Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 mai 2018 2 01 /05 /mai /2018 06:00
1er mai 1886 « Le jour viendra où notre silence sera plus puissant que les voix que vous étranglez aujourd'hui » stèle d’Augustin Spies syndicaliste anarchiste pendu à Chicago

« Le 1er mai 1886, aux États-Unis,  200 000 travailleurs obtiennent la journée de huit heures grâce à une forte pression des syndicats. Mais un affrontement avec la police cause la mort de plusieurs personnes.

 

En souvenir de cette victoire amère, les syndicats européens instituent quelques années plus tard une « journée internationale des travailleurs » ou « Fête des travailleurs » destinée à se renouveler tous les 1er mai. Cette journée est aujourd'hui appelée « Fête du Travail », bien que l'expression prête à confusion (on ne fête pas le travail à proprement parler mais l'on honore les travailleurs).

 

André Larané

 

Lire ICI 

 

Le 24 avril 1941, en pleine occupation allemande, le 1er mai est officiellement désigné comme la fête du Travail par le Gouvernement de Vichy qui espère ainsi rallier au régime maréchaliste les ouvriers. Cette journée devient chômée. En avril 1947, la mesure est reprise par le gouvernement de Paul Ramadier. Celui-ci fait du 1er mai un jour férié et payé. Jour durant lequel la tradition veut que l’on offre un brin de muguet à ses proches comme porte-bonheur. Cette tradition a été reprise dans de nombreux pays d’Europe.

 

À Paris, comme partout ailleurs, le 1er mai, alors que d’ordinaire la vente de fleurs et de tout autre objet sur la voie publique est interdite sans autorisation, conformément à la tradition les particuliers sont libres de s’improviser marchands de muguet.

 

 

La vente du muguet le 1er mai est une vente au déballage à caractère exceptionnel réglementée notamment par un arrêté préfectoral du 21 avril 1978 et un arrêté municipal du 12 avril 1988 :

 

• La vente du muguet sauvage est autorisée chaque année, le jour du 1er mai, sur la voie publique à Paris.

 

• Cette autorisation exceptionnelle à caractère traditionnel ne peut, en aucun cas, être prolongée avant ou après cette date.

 

• Le muguet doit être vendu en l’état. La vente d’aucune autre fleur n’est autorisée.

 

• Les vendeurs ne peuvent s’installer à moins de 40 mètres des boutiques de fleuristes et des commerces.

 

 Ce muguet vendu à la sauvette n’est, qu’à de rares exceptions, du muguet sauvage poussant dans les sous-bois. Lorsque j’habitais une maison dans les bois à la Chapelle-en-Serval il me suffisait d’aller couper les petites clochettes au bas de chez moi, de les assembler dans une couronne de feuilles, pour offrir de jolis bouquets  très odorants.

 

Les bouquets comme les pots ou les compositions de muguet proviennent à 80 % de la région nantaise « Des retraités, des étudiants, des immigrés africains ou roms... le brin de muguet offert pour la Fête du Travail est bien souvent récolté par des petites mains qui n’ont pas beaucoup d’autres moyens de subsistance que cette tradition bien française. Dans la région de Nantes, qui fournit 80% de la production nationale, les exploitations prennent des allures de ruche chaque année du 20 au 27 avril avec plus de 7.000 personnes embauchées sur cette période. »

 

Avec 60 millions de brins récoltés, le pays nantais leader européen sur le muguet

 

Le pays nantais concentre 80 à 85% de la production hexagonale, ce qui en fait donc le leader européen en la matière, le reste étant récolté notamment dans la région de Bordeaux. Sur près de 200 hectares, c’est une trentaine de cultivateurs qui s’activent à l’année afin que les clochettes blanches odorantes, ou «lys des vallées», puissent être vendues le 1er mai, partout en France et en Europe. Car c’est l’une des particularité de cette fleur : «En brins, le muguet n’a de valeur commerciale que le 1er mai !», souligne Antoine Thiberge.

 

Cueillette, calibrage, mise en bouquet, emballage : le ballet du muguet dure jusqu'à la veille du 1er mai. Pour les aider dans la dernière ligne droite, près de 7 000 saisonniers sont recrutés. Objectif : récolter 60 millions de brins en sept jours. Une tâche XXL effectuée entièrement à la main et qui équivaut à 300 000 heures de travail cumulées. Pour un total de 500 000 heures de travail annuel.

 

Le chiffre d’affaires des producteurs nantais de muguet est estimé à plus de 15 millions d’euros. Le gros de la production est vendu en France. Les pays francophones comme la Belgique et la Suisse constituent d’autres débouchés.

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 01/05/2018 06:40

« Le cadavre est à terre... mais l'Idée est debout » Victor Hugo-1871 a propos du carnage de la défaite de Mentana subit par Garibaldi et ses Chemises Rouges de la part de troupes françaises et pontificale.Empruntée au poète elle lui fut faussement attribuée à propos de la défaite de la commune. On voit qu'en 1886 elle gardait toute son actualité et sa pertinence.
Sacrés puissants ( pas si puissant que cela puisqu' obligé ,sans cesse, de recourir à la force) Ce patronat si chrétien jusqu'à récemment à qui il a fallut arracher tous les avantages sociaux ( qu'il n'a de cesse, par la suite de rogner, d'une manière ou d'une autre - ces déplorables avantages acquis d'ou nous vient tout le mal et les contreperformances de notre économies !), ce patronat donc qui n'a cessé de gémir et d'annoncer les pires catastrophes à chaque conquête : suppression du travail des enfants, réductions successives de la durée hebdomadaire du travail congés payés, accords de grenelles ( concédés la peur au ventre )
Merci Taulier pour cette info du muguet français repris dans beaucoup de pays, comme la fête de la bruisique du père Lang. C'est cette façon de rayonner qui rend la France si belle et aimable.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents