Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juillet 2018 1 16 /07 /juillet /2018 07:00
Claude Askolovitch aime le Red Star, il écrit une belle chronique sur l'équipe de France qui ne représente qu'elle-même, et c'est déjà beaucoup

Je rappelle que Jules Rimet, le créateur de la Coupe du monde qui n’a jamais atteint un haut-niveau en sport  mais  qui voulait le sortir de la sphère aristocratique a créé, à 24 ans, le Red Star Club, où jeunes employés et ouvriers pratiqueront l’escrime, la course, le vélo, le football, mais aussi la poésie et la littérature, dont il est passionné.

 

Claude Askolovitch, fan du Red Star a écrit le 14 juillet 2018 :

 

La tentation est grande de faire des Bleus les hérauts de quelque valeur. Ce serait une erreur.

 

«Eh bien, vrai, ça me fait plaisir ; c'est pas pour dire, mais je suis content, je suis bien content.»

 

Il me revient à une poignée d’heures de l’extase ce contentement d’un paysan normand, croqué par Maupassant dans son Histoire d’une fille de ferme, découvrant que son épouse avait eu un enfant avant de le connaître et décidant qu’il allait, avec elle, élever le petit.

 

«Eh bien, vrai, ça me fait plaisir; c'est pas pour dire, mais je suis content, je suis bien content», disait le vieux de cet «éfant» d’un autre qu’il allait pourtant faire sien, et ainsi nous autres Français et Françaises nous préparons à recevoir une Coupe du monde, qui n’est pas de nous et qui ne nous doit rien, mais que nous ferons nôtre.

 

Péché mignon

La Coupe du monde de Deschamps et de Lloris sera la Coupe du monde de la France, et plut à Dieu que nous nous contentions d’être contents, bien contents et rien d’autre, plut à la décence que nous n’allions pas croire que nous y sommes pour quelque chose.

 

Le moment va revenir où nous parlerons de la France à propos de football, comme si le jeu devait éclairer notre destin hésitant. J’attends la mélopée de l’optimisme retrouvé, de la concorde au ballon, de la jeunesse radieuse et des vertus d’un peuple éternel et sans cesse renouvelé. J’entends déjà l’hymne au métissage fécond, et en contrepoint les imbéciles qui ne sauront admettre en dépit d’une évidence que le noir Kanté va au teint de Marianne aussi bien que l’albâtre Pavard. »

 

La suite ICI 

 

21 février 1897, bistrot Villiermet, à l'angle de l'avenue de la Bourdonnais et de la rue de Grenelle, quartier du Gros-Caillou, Paris VIIe. Jules Rimet, futur créateur de la Coupe du monde, fonde le Red Star. Un club est né. (L'Equipe

 

« C’est bien plus tard, m’étant plongé dans l’histoire du Red Star, raconte ainsi Didier Braun – mémoire vivante du journal L’équipe dans son dernier livre L’armoire à maillot, que je découvris que ce club à l’étoile rouge, ainsi nommé par pure anglophilie par son fondateur Jules Rimet – qui n’avait rien d’un bolchevik – avait connu la célébrité avec un maillot à larges rayures marines et blanches, avant d’adopter le vert de l’Olympique, lorsque les deux grands rivaux du football parisien des années 1920 avaient uni leurs destinées. »

 

Signalons néanmoins que Jules Rimet, pour l’époque une sorte de « catho de gauche » (l’inverse de Coubertin), était un ancien du Sillon, qu’il inventa la coupe du monde de football, et refusa de cautionner la politique, certes très anti-foot de Vichy. Ce fut en quittant la capitale et ses beaux quartiers au début du XXe siècle et en s’installant au cœur de la cité laborieuse de Saint-Ouen, à deux pas des puces, que le club va changer de destin et d’image. Pierre Laporte, son historien officieux, membre de l’Amicale des anciens joueurs, en détaille les étapes. « Le stade Bauer a été construit sur des anciens jardins ouvriers en 1909 quand le club est venu y jouer. On y accueillera même les premières rencontres de l’ancêtre de l’équipe de France avant la guerre de 1914. Longtemps, il s’appellera simplement Stade de Paris ou Municipal. Son actuel patronyme, il le doit au changement, à la Libération, du nom de la rue où il est domicilié en hommage à un résistant fusillé, et surtout à l’habitude prise par Le Parisien de le nommer ainsi. Comment oublier qu’en 1964, le Red Star, premier en D2, reçoit le Stade de Reims. La rencontre se déroule devant 22 000 entrées payantes quand la veille le Racing de Paris matchait l’OM au Parc des Princes devant à peine 2 200 spectateurs. »

 

C'est Lucien Gamblin, dit «Lulu-les-Gros-Bras», défenseur et capitaine emblématique du Red Star, qui a soulevé les trois Coupes de France consécutives du club de Saint-Ouen en 1921, 1922 et 1923. (L'Equipe)

Claude Askolovitch aime le Red Star, il écrit une belle chronique sur l'équipe de France qui ne représente qu'elle-même, et c'est déjà beaucoup
Claude Askolovitch aime le Red Star, il écrit une belle chronique sur l'équipe de France qui ne représente qu'elle-même, et c'est déjà beaucoup

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 17/07/2018 08:37

Enfin, il avoue : le Taulier se met à table . Mais saura t on vraiment tout ?

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents