Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 août 2017 1 28 /08 /août /2017 06:00
Le chai du château d’Ô, saint-émilion grand cru classé A, était plein de corps étrangers (19)

(19) « Pas de témoins, pas vu, pas pris, prévenez vos collègues du 13e et ceux de la BRB, je pense que notre ami Arkan est derrière ce joyeux gymkhana… »

 

Au retour de la rue des Saussaies nous avons décidé de faire une pause, Arkan localisé, Agrippine entravée mais sans savoir si elle avait été enlevée ou simplement mis au frais, il ne nous restait plus qu’à attendre la réaction d’Aadvark lorsqu’il apprendrait que sa douce avait disparu et, bien sûr, celle du Serbe. Marie allait pousser plus avant sa collaboration avec le cabinet de Collomb afin de trouver une passerelle avec les stars de la BRB dont la susceptibilité est bien connue.

 

Dans l’après-midi, alors qu’Adelphine et Rosalie s’affairaient à transformer une des pièces de la rue Charles Floquet en centre opérationnel je décidai de reprendre langue, si je puis m’exprimer ainsi, avec mon éruptive banquière Lucette Durand. Au téléphone l’accueil fut polaire. Je ripostai en surjouant l’outragé « et comment se terminent les promenades nocturnes des toutous avec le beau Houellebecq ? Sans doute par de profonds échanges littéraires… » Un léger zéphyr souffla sur la banquise. J’enfonçai le clou « la confiance ça se mérite ma chère, je ne suis pas certain que si tu engages un bras de fer sur ce terrain-là ce sera à ton avantage ! » L’iceberg se fissurait, avec des petits sanglots dans la voix elle ânonnait des « je suis désolée, je suis désolée… »

 

Le dégel total intervint sur le pieu de Lucette, ce fut Ouragan sur le Caine. Par bonheur le régime cardio-muscu d’Adelphine me permit de tenir la distance. Elle était insatiable. Je pourrais, comme le font certains auteurs, pour pimenter ce récit, vous décrire par le menu notre corps à corps, nos extases et épectases. Si je m’abstiens c’est que : primo, ça n’apporte rien à l’action de savoir qu’à  des préliminaires d’enfer a succédé un super 69 – les deux partenaires sont allongés tête-bêche, sur le côté ou l’un sur l’autre. La bouche de l’un est contre le sexe de l’autre, ils se prodiguent mutuellement fellation et cunnilingus –, secundo, que dans cette affaire je n’étais pas spectateur, vous relater notre fusion équivaudrait à demander à un curé comment le vin blanc doux de messe se transmue en sang du Christ, tertio, ce qui va suivre est bien plus excitant qu’une banale, même torride, partie de jambes en l’air.

 

Mes gonades essorées – oui, oui, vulgaire un jour vulgaire toujours, la vulgarité c’est comme le communisme on n’en guérit jamais – il me fallait injecter des sucres lents dans mon corps flapi. Paris au mois d’août c’est le désert de Gobi, le triomphe de la mal bouffe, toutes les bonnes crèmeries ont tirées le rideau de fer, alors où allions-nous aller ? À titre préventif j’écartai deux possibilités : les baguettes de Chinatown et la livraison Deliveroo at home, pour une bonne et unique raison : je ne voulais pas repasser les plats avec mon essoreuse de Lucette une fois ma force de frappe restaurée, je voulais dormir seul dans mon grand lit pour ronfler tout mon saoul.

 

À l’heure avancée qu’il était, seules les grandes brasseries pouvaient nous accueillir. Lucette, très En Marche, décréta qu’elle serait ravie d’aller en pèlerinage à la Rotonde. Je rappelle aux ignares que le dîner de victoire, de Macron, au premier tour de la Présidentielle à la Rotonde, fut considéré par la bonne presse comme son Fouquet’s.

 

« C’est le symbole de son ascension. Ça deviendra celui de sa victoire, s’il bat la candidate du Front national, Marine Le Pen, au second tour de la présidentielle, le 7 mai. C’est à La Rotonde, mythique brasserie du quartier Montparnasse, que le leader d’En marche !, Emmanuel Macron, a pris ses habitudes quand il était ce talentueux banquier bien décidé à conquérir Paris.

 

C’est là aussi qu’il réunissait le groupe d’économistes chargés d’élaborer le programme économique de François Hollande, en 2012. Là encore qu’il se fournit pour les déjeuners de travail organisés à son QG, depuis le début de sa campagne : « C’est la salade Rotonde ! Ça vous va ? », glisse-t-il à ses invités.

 

C’est dans cette brasserie autrefois fréquentée par Cocteau, Apollinaire et Hemingway, tenue par des générations d’Auvergnats, que M. Macron avait convié ses amis à prendre un verre, après l’annonce des résultats du premier tour, dont il est arrivé en tête, dimanche 23 avril. « On s’y retrouve quand vous serez sortis des plateaux télé », avait-il lancé à ses soutiens, en début de soirée. Un SMS de son staff est venu confirmer l’invitation. »

 

Lucette enfila une combinaison de latex noir, chaussa des baskets constellées de paillettes, après coup je m’en félicite. Nous descendîmes au parking où le petit bolide rouge nous attendait. Même si le trajet pour Montparnasse était très court je m’attendais à subir les joies d’un Warm Up d’enfer. Comme l’avenue de Choisy est à sens unique nous rejoignîmes le boulevard Masséna afin d’enfiler l’avenue d’Ivry qui nous conduirait Place d’Italie. Lucette pilotait fluide, je desserrai les fesses. Peu de circulation sur cette avenue sinistre, Lucette jetait pourtant un regard, qui me parut angoissé, dans son rétroviseur.

 

Aux feux de Masséna le rouge était mis. Lucette pointa lentement le bout du nez de son petit bolide à l’orée du passage piétons – autrefois dit cloutés – derrière nous l’arc de phares puissants illuminaient notre habitacle. Accélération brutale alors que le feu était toujours au rouge, virage à gauche sur les chapeaux de roue, la petite Cooper crachait ses boyaux en enfilant le boulevard Masséna. Belle anticipation car, avec un temps de retard, un énorme 4X4 reprenait notre trace. « … des amis à toi Tarpon… ils ont la puissance… moi j’ai la ruse… » Elle ralentissait. Le monstre nous collait au cul jusqu’à lui donner des petites tapettes. Nous longions la ligne du tramway. Lucette accélérait. Nos poursuivants, tels des matous, revenaient vers nous sans effort puis nous laissaient du champ. 

 

« Accroches-toi ! »

 

Nous plongions à fond la caisse dans la descente vers la Seine, dérapage contrôlé, profitant du large passage coupant la ligne de tramway qui permettait d’accéder à la rue de Patay, Lucette venait d’effectuer un tête-à-queue impeccable. Nos poursuivants qui avaient pilé nous voyaient passer, sous leur nez, sur la voie remontant vers la porte d’Italie « … ce n’est qu’un amuse-gueule Tarpon… s’ils sont cons à la prochaine tentative ils mordront à l’hameçon… ça passe ou ça casse ! » Nos poursuivants avaient fait demi-tour et nous recollaient aux fesses. Lucette roulait, sur la voie de gauche, à tombeau ouvert. Nos poursuivants jouaient avec nous à cache-tampon en se positionnant à notre hauteur. Lucette exécutait à merveille sa partition décélération- accélération. Ils se lassèrent et reprirent position à notre cul.

 

À hauteur de l’avenue d’Ivry Lucette vira sec, à la limite de l’adhérence, pour s’engager à gauche toute sur la voie herbée du tramway. Le gros 4X4 opéra la même manœuvre sans problème. Nous étions secoués comme des pruniers. Je commençais à baliser subodorant que Lucette mijotait un coup pourri. Elle ralentissait en se déportant insensiblement vers la droite, les bestiaux nous collaient pare-chocs contre pare-chocs, soudainement Lucette faisait barre à droite en accélérant, la petite caisse chassait, frôlait le poteau de la caténaire du tramway, puis contre-braquait en décélérant. Le fracas fut effroyable, le gros 4X4 emporté par sa force d’inertie venait de s’empaler sur le pilier. Contrairement à la jurisprudence des séries américaines le véhicule ne s’embrasa pas.

 

« Maintenant cap sur la Rotonde, les émotions ça creuse Tarpon ! »

 

J’appelai le 06 du joufflu de la sécurité intérieure. Il décrocha de suite. En quelques mots je lui relatais ce qui venait d’arriver. « Pas de témoins, pas vu, pas pris, prévenez vos collègues du 13e et ceux de la BRB, je pense que notre ami Arkan est derrière ce joyeux gymkhana… »

 

« Tant pis pour la Rotonde, réunion de crise rue Charles Floquet… »

 

à suivre...

Partager cet article

Repost0

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents