Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mars 2018 6 10 /03 /mars /2018 06:00
La résistible ascension de Benoît H Montparnasse, le terminus, la vieille gare de l'Ouest, sentait le sapin. Elle vivait ses derniers jours car bientôt les promoteurs et les bétonneurs allaient l'araser, l'enfouir, damer son empreinte pour couler le socle du plus haut phallus pompidolien, la Tour. (39)

Le dimanche soir le train de Paris, bourré de bidasses remontant vers l'est, empestait la chaussette sale, le tabac froid et la pisse rance. Tout me semblait laid. Immonde. Le train s'ébranla avec une exaspérante lenteur. Aux aiguillages les roues claquaient. Les départs, dans ses rêves d'enfant, revêtaient des allures princières, bagages en cuir patiné convoyés par des porteurs en blouses, uniformes impeccables des hommes de la Compagnie des Wagons-Lits, voyageurs empressés, grappes de ceux qui resteraient à quai, à son bras une femme mariée qu’il venait d'enlever aux rets de son sinistre époux, visage caché sous une voilette, des nappes bleutées de vapeur enveloppaient la locomotive, le compartiment du sleeping en partance pour l'Orient, avec ses parures en loupe d'orme, allait abriter leurs amours clandestins. Ce soir, dans l'inconfort de ce train de nuit ordinaire, à vingt ans, Benoît prenais pleine conscience qu’il s’enfonçait dans une vie ordinaire où le tous les jours n’apporteraient qu'ennui, tristesse et chagrin. Sa belle vie, son bel avenir, tout ce bel édifice il l'abandonnait sans regret, sa famille, son pays, ses amis, Marie, Benoît les enfouissaient tel un magot désormais inutile. Sa mémé Marie disait de lui qu’il était un garçon délicat. Pour elle c'était un compliment. Benoît savait bien que c'était mon tendon d'Achille. Il allait lui falloir forcer sa nature, se rendre insensible au regard des autres, n'être qu'un gris parmi la cohorte des gris.

 

Montparnasse, le terminus, la vieille gare de l'Ouest, sentait le sapin. Elle vivait ses derniers jours car bientôt les promoteurs et les bétonneurs allaient l'araser, l'enfouir, damer son empreinte pour couler le socle du plus haut phallus pompidolien, la Tour, bite d'amarrage plantée loin des effluves de l'Atlantique, totem des ambitions pharaoniques des nouveaux friqués, doigt d'honneur pointé au flux de bagnoles craché par la future pénétrante Vercingétorix. Tout devenait possible, les vannes s'ouvraient, le fric dégoulinait, on jetait un tablier de bitume sur les quais de la Rive droite, on charcutait le futur Chinatown, on excavait le ventre de Paris, on décidait d'édifier Beaubourg, les derniers feux des années dites Glorieuses rougeoyaient. Qui aujourd'hui se souvient de Christian de la Malène, de la Garantie Foncière, du Patrimoine Foncier, de Gabriel Aranda, de Robert Boulin, des petits et gros aigrefins, des prête-noms, des stipendiés, des corrupteurs et des corrompus, des fortunes météoriques, de cette cohorte de personnages troubles dont on aurait cru qu'ils sortaient d'un film de Claude Sautet ?

 

Les cafés du bord des gares, même au petit matin, puent la sueur des voyageurs en transit. Ils sont crasseux de trop servir. Les garçons douteux. Les sandwiches mous. La bière tiède et les cafés amers. Dans celui où Benoît s’était assis, les croissants rassis, le lait aigre, allaient bien aux ongles noirs et aux cheveux gras du serveur ; les effluves froides et graillonneuses de croque-monsieur rehaussaient le charme gaulois du patron : bedaine sur ceinture et moustache balai de chiottes. Depuis l'instant où Benoît avait posé le pied sur le quai il distillait un coaltar épais. Tout ce gris, ce sale, cette laideur incrustée, loin de l'agresser, l'enrobaient d'un cocon protecteur. Sa bogue se refermait, il appréciait.

Partager cet article

Repost0

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents