Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2017 5 13 /10 /octobre /2017 06:00
Le discours complet d'Emmanuel Macron à Rungis sur les états généraux de l'alimentation

J’ai écouté attentivement hier, en direct depuis Rungis, le discours du chef de l’État pour la fin de la première phase les états généraux de l’Alimentation.

 

Pour faire plaisir à Emmanuel Macron je ne me rangerai pas de suite dans le camp des sceptiques même si sous des habits neufs et des intentions louables j’ai reconnu la patte des hauts-fonctionnaires de la rue de Varenne qui ont recyclé des idées et des concepts usés jusqu’à la corde : organisation des producteurs par filière, contractualisation et le serpent de mer de la régulation sans instruments physiques d’intervention.

 

Attendre et voir donc !

 

Pour l’heure je n’ai ni le courage, ni l’envie de pousser plus avant mon analyse. D’ailleurs, il n’est pas certain que, quoi qu’il arrive, je mette l’ouvrage sur le métier.

 

Pour refonder la politique agricole il est nécessaire de faire des choix, de vrais choix, des choix parfois douloureux qui remettent en cause des situations acquises.

 

Je ne sens pas souffler sur le 78 rue de Varenne un grand souffle de remise en cause, et le sieur Travert n’est pas Pisani et la vision du monde agricole d’Emmanuel Macron reste biaisée et influencée par son vécu auprès de certains responsables.

 

Bref, je n’en dirai pas plus mais traiter les commodities dans le même panier fourre-tout des fameuses filières où les interprofessions n’ont plus aucun pouvoir économique, en implorant une nécessaire montée en gamme via les signes de qualité, le bio, la vente directe… c’est méconnaître la sclérose intellectuelle des dirigeants de ces organisations professionnelles.

 

Qui vivra verra mais le défi alimentaire, bien analysé par Emmanuel Macron, ne pourra être relevé que si les citoyens consommateurs y mettent beaucoup du leur. Demander aux industriels, aux distributeurs, aux agro-managers d’être gentiment raisonnables, de s’auto-discipliner c’est se leurrer.

 

Je vous propose de lire l’analyse du Monde qui colle bien au système, puis si vous en avez le temps d’écouter le discours du Président de la République.

 

Etats généraux de l’alimentation : le donnant-donnant de Macron aux agriculteurs

 

Le chef de l’Etat propose une réorganisation des filières et redonne la main aux producteurs dans la construction des prix.

 

LE MONDE ECONOMIE | 11.10.2017 à 11h13 • Mis à jour le 12.10.2017 à 06h43 | Par Laurence Girard

 

Les agriculteurs qui attendaient des mesures immédiates du gouvernement pour améliorer leur rémunération risquent d’être déçus. Emmanuel Macron, qui s’est exprimé, mercredi 11 octobre, depuis le marché de Rungis, donne rendez-vous à la profession dans deux mois pour établir la feuille de route de l’agriculture française.

 

Le président de la République a choisi ce moment pour « fixer un cap », selon l’Elysée. Il demande aux filières de mettre sur pied un grand plan de restructuration de la « ferme France » sur cinq ans. Ces annonces ont été saluées par Michel-Edouard Leclerc, qui a exprimé son « grand soulagement ».

 

Le discours du chef de l’Etat, très attendu, est censé marquer la fin du premier chantier des Etats généraux de l’alimentation (EGA), une promesse de campagne du candidat à la présidentielle. Il est désormais considéré comme un point d’étape.

 

Les premiers travaux des EGA portaient sur la création et la répartition de la valeur au sein de la filière agroalimentaire. Leur objectif était de trouver des solutions concrètes pour mieux rémunérer les agriculteurs. L’accent était clairement mis sur la question économique 

 

Un rapport de force déséquilibré

 

Le sujet de la juste rémunération des agriculteurs est plus que jamais d’actualité. Dans son premier bilan qui porte sur l’année 2016, publié mardi 10 octobre, la Mutualité sociale agricole (MSA) estime que leur revenu moyen est de l’ordre de 13 000 à 15 000 euros. Soit en très légère augmentation par rapport à 2015, sachant que cette progression est plus due à la baisse des charges décrétée par le précédent gouvernement qu’à une évolution des recettes. Surtout, comme le souligne une nouvelle fois la MSA, 30 % des exploitants auraient un revenu inférieur à 350 euros par mois. Et 20 % seraient en déficit en 2016.

 

Les discussions au sein des ateliers ont mis en lumière le déséquilibre du rapport de force entre agriculteurs, d’une part, industriels et grande distribution, d’autre part. Ou encore les effets dévastateurs de la guerre des prix menée par les enseignes.

 

Plusieurs propositions ont été avancées, comme la volonté de contractualiser les relations entre agriculteurs, industriels et distribution en permettant aux producteurs de se regrouper et de négocier en tenant compte des coûts de production et d’indicateurs de marché. D’autres mesures ont été demandées, comme la revalorisation du seuil de revente à perte, l’encadrement des promotions et la définition du prix abusivement bas.

 

Levée de boucliers

 

La revalorisation du seuil de revente à perte, prix en dessous duquel un distributeur ne peut pas vendre ses produits, a provoqué une levée de boucliers de Michel-Edouard Leclerc. Le patron de Leclerc a brocardé cette mesure qui, selon lui, entraînerait une revalorisation des prix de 5 % à 15 %.

 

Quatre associations de consommateurs, (UFC-Que choisir, CLCV, Familles rurales et UNAF) se sont regroupées et lui ont emboîté le pas pour dénoncer, mardi, dans un communiqué commun, les répercussions d’un tel relèvement sur le budget des ménages.

 

M. Macron a décidé de ne pas trancher pour l’heure sur les mesures qui suscitent la polémique. Il demande à tous les intervenants des Etats généraux de poursuivre leur travail. Sachant que le second temps des travaux, qui se terminera fin novembre, a pour thème « une alimentation saine, sûre, durable et accessible à tous ».

 

Le chef de l’Etat demande aux filières de préparer un plan de restructuration à cinq ans. Un préalable avant toute mesure législative et réglementaire. La structuration de filières interprofessionnelles serait une condition sine qua non pour mettre en place le plan d’investissements agricoles de 5 milliards d’euros sur cinq ans, cofinancé par l’Etat. Une promesse de M. Macron, qui demande par ailleurs aux coopératives d’être plus transparentes, en particulier sur la redistribution de leurs marges auprès de leurs adhérents.

 

Inverser la construction des prix

 

En attendant, le président de la République met en exergue la piste qui a fait consensus lors du premier chantier : une inversion de la construction des prix en redonnant la main aux agriculteurs pour « changer la philosophie de la négociation commerciale », selon L’Elysée. Une loi devrait être présentée et adoptée par ordonnance « au premier semestre de 2018 », a précisé le chef de l’Etat.

 

Ce sera au producteur de proposer à l’industriel un contrat avec un prix tenant compte des coûts de production, et non l’inverse. Et pour que l’amont puisse peser dans les négociations, le gouvernement demande aux agriculteurs de se regrouper pour commercialiser leurs produits. L’Etat se dit prêt à accompagner le mouvement en les aidant à se « professionnaliser » et à leur donner un guide pour éviter les écueils du droit à la concurrence, dont la France veut faire bouger les lignes à Bruxelles.

 

Le renforcement des moyens de l’Observatoire des prix et des marges et de la direction générale de la concurrence (DGCCRF) est aussi à l’agenda.

 

Reste que les mesures réglementaires risquent de n’être applicables que pour les négociations commerciales 2019. Cette année, le gouvernement compte sur la dynamique créée par les Etats généraux pour qu’elles se déroulent dans de meilleures conditions.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

pax 13/10/2017 07:43

Heureusement que tu alternes des chroniques joyeuses,curieuses ou malicieuses avec des chroniques déprimantes relevant de la catastrophes annoncées cher Taulier sinon il n'y aurait plus qu'à se pendre.Aujourd'hui, tu as beau y mettre les formes tu a du mal à dissimuler un haussement d'épaules qui en sous entend long à défaut d'en dire plus.Autre exemple des résultats de tous ceux " qui savent " un article du Charlie Hebdo de cette semaine qui ne manquera de t’intéresser toi qui nous as avoué t'on amour des vaches : un entretien avec Philippe Jacques DUBOIS auteur, entre autre, d'un ouvrage prometteur " Toutes les vaches de France" Delacheux et Niestlé,éditeur. Ou l'on apprend, hélas, la menace qui pèse sur les 42 races de vaches en France en comparant par exemple les 400 villard-de-lans au 2,5 million de Prime Holstein.

Bernard isarn 13/10/2017 07:13

Loin d'etre évident tant que les mastodontes monopoliserons le marché, tant que les inter proffessions de tous poils s'arc-bouterrons sur leurs privilėges, tant que les consommateurs ne feront pas un veritable effort, tant que les revendeurs ne jouerons pas un simple jeu, tant que la vénalité d'oÙ qu'elle soit, d'oú qu'elle vienne ne laisserra pas place a la vertu. C'est pas gagné. C'est tout pareil dans le vin.... mais l'homme est ainsi fait et l'agriculteur empoisonne.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents