Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 août 2017 3 23 /08 /août /2017 06:00
Le chai du château d’Ô, saint-émilion grand cru classé A, était plein de corps étrangers (15)

(15)  le journal d’une nonne de campagne by Adelphine Sarrazin opus 3 « Faut te calmer ma grande, t’es pas dans un film, tu mets tes pompes dans la réalité… »

 

Mimmo, le serveur du George V, mon nouvel ami, fut intarissable sur monsieur Granjus qui, selon lui, passait sa vie à faire banquette dans la galerie du George V. « Il joue les importants mademoiselle mais vous avez vu ses pompes. Des écrase-merde ! C’est une planche pourrie… » J’opinais. Nous échangeâmes nos O6.

 

La châtelaine éplorée raquait, ces salauds lui avaient laissé la douloureuse. Alors qu’elle passait devant moi, décomposée, les yeux rougis, je décidai, puisqu’elle occupait une place centrale dans cette affaire, de lui donner un nom de code. Ce serait Ricotta.

 

Pseudo qui n’a rien de vulgaire, ma référence est littéraire, sarde, La comtesse de Ricotta de l’incomparable Milena Agus. « La splendeur ancienne n’est plus, le palazzo familial se délabre, la plupart des appartements ont été vendus et les trois sœurs se partagent ceux qui restent. Seule l’aînée, Noémie, rêve de reconquérir le faste perdu et de restaurer la demeure sur les hauteurs de Cagliari. Les deux autres s’accommodent de la déchéance. Le sujet sur lequel en revanche toutes les trois s’accordent est l’amour imparfait.

 

Toujours imparfait. Pour Maddalena, qui s’adonne avec persévérance à une sexualité fiévreuse, le désir d’enfant n’est pas satisfait. Pour Noémie, l’objet de l’amour est fuyant et dédaigneux. Quant à la plus jeune, la fragile comtesse de Ricotta, on dirait que la vie entière lui échappe. Comme les objets de ses mains maladroites. Comme l’étrange petit garçon qu’elle élève seule. Mais peut-être que l’espoir se cache tout près, juste de l’autre côté du mur. »

 

J’informai le réseau du nom de code de la dame d’Aadvark.

 

Je claquai deux bises à Mimmo avant de suivre les belles fesses de Ricotta. La pauvre, désemparée, cheminait comme un zombi. Dans le grand hall d’entrée, d’un geste brusque elle arracha sa perruque pour la balancer au pied de la banque de réception. Les réceptionnistes, habituées à toutes les excentricités, ne se départirent pas de leur inoxydable sourire. La meuf devait être au bord de la crise de nerfs.

 

Sur le perron deux hommes vêtus de noir l’encadrèrent. Elle les suivit sans broncher jusqu’à un van noir dans lequel elle s’engouffra. Putain ça sentait le roussi il fallait que je lance les fusées de détresse. « Tarpon, je crois qu’ils enlèvent Ricotta… Ils vont me semer fastoche…»

 

« Note le numéro de la plaque, balance le à Marie et à moi et suis les tant que tu peux » Tarpon.

 

À ma grande surprise les molosses conduisirent leur van Mercédès à un train de sénateur. Je bichais, arrivés à la Porte Maillot, toujours tranquillos, ils remontèrent l’avenue Charles-de-Gaulle, axe majeur de l’ancienne patrie de Sarkozy. Je gardais mon cul bordé de nouilles sauf que, lorsqu’ils s’engagèrent dans les boyaux qui serpentent sous la Défense, je pressentis la tuile : ils allaient s’enfiler la A 14. Bonne pioche, les carottes étaient cuites : ma Vespa n’était pas de taille à lutter avec leur grosse cylindrée.

 

Au péage je me garai sur le parking « Tarpon, ils prennent la A14 suis larguée, désolée… »

 

La réponse tarda à venir mais, quand elle s’inscrivit sur mon écran, je n’en ai pas cru mes yeux : « T’inquiètes pas choupinette je sais où ils vont. Rentre au bureau, je t’y rejoins dès que j’en ai terminé avec mes nouveaux amis… »

 

J’en restai, un long moment, comme deux ronds de flan avant de faire demi-tour. Quand Tarpon m’avait embauché j’étais loin de me douter que j’allais me payer de telles doses d’adrénaline. « Faut te calmer ma grande, t’es pas dans un film, tu mets tes pompes dans la réalité, Ricotta vient de se faire enlever par des mecs qui ont des tronches de tueurs… »

 

La seule thérapie pour retrouver ma sérénité : tirer des longueurs à la piscine rue de Pontoise. « Merde ! Elle était fermée pour vidange… »

 

Arrivé à la Motte-Piquet je m’arrêtai à la terrasse d’une brasserie pour me jeter un demi derrière la cravate, la bière ça calme…

 

Je me plongeai dans le dernier Vargas Llosa, Aux Cinq Rues, Lima que j’avais acheté chez Gallimard.

 

«… Sa main droite restait posée sur la cuisse de Chabela et Marisa se rendit compte qu’elle s’était mise à transpirer.

 

Là-dessus, son amie bougea. Elle crut que son cœur s’arrêtait. Elle cessa quelques secondes de respirer et ferma les yeux avec force en feignant de dormir. Chabela, sans changer de place, avait levé le bras et voilà que Marisa sentait sur sa main posée en travers de la cuisse de son amie la main de Chabela. Allait-elle la retirer d’un coup ? Non, au contraire, avec douceur, tendresse aurait-on dit, Chabela, entrelaçant ses doigts aux siens, d’une légère pression tirait maintenant la main, toujours collée à sa peau, vers son entrejambe. Marisa ne parvenait pas y croire. Elle se sentait sous les doigts de sa main saisie par Chabela les poils d’un pubis légèrement renflé et l’orée humide, palpitante, contre laquelle elle la pressait. Tremblant à nouveau de la tête aux pieds, Marisa se tourna de côté, collant ses seins, son ventre, ses jambes contre le dos, les fesses et les jambes de son amie en même temps que de ses cinq doigts elle lui frottait la chatte, à la recherche de son petit clitoris, fouillant, écartant les lèvres mouillées de son sexe gonflé de désir, toujours guidée par la main de Chabela, qu’elle sentait trembler elle aussi, s’accouplant à son corps, l’aidant à se mêler et à fondre en elle. »

 

J’envoyai un SMS « Rosa ma belle arrive vite rue Charles Floquet, j’ai besoin d’amour… »

Partager cet article

Repost 0
Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Roman
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents