Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 août 2017 2 22 /08 /août /2017 06:00
Le chai du château d’Ô, saint-émilion grand cru classé A, était plein de corps étrangers (14)

(14) quelle brigade était sur le coup : à priori la BRB mais il valait mieux que ce soit confirmé…

 

Je chevauchais un Cityscoot électrique. La maison poulaga, devant moi, se trimballait dans une voiture banalisée. À vue de nez ils ne m’avaient pas repéré car mon gros pif les avait flairé dès que le bellâtre avait planté le Pourri sur le trottoir du George V avant de s’engouffrer dans un taxi. Notre affaire se corsait. Aadvark avait vu juste « ça sentait mauvais »

 

Mes interrogations du moment :

 

  • est-ce que sa moitié jouait solo ou n’était-elle que le porte-parole d’Aadvark ?

 

  • dans les 2 cas de figures : qui avait contacté qui dans cette affaire ?

 

J’optai pour l’hypothèse la plus logique : madame, via le Pourri, devait avoir été mise au parfum de la proposition par le grand que je filochais… restait à savoir pourquoi elle n’en avait rien dit à Aadvark – pure intuition de ma part mais étayée par le fait qu’il ait mis cette andouille de Touron sur l‘affaire dès qu’il en avait été informé par Parker-Parker&Parker – et pourquoi aujourd’hui elle venait benoîtement de révéler, au bellâtre, notre proposition de même nature. Ce n’était pas raccord.

 

C’était le bordel, un bordel qui dépassait toutes mes espérances.

 

Autre interrogation plus immédiate : « pourquoi les flics pistaient-ils l’objet de ma filoche ? »

 

Gros poisson sans aucun doute, Marie, qui a ses entrées place Beauvau, allait devoir nous aider à identifier quelle brigade était sur le coup : à priori la BRB mais il valait mieux que ce soit confirmé pour que nous puissions aller à la pêche aux renseignements sur notre homme.

 

Le taxi s’arrêta à l’embouchure de la voie « Villa Émile Loubet », à la Mouzaïa. Dans mes souvenirs d’écolier, la Mouzaïa c’était l’Algérie, le col de la Mouzaïa, le duc d’Aumale, sous les ordres du duc d'Orléans commandant en chef, combattant la Smalah de l’émir Abd-el-Kader qui inspira aux zouaves du maréchal Bugeaud le chant de l’Armée d’Afrique : « La casquette du père Bugeaud » que j’avais braillée au temps de mes culottes courtes.

 

« Villa Émile Loubet » la République troisième du nom et ses présidents oubliés : Félix Faure, Sadi-Carnot et Armand Fallières mais aussi les poètes Rimbaud, Verlaine, Monet, Laforgue qui voisinaient avec les rues de la Liberté, de l’Egalité, de la Fraternité et du Progrès, la République, toujours la République et ses valeurs.

 

Là, dans le haut du 19ème arrondissement, se nichait une oasis, un petit bout de campagne à Paris, des fleurs, des oiseaux, des voies pavées, 250 maisonnettes habitées à la fin du 19ème siècle par les ouvriers qui travaillaient dans les carrières de gypse et de meulière du quartier. Le gypse des Buttes Chaumont, d'excellente réputation,  chauffé à 120 ° dans des fours, donnait un plâtre de grande qualité et la légende, à tort, affirme que celui-ci fut exporté aux États-Unis pour édifier la Maison Blanche, à Washington. En témoigne une rue des Carrières d'Amérique, celle-ci plongeait à pas moins de 1000 mètres de profondeur, étayée par d’énormes piliers soutenant des voûtes hautes de 15 mètres ; des cathédrales !

 

Le lieu n’allait pas être facile à surveiller, une coopération avec les limiers de la BRB s’imposait : je filai sur mon scooter électrique jusqu’au premier café pour actionner d’urgence Marie. Quelle ne fut pas ma surprise, alors que je venais tout juste d’entamer mon demi de bière, de voir se pointer deux mecs caparaçonnés en motard. Ils ôtèrent leur casque, me firent un petit signe de tête, auquel je répondis, puis allèrent s’asseoir à une table qui me faisait face.

 

D’où sortaient ces deux zèbres ?

 

Mon flair de vieux clebs ne me menait pas sur la piste de keufs modèle classique mais plutôt vers les sentiers des limiers de la sécurité intérieure, l’ex DST. Je devais les avoirs au cul depuis le George V.

 

Question « qu’est-ce qu’ils foutaient là ? »

 

Sans doute faire pipi autour de leur territoire, me foutre la pétoche pour que je ne vienne pas fourrer mon groin dans cette affaire qui, manifestement, intéressait beaucoup de monde.

 

Que faire ?

 

Me tirer la queue entre les jambes !

 

Hors de question, la meilleure défense c’est l’attaque, je sirotai ma bière puis me levais pour rejoindre leur table.

 

« Eugène Tarpon II, conseil en affaires réservées, si ça ne vous dérange pas j’aimerais discuter le bout de gars avec vous camarades ! »

 

Je suis sûr que Bernadette Soubirous ne fut pas plus surprise qu’eux lorsque la Vierge Marie se pointa dans la grotte de Massabielle.

 

à suivre...

Partager cet article

Repost 0
Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Roman
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents