint-Étienne tout en bois, comme 1 vieux rafiot, craquait de toutes ses jointures, plein de fumée, de poussière, de mégots : les pistards puissants et félins, tirés en avant par leur pignon fixe, sans frein… le bruit sifflant et grave des boyaux de soie.

Dans son livre Besoin de Vélo Récits Paul Fournel évoque le vélodrome de Saint-Étienne, où quand il était petit, il allait voir Coppi, Anquetil, Rivière…

 

 

« Il était tout en bois, comme un vieux rafiot, et craquait de toutes ses jointures. Il était plein de fumée et de poussière, plein de mégots. On y était assis sur des bacs de galère parmi de gros gaillards qui gueulaient fort par-dessus le brouhaha… »

 

« Saint-Étienne  était une des rares villes à en posséder un, il était si vétuste et si dangereux qu’il a été détruit… » Jamais reconstruit…

 

Le mien, celui de la Roche-sur-Yon, n’était pas un vélodrome au sens du Vel’d’Hiv., il avait une piste en béton en plein air, et il l’a toujours car il est toujours en activité il porte le nom d’Henri Desgranges, qui est à l’origine du Tour de France en 1903.

 

Tour de France 1936 - Arrivée à La Roche-sur-Yon

 

« Il y a près de cent ans à La Roche-sur-Yon, à défaut de vélodrome, les courses cyclistes avaient lieu autour de la place Napoléon. Pour éviter les chutes, les virages des quatre angles étaient alors relevés au moyen de terre battue.

 

Il faut attendre 1927 pour voir réalisée une piste en terre à usage de vélodrome au sein du stade créé en 1921 pour les militaires.

 

L’équipement, après un réaménagement et l’ajout de tribunes, devient municipal et est inauguré le 12 novembre 1933. La piste est entièrement refaite par le Véloce club yonnais (VCY) entre 1934 et 1947. »

 

 

Fournel parle de la piste bien mieux que moi, même si malgré son vif désir il n’a jamais pu en faire faute de piste.

 

« J’ai un goût » pour les « écureuils ». Ils sont l’écume virtuose du cyclisme. Je les imagine un peu dingues, un peu autistes, les yeux fixés sur la roue avant, concentrés sur leur effort, murés dans la virtuosité, puissants et félins, tirés en avant par leur pignon fixe (ils ne peuvent pas arrêter de pédaler), sans frein, ayant choisi d’être ce que le vélo est le plus radicalement : la vitesse pure.

 

Le vélo sur piste, c’est l’essence de bicyclette, de l’intériorité cycliste, du contraire. Des vélos aux lignes pures, dépouillés de tout, des règles simples et intenses, un spectacle changeant et soûlant, un fond de tristesse chez ces coureurs privés du grand air et du paysage, privés du jour et de la nuit. Un spectacle mystérieux qui a été du goût de tous et que plus personne n’aime, sans que l’on puisse savoir qui est morte la première, de l’offre ou de la demande. »

 

« Dans ce vélodrome stéphanois, j’ai vu Coppi vieux, j’ai vu Anquetil, j’ai vu Rivière se batailler entre eux. J’ai vu les stayers fous derrière leur moto qui ajoutaient un goût de pétrole au nuage de tabac – en fin de réunion, on aurait dit qu’ils pédalaient en rond dans une pipe. J’ai vu les relayeurs se lancer par le fond de la culotte ; les spécialistes de l’américaine, si nombreux en piste que l’on finissait par ne voir que l’ivresse ; les sprinters purs plantés en haut de leurs vertigineux virages, les maîtres des lieux.

 

J’aimais me tenir en haut du virage, précisément, à l’endroit où la pente est la plus forte, là où les sprinters montent pour faire du surplace avant de plonger vers la ligne de corde et surprendre leur adversaire.

Qui se souvient du Vélodrome de Saint-Etienne 1925-1961 ? ICI

 

Saint-Etienne fut aussi quand on regarde dans le retroviseur, la capitale du cycle. D’ailleurs le musée d’Art et de l’Industrie fait une place à cette histoire de la bicyclette, ou encore la célèbre journée Vélocio qui témoigne de l’amour des stéphanois et des autres pour cet engin à deux roues.

Si comme moi vous avez eu la chance d’écouter les histoires du passé stéphanois, racontés par un grand père ou une grand mère, le “vel d’hiv” de Saint-Etienne, était un lieu mythique pour cette génération qui malheureusement a fermé ses portes en 1961…

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 28/09/2018 07:54

Saint Etienne c'était aussi Manufrance nom commercial de la Manufacture d'armes et cycles de Saint Etienne première et plus ancienne société de vente par correspondance française. Comme à la Samaritaine on y trouvait de tout dont les célèbres bicyclettes "Hirondelle"

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents