Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 juillet 2018 6 21 /07 /juillet /2018 07:00
La résistible ascension de Benoît H la très revêche Frau Doktor Bahr de l’ambassade d’Allemagne de l’Est à Prague surveillait tout le monde. (141)

Le car dans lequel ils embarquèrent, un British-Leyland, avait des allures de bus psychédélique avec sur ses flancs des fleurs peintes cernant des décalcomanies de portraits de Marx, Gandhi, Castro, des Beatles et, bizarrement, de la Reine d’Angleterre et son porte-bagages couvert d’une bâche bleue arborant la colombe de la paix. Jeanne et lui, gagnèrent les places du fond qui leur étaient réservées. Les saluts furent joviaux, ils durent s’habituer à leurs nouveaux prénoms : Mohammed et Sonia. Le voyage se passa sans incident et ils se retrouvèrent à la tombée de la nuit dans un hôtel pour congrès, en lisière de la ville, genre monstruosité de verre et d’acier à la sauce soviétique. Après un dîner, dans une salle à manger sinistre, où ils ne sauraient dire ce qu’ils avaient ingurgité, ils descendirent dans le bar de l’hôtel au sous-sol où les colonnes de pierre et les fresques se voulaient représentatives de la grandeur des Habsbourg. C’était totalement grotesque. Quelques grosses pouffiasses buvaient du Coca-Cola à la paille en jetant des regards autour d’elles pour repérer d’éventuels festivaliers étrangers égarés qu’elles pourraient ferrer et, peut-être, attirer dans leur lit. Depuis leur arrivée ils étaient flanqués de trois accompagnateurs officiels. Sacha les avait prévenu « c’est l’usage, tu fais comme si tu ne le remarques pas. Votre chambre sera fouillée. Ne jouez jamais au plus malin. Souriez sans arrogance ça les rassurera... » Très vite Benoît comprit qu’en fonction de l’ordre hiérarchique le lourdaud Conrad, amateur de Pilsner, s’accrochait à ses basques ; que le grand Horst, avec ses faux airs d’intellectuel, pistait Jeanne ; et que, la très revêche Frau Doktor Bahr de l’ambassade d’Allemagne de l’Est à Prague surveillait tout le monde. Une folle gaieté régnait à leur table où seul Horst tentait d’animer un semblant de conversation avec Jeanne qui jouait à merveille l’effarouchée du sérail. Benoît ne cessait de penser à leurs retrouvailles dans la chambre au lit très étroit.

 

Tout allait trop  bien pour que ce fût honnête. Leur sortie sans accroc de la nasse berlinoise, en dépit du baratin de Sacha, intriguait benoît qui n’en laissait rien paraître à Jeanne. Après une nuit où leurs corps s’accordèrent au-delà des espérances de Benoît celle-ci lui témoignait une confiance sans limite. Pour passer le temps elle jouait au tennis sur un cours en terre battue plein de nids de poule avec la colonie des mâles sud-américains. Ceux-ci, les argentins surtouts, la draguaient sans se soucier de la présence de Benoît. Les surveillants officiels semblaient bien trop bienveillants, trop coulants, obséquieux jusqu’à l’écœurement. Alors, comme Benoît n’avait strictement rien à faire et que cette cavale inopinée bouleversait tous ses plans, il s’employa à lever ses doutes. Que les services soviétiques appuyés par leurs diligents collègues est-allemands aient perdu aussi facilement leur trace dans une ville truffée de mouchards professionnels, de flics, l’amenait à conclure que leur cavale était entre leurs mains. Que souhaitaient-ils faire d’eux lorsqu’ils les coinceraient dans la souricière choisie par eux ? Des exemples pour leur propagande contre les vilenies des affreux impérialistes américains. Pensez-donc, une Mata-Hari ayant entraîné, par la séduction de ses charmes, un haut dignitaire du régime soviétique à tomber dans l’enfer du jeu et à se retrouver dans l’obligation d’être à leur solde, accompagnée d’une vermine gauchiste elle aussi à la solde de l’Ouest. Du pain béni ! Si cette hypothèse, qui tenait la route, se révélait exacte, il lui fallait très vite, sans éveiller les soupçons de leurs accompagnants, prendre mes manipulateurs à leur propre jeu.

Partager cet article

Repost0

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents