Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2017 4 12 /10 /octobre /2017 06:00
Défenseurs des vins nature à l’assaut, les députés adorent le Coca zéro ils boivent de moins en moins de vin à la buvette !

Encore un effet du dégagisme macronien, Ouest-France journal officiel d’une région de picoleurs tire la sonnette d’alarme :   Les députés boivent moins, l’Assemblée vend son vin.

 

J’imagine le désarroi de Vin&Société, la panique de la CNAOC, l’incrédulité des anciens députés habitués de la buvette de l’Assemblée, car cette désaffection pour notre nectar national propulse le Coca Zéro au rang de boisson favorite des députés.

 

« La buvette doit maintenant s’adapter et notamment se réapprovisionner en Coca zéro et en bière « qui sont très demandés, observe Florian Bachelier. La buvette est parfois en rupture sur le Coca pendant les séances nocturnes ».

 

Souvenir, souvenir, j’ai fréquenté après mai 1981 la buvette de l’Assemblée, surtout pendant les séances de nuit, fort nombreuses en cette période, j’ai même envisagé de dresser une typologie des boissons selon les groupes politiques. Du côté du vin, les hiérarques du groupe vin de l’AN imposaient à la Questure l’achat de bouteilles provenant de leur circonscription. Le plus doué dans cet exercice était sans contestation le député de la Drôme, Henri Michel, grand ami de Tonton.

 

Bref, suite à des votes importants les bouchons de champagne pétaient et, tous groupes confondus ça picolait grave. Le moment le plus étonnant que j’ai vécu à la buvette se situe au tout début de la législature qui a suivi la seconde élection de Tonton. Rocard était Premier Ministre, Nallet Ministre de l’Agriculture et moi directeur-adjoint de son cabinet. Ma bonne connaissance de la maison faisait que j’accompagnais le Ministre lorsqu’il allait y défendre un texte.

 

Donc, nous étions juste installé, le Ministre se pointe un soir à l’AN, moi je me rends à la buvette où je tombe sur la fine fleur du groupe RPR qui m’accueille à bras ouverts. À juste raison je m’en étonne. Ils se marrent. « Même si on préférerait avoir gagné, vous venez de nous rendre un fier service en nous débarrassant de François Guillaume. Ce type nous méprisait. Jamais nous n’avons été traités de cette façon. »

 

Précision pour les petites louves et les petits loups qui pensent que le monde commence avec eux, François Guillaume, ancien Président de la FNSEA, fut le Ministre de l’Agriculture du gouvernement de Cohabitation de Jacques Chirac.

 

Ils me payèrent le champagne.

 

Bref, revenons à la désaffection pour le vin de nos nouveaux députés.

 

Je cite Ouest-France :

 

Les députés sont plus sobres et réclament du Coca et de la bière. L’Assemblée nationale va devoir vendre son stock de bouteilles de vin.

 

Les nouveaux députés sont beaucoup plus sobres que leurs prédécesseurs. La consommation de bouteilles de vin et d’alcools forts à la buvette de l’Assemblée nationale a chuté de 50 % depuis le mois de juillet. Une baisse spectaculaire qui a interpellé, à la rentrée, la questure de l’Assemblée nationale, chargée de gérer le budget de l’institution (550 millions d’euros).

 

Sociologiquement, il y a une différence importante entre l’Assemblée actuelle et la précédente. Cela se voit dans beaucoup d’endroits. Les députés boivent moins, mais fument plus qu’avant", affirme-t-il. Avant de confirmer avoir été obligé de "rétrocéder une partie des stocks" de l'hémicycle. Thierry Solère

 

Florian Bachelier (premier questeur et député LaREM d’Ille-et-Vilaine), a donc demandé au conseil d’administration des restaurants du Palais Bourbon des détails. Et pour l’élu rennais, la raison est simple. « Les nouveaux députés, dont 351 marcheurs, sont plus représentatifs de la société française. La consommation d’alcool baisse en France, elle baisse également à l’Assemblée nationale. C’est plutôt une bonne chose. »

 

5 100 bouteilles à vendre

 

La questure a donc décidé de vendre une partie de la cave de l’Assemblée. En tout 5 100 bouteilles pour une économie estimée à 77 000 € par an. « Nous avons contacté nos fournisseurs pour qu’ils nous rachètent une grosse partie du stock. On négociera un bon prix de reprise », précise Florian Bachelier.

 

Face à ce tsunami je propose à mes « amis », je mets des guillemets car mon irrespect en irrite certains, puisque beaucoup d’entre eux sont en connexion avec les Insoumis du Jean-Luc nouveau converti à l’écologie, de faire des pieds et des mains pour que le vin nature soit inscrit à la carte de la buvette afin d’entreprendre la reconquête.

 

Voilà un beau challenge mes « amis », plus important à mon avis que vos petits combats sur  Face de Bouc.

Partager cet article

Repost 0
Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

pax 15/10/2017 09:48

Ou l'on apprends qu'il y a plus d'usines CACA COLA que de vignerons dans les circonscripions de nos chers, très chers ( onéreux ? ) représentant mais aussi les ravages des communicants ( faut pas qu'on te voit en train de "picoler" ) Finalement, ils cachent bien leur jeu, sont tous sarkozystes.Mais aussi hypocrites : du "zéro" ! Veulent pas devenir obèse ? Ils laissent çà à la population eux qui n'arrivent pas à se dépêtrer les lobbies de l'industrie agro-alimentaire et des sucriers ,pour assainir les aliments.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents