Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 novembre 2017 2 07 /11 /novembre /2017 06:00
Je choisis les vins comme les livres : avec amour ! Alors chaque 7 du mois je vous confierai mes émois amoureux…

« L'amour est un remède à tous les maux »

 

« L'amour est le remède à tous les mots. »

 

Mazouz Hacène, réflexion

 

Comme je suis en vacances éternelles alors je glande en des lieux où je tombe amoureux avec mes yeux, on tombe toujours amoureux avec ses yeux, alors je touche, je caresse, parfois même je sens, j’effleure, j’effeuille page à page, je goûte des morceaux choisis, je choisis.

 

Je n’achète pas, j’épouse, avec les livres je suis un polygame fidèle, mes élans se cumulent, m’enchaînent, ma bibliothèque est un harem d’aimés un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ou pas du tout…

 

L’amour, même lorsqu’il est déçu, comme l’écrit Jean Echenoz, dans Les Grandes Blondes : « L'amour, tu vois, lui a-t-il expliqué, c'est vraiment comme la neige à Paris. C'est bien joli quand ça vous tombe dessus mais ça ne tient pas. Et ensuite c'est foutu, soit que ça vire à la boue, soit que ça vire à la glace, très vite c'est plus d'ennuis que d'émois. », reste un bel élan vers, un grand saut dans l’inconnu, une échappée belle, une bouffée d’oxygène…

 

L’après c’est après mais, aussi bref que soit le temps de l’amour, c’est si merveilleux de tomber amoureux, des livres, bien sûr.

 

À propos de l’amour entre humains je suis très Paul Valéry :

 

« L'amour consiste à pouvoir être bêtes ensemble. »

 

Acheter avec amour des livres, comme des bouteilles de vin, qui sont des objets inanimés, fruits de l’imagination d’un(e) auteur(e) pour les uns, du concubinage de la nature et de l’homme pour les autres, n’exige nul élan de leur part, c’est moi qui les choisis, même si le plus souvent je choisis un livre pour son auteur, un vin pour le vigneron ou la vigneronne.

 

Le talent est le dénominateur commun...

 

Mais, pour le vin il y a mais…

 

Je m’explique.

 

Au risque de décevoir mes nombreux et inconditionnels admirateurs, même si je choisis mes bouteilles avec amour, je ne suis pas un amoureux du vin, je n’éprouve aucune passion dévorante pour lui mais, paradoxalement j’aime qu’on me le fasse aimer.

 

C’est un sentiment très récent.

 

Pendant très longtemps mes relations avec le vin ne furent que sociales, sans affect, j’achetais peu de vin, je buvais le plus souvent en société.

 

Et puis vint le temps où je troquai mes costumes, mes chemises, mes cravates, mes Richelieu pour des jeans, des sweet-shirt et des Veja ; je coupai sans regret les cordons avec ma vie d’avant ; je me dévergondais.   

 

Le vin, doucement mais sûrement, quitta ses oripeaux sociaux pour s’orner des attributs de la fête et du plaisir.

 

Mes amies, oui avec un e, prirent mon destin en mains, je plongeai dans le naturisme avec passion, les vins nu bien sûr, tel un roi fainéant sur son char à bancs je découvrais le plaisir de ne pas choisir.

 

Oui, ça va surprendre mes détracteurs, j’adore me faire guider dans mes choix, qu’elle me prenne par la main, qu’elle me fasse partager des découvertes, qu’elle me surprenne…

 

Voilà, c’est écrit, et comme je suis un partageux, chaque 7 du mois, très chers lecteurs, je vous ferai part de mes émois en vous proposant son vin du mois.

 

Novembre est un mois triste, peuplé le 1er de chrysanthèmes aux portes des cimetières à la Toussaint, d’une fête des morts le 2 dont tout le monde se fout, d’un 11 novembre point final à la première grande tuerie du XXe siècle ; le gris s’installe sur Paris, faut passer ses moufles pour faire du vélo.  C’est le temps où la végétation se repose, c’est un temps de pot-au-feu, de vin chaud et de bûches dans la cheminée…

 

C’est ce que je lui dis.

 

Pour toute réponse elle me mit dans les bras un Pinot noir Weingarten de Julien Albertus au domaine Kumpf-Meyer à Rosheim.

 

 

Elle me l’enveloppa avec du papier soie et me dis avec son joli sourire maintenant « c’est à toi de le présenter à tes chers lecteurs.»

 

Ainsi va la vie que je vis.

 

Commençons par le commencement , comme je ne connais pas Julien je laisse le soin à une référence dans le domaine du vin, Sandrine Goeyvaerts de le présenter :

 

« Julien est un chouette gaillard, avec qui on peut causer: de la place des natures dans le monde du vin, de l’Alsace qui se bouge et progresse, de ses aspirations de vigneron. Je ne bouge pas d’une ligne: il faut le suivre. Certes, il ne dispose pas forcément des plus jolis terroirs, certes y a du taf à faire, certes, certes. Mais l’énergie est là, et les années devant lui.

 

 

2013, Julien est un jeune homme souriant et discret qui veut aller vers le nature, ne sait pas encore bien par quel chemin: ce n’est pas « son » domaine, il y a la clientèle classique à apprivoiser, une autre à conquérir, il faut aussi penser bio à la vigne. Le travail est colossal, l’envie est énorme. Cela se sent, mais avec les défauts d’une entreprise qui débute: les pinots noir sont déjà remarquables de joliesse et de fruit, les blancs manquent encore un poil de précision. De mise en place.

 

2015, Julien est toujours jeune, et toujours souriant mais un poil plus affirmé peut-être. Il a bossé, s’est aguerri, frotté à quelques vignerons plus expérimentés, a échangé avec eux. Là où on le sentait marchant sur des œufs, tâtonnant, il est plus réfléchi, plus apaisé peut-être ? »

 

 

Pour la fiche technique c’est facile :

 

Terroir : argilo calcaire mêlé à des oxydes de fer

 

Rendement : 45hl/ha

 

Macération : 14 jours, 70% égrappé – 30% grappe entière, 1 remontage par jour

 

Élevage : 12 mois en barriques

 

Particularités : Sans sulfite ajouté et non filtré

 

Le domaine Kumpf et Meyer

 

Le domaine Kumpf et Meyer se situe à Rosheim en Alsace sur la route des vins, et s’étend sur 16 hectares, soit près de 70 parcelles sur 6 communes différentes. 2 grands terroirs, le lieu-dit Westerberg « Mont de l’ouest » à Rosheim et le grand cru Bruderthal « Vallée des frères » à Molsheim.

 

 

Vous n’allez tout de même pas me demander de vous livrer mes commentaires après buvaison ; c’est hors de question !

 

Achetez et buvez en confiance !

 

Rendez-vous en décembre, le 7, pour une nouvelle découverte…

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 12/11/2017 10:12

Il ne faut jamais différer trop longtemps ce que l'on se propose de faire sinon on risque de louper le coche.En effet, chez KUMPF et MEYER, du Pinot Noir WEINGARTEN 2015 il n'y en avait presque plus.Cela aurait été bien dommage car la recommandation de ce bienveillant Taulier valait vraiment le coup au point que je suis entrain de me demander si je ne le préfère pas au Pinot Noir de RIETSCH à
Mittelbergheim (35 km) pourtant ma pierre de touche en la matière.Il me va falloir aller à Ergersheim
( 26 km) chez BRAND ( attention, il y en a plusieurs - c'est celui de la rte de Wolxheim ), autre viticulteur recommandé par notre Taulier attentif, pour voir ce que vaut son Pinot Noir.
En tout cas , merci Taulier, je ne sait ce qui vaut le mieux : tes recommandations de lecture ou de vins ? Pour l'instant, comme promis : " Santé ! ".
Les distances sont indiquées pour souligner la chance, pour une fois, d'être sur le motif. Cela console
des bonnes adresses indiquées par un Taulier cruels avec les provinciaux. Na !

pax 11/11/2017 06:29

Il ne faut jamais différer trop longtemps ce que l'on se propose de faire.Du Pinot Noir Weingarten 2015, chez Kumpf & Meyer il n'y en avait plus beaucoup. Par ailleurs il faut reconnaitre que comme les recommandations du Taulier en matière de lectures , celles concernant les vins sont toutes autant de choix . Merci mon bon Taulier et comme dit : Santé !

pax 08/11/2017 06:44

Comme il est connu que seuls touristes et provinciaux visitent la Tout Eiffel ignorée par les parisiens, le Taulier démontre ici que même si on croit connaitre sa région on peut toujours en apprendre de la part d'un" étranger "La situation ici est d'autant plus amusante que j'habite à 22 km de Rosheim.
Merci Taulier, vendredi, jour de marché, dans cette petite ville avec ses trois tours portails et son église romane, j'irais m'approvisionner chez ce vignerons et boirai à ta santé .

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents