Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 06:00
Se conduire en gentlemen ça fait vieux jeu mais «La politesse est une vertu nécessaire dans notre monde nombriliste»

Certains commentaires de mecs sur Face de Bouc sous ma chronique « Lettre ouverte aux gastro-couillards de toute origine et condition… halte aux blagues graveleuses, aux mains aux fesses et au « droit » de cuissage ! » ICI sous couvert d’un humour, qui se voulait soft, sont la démonstration qu’il reste bien du chemin à faire pour que, ces porteurs de calbars, prennent vraiment conscience, comme le faisait remarquer Vincent Mareschal, que les fesses des femmes ne sont pas des aimants.

 

La 31e chambre du tribunal de Grande Instance de Paris a rendu son jugement le 6 juillet dans l’affaire Marc Sibard. Le caviste parisien était poursuivi pour harcèlement sexuel, moral et agression sexuelle.

 

Ce dernier a été condamné à un an de prison avec sursis, assorti d’une mise à l’épreuve de 24 mois qui comprend l’obligation de suivis de soins en matière d’alcoolisme, le versement de dommages et intérêts aux parties civiles (montant global 24 000 euros hors frais de justice) et l'acquittement d’une amende de 5 000 euros. Par ailleurs, la peine de prison s’appliquera en cas de récidive sur les cinq prochaines années. Le jugement est beaucoup plus sévère que le réquisitoire du procureur. Celui-ci avait plaidé pour trois mois de prison avec sursis et 10 000 euros d’amendes.

 

Les trois victimes voient donc leurs requêtes pour harcèlement moral et sexuel reconnues. « Je suis immensément soulagée. Le dossier a duré cinq années difficiles à vivre » commente Emma Bentley, qui vit désormais en Italie. Pour leur avocate, Maître Laure Tric : « c’est une bonne décision. Il est assez rare de voir au pénal la reconnaissance de harcèlement moral et sexuel reconnu. Cela montre que même dans le milieu du vin, les règles s’appliquent comme ailleurs ». Une partie de la défense de Marc Sibard consistait en effet, selon Maître Laure Tric, à expliquer que le milieu du vin se prêtait à des agissements et des paroles grivois et grossiers.

 

Piètre plaidoirie, le milieu du vin ne détient pas le monopole de la goujaterie et autres saloperies, c’est une affaire largement partagée dans nos sociétés qui se disent civilisées. L’excès, le débordement, le défaut de maîtrise de soi ne sont en rien des circonstances atténuantes. L'alcoolisme n'est pas l'apanage du monde du vin même si certains dans ce petit milieu semblent ignorer qu'ils les ont.

 

Alors, même si les gens polis ne sont pas tous honnêtes, je plaide, comme Frédéric Rouvillois, pour un retour à la politesse afin de faire barrage aux comportements grivois et aux débordements qui y font souvent suite.

 

On m’objectera que la politesse est une forme d'hypocrisie, mais il s'agit – comme le note Rouvillois – d'une forme d'hypocrisie vertueuse. « Ce n'est pas nouveau et nous en avons toujours eu conscience. Molière nous a tout appris sur la nature humaine dans le Misanthrope. Il nous décrit bien les limites de la politesse, de la bienséance et du savoir-vivre quand ceux-ci tombent trop évidemment dans l'hypocrisie, mais il montre également que si nous voulons être comme Alceste dans la transparence totale, nous finirons seul, loin des autres, y compris dans notre vie amoureuse. Cette hypocrisie vertueuse permet tout simplement de mettre un peu d'huile dans les rouages sociaux. Il faut savoir ne pas tout dire, sinon c'est la guerre. »

 

Dans l’affaire Sibard, comme dans bien d’autres, c’est l’illustration du rapport du faible au fort, la domination, l’intrusion même, toutes les digues sont donc bonnes pour dresser des barrages, cantonner certains instincts. Bien évidemment je n’affirme pas que certains harceleurs ne le fassent pas avec les formes, en étant polis mais, même si parfois la frontière entre faire la cour et le harcèlement peut-être difficile à tracer, lorsque le caractère unilatéral est avéré il n'y a pas photo et ça doit mettre un terme à toute forme de pression.

 

Oui je reste très vieux jeu, je continue d’ouvrir les portes et d’y laisser passer les femmes, de les précéder dans les escaliers, de penser qu’en amour ce sont toujours elles qui décident.

 

Mais comme l’écrit Rouvillois la politesse n’est pas vraiment un don gratuit. Elle génère une forme de contre-don, même implicite, « qui est le remerciement de celui envers qui l'on est poli. Il existe un autre contre-don, plus subtil, qui est simplement le plaisir que l'on éprouve soi-même à tenir la porte à quelqu'un. Mais dans un système où le seul but est d'aller au plus simple, au plus utile et au plus rentable, cette idée de gratuité compensée seulement par le remerciement ou le plaisir d'être poli devient illusoire. La première caractéristique de la politesse est en effet que l'on accepte de donner du temps à autrui.

    

« Est poli celui qui ne se met pas systématiquement en avant, celui qui ne veut pas faire son malin, celui qui est fréquemment dans l'understatement. Se prendre pour l'illustre Gaudissart de Balzac, c'est un peu le contraire de la politesse. Je remarque que, de nos jours, la vie n'est plus qu'un immense entretien d'embauche! Voilà pourquoi, dans notre monde prosaïque et nombriliste, obsédé par l'utilité et par la vitesse, la politesse est plus que jamais nécessaire. Elle demeure l'une de ces petites vertus qui permettent de tenir debout. »

 

Pour le philosophe Emmanuel Lévinas, la formule de politesse «après vous», devrait être la plus belle définition de notre civilisation…

 

Je ne sais si je vous ai convaincu mais, sans prendre une posture de gentlemen, je plaide pour que le bien-vivre ensemble, dans le monde du travail, dans les heures de fête, y compris dans les moments d’excès, se donne des règles où la politesse, le respect de l’autre et de soi-même, ne soient jamais transgressées.

 

Et, de grâce que certains bas du plafond ne lancent pas la pudibonderie à la gueule !

 

J'attends encore un article sur l'affaire Sibard dans la RVF de Denis Saverot... 

Se conduire en gentlemen ça fait vieux jeu mais «La politesse est une vertu nécessaire dans notre monde nombriliste»

Et la politesse bordel !

 

Au travail, un simple « merci » ou un « s’il te plaît » suffiront à déterminer si vous avez affaire à un ­interlocuteur recommandable ou à un morveux égocentrique.

 

LE MONDE |  | Par 

 

Nécessaire reconnaissance témoignée à son interlocuteur, la civilité, en sa qualité de respiration humaniste, se révèle également le meilleur moyen de ne pas se réduire soi-même à l’état de rouage hystérique. Elle doit donc être envisagée comme un élément central de qualité de vie et de la motivation au travail.

 

 

Interaction chaleureuse

 

De nos jours, qui voudrait s’investir pour un rustre ? ­Selon deux études menées en 2014 et 2015 par le cabinet de conseils en risques psychosociaux Eléas, le manquement aux règles élémentaires du savoir-vivre affecterait la productivité dans 77 % des cas. Confrontés à une incivilité, les salariés ralentiraient volontairement leur rythme d’exécution des tâches et feraient preuve de capacités logiques amoindries par ce climat hostile. Il est à noter que les 20-34 ans sont beaucoup plus sensibles à cette situation, car ils ­seraient 34 % à avoir pleuré après avoir été victimes d’un manque de considération, contre seulement 21 % pour les salariés de plus de 55 ans.

 

 

Les tourments d’Uber, qui vient d’annoncer 2,6 milliards d’euros de perte pour 2016 et dont le patron a récemment été filmé par la caméra d’un véhicule alors qu’il insultait copieusement un de ses chauffeurs, illustrent parfaitement les dégâts de la muflerie. En vertu d’un théorème émergent nommé « la symétrie des ressentis », il est en effet peu probable qu’un employé produise avec le client une interaction chaleureuse si son supérieur lui parle comme à un chien. En ­conséquence, on peut avancer qu’une boîte structurellement malpolie a autant de chances de réussir que le patron d’Uber de passer pour un sympathique hippie collaboratif.


 

Je ne serais pas arrivée là si… Virginie Despentes

 

Si je n’avais pas arrêté de boire à 30 ans. Je me sens formidablement chanceuse de l’avoir décidé assez tôt. Et d’avoir vite compris que ça n’allait pas avec tout ce que j’avais alors envie de faire. L’alcool a probablement été une des défonces les plus intéressantes et les plus importantes de ma vie. Mais il m’aurait été impossible d’écrire King Kong théorie et tous mes derniers livres si je n’avais pas arrêté. Et si je me sens aussi bien aujourd’hui, à 48 ans, disons, beaucoup plus en harmonie, et dans quelque chose de plus doux, de plus calme, de très agréable à vivre – ce que j’appelle l’embourgeoisement – je sais que c’est lié à cette décision.

 

La vie, c’est comme traverser plusieurs pays. Et ce pays dans lequel je vis depuis plusieurs années, il n’a été accessible que par une réflexion, une discipline et un effort par rapport à la dépendance envers les drogues douces, et particulièrement l’alcool. Je suis favorable à la légalisation de toutes les drogues. Mais ce n’est pas parce que c’est légal que c’est anodin. Les gens ne s’en rendent pas compte et n’ont aucune idée de la difficulté à arrêter. J’ai donc l’intention de m’attaquer à ce sujet pour mon prochain livre.

 

Quand avez-vous commencé à boire ?

 

La première fois, j’avais 12 ans, je m’en souviens parfaitement. C’était à un mariage à Nancy, en 1982. J’ai bu un verre et je suis tombée en arrière en pensant : « Waouh ! Quel truc ! Ça s’ouvre à moi ! » Et je suis tombée amoureuse de l’alcool. Vraiment amoureuse.

 

Pour la griserie qu’il procure ?

 

Oui. J’avais trouvé ma substance. Et très vite, adolescente, j’ai eu une pratique de l’alcool très sociale, dans les bars, les fêtes, les bandes de copains. En fait, tout ce que je faisais à l’extérieur de chez moi, j’ai appris à le faire avec l’alcool et, entre 13 et 28 ans, avec un vrai plaisir, un vrai enthousiasme, une vraie férocité. Dans mes lectures, j’ai trouvé beaucoup d’amis buveurs. Des tas d’écrivains ont une histoire d’amour avec l’alcool et truffent leurs livres de beuveries épiques. J’ai donc été une jeune personne qui a bu de façon totalement assumée et heureuse très longtemps.

 

Et puis à 28 ans, j’ai eu un déclic. Ça ne collait pas avec le fait de devenir auteur. Ces déjeuners dont je ressortais incapable de faire quelque chose du reste de la journée. Ou ces inconnus avec lesquels je créais soudainement des rapports intimes, et déplacés, parce que j’étais complètement bourrée…

 

Vous n’aviez plus le contrôle.

 

Non. Et je me rendais compte que j’étais incapable de confronter une situation sociale sans boire. Et comme il y a de l’alcool partout en France… Alors, aidée par mes agendas où je note tout, j’ai commencé à me demander si les beuveries de la dernière année avaient valu le coup. Deux ans avant, j’aurais répondu : oui, c’était génial. Mais là, j’étais bien obligée de répondre que non. Que la plupart du temps, j’avais fait ou dit des choses qui m’avaient mise mal à l’aise le lendemain. Et que le nombre de fois où je m’étais réveillée en me disant « pfffttt… » était considérable.

 

Je devais faire quelque chose. Mais c’est très compliqué ! C’est pas « boire ou ne pas boire ». C’est un mode de vie qui est en jeu. Et un personnage, jusqu’alors défini par l’alcool, qu’il faut complètement réinventer. J’ai découvert à 30 ans que j’étais timide par exemple. Je ne le savais pas.

 

Lire le tout ICI

 

Partager cet article

Repost 0
Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

pax 10/07/2017 07:30

Tudieu ! Notre Taulier qui convoque LEVINAS dans une chronique qui se devrait d'être légère en ce début de période estivale ! L'un de mes philosophes de prédilection ! Merci Taulier, on n'en fait pas assez usage car effectivement il est de ceux dont la pensée ne reste pas dans les sphère intellectuelles mais s'incarne dans le quotidien , explique et fonde "les relations interpersonnelles" qui nous permettent le "vivre ensemble"
Soyons plus primesautier ,pour autant que mon embonpoint retrouvé me le permette ,et parlons du gentleman. Rien de plus difficile à identifier puisque le critère d'appréciation est la pince à sucre.En effet le "gentleman est celui qui se sert de la pince à sucre même quand il est tous seul " (vérification aussi difficile à faire que résoudre le problème de la lumière du frigo qui s'éteindrait quand la porte se ferme) Quant à tenir la porte ou une portière de votuire par exemple cela reste très subjectif. Nous avons tous que cela ne signifie qu'une chose : soit c'est la femme soit c'est la voiture qui est neuve; rien de plus.
Par contre le chapeau, que je porte ( il faut bien que quelqu'un le porte dans cette vallée de larme) ,il permet toute une variété d'usage qui va de le maintenir enfoncé sur le crâne pour indiquer le mépris que l'on a pour l'individu qu'il serait de bon ton de saluer jusqu'au " chapeau bas " pour démontrer estime et considération pour tel autre.Cela passe aussi par toutes les nuances des deux doigts portés avec désinvolture au bord du couvre chef ( sisi, chef c'est bien de chef qu'il s'agit) jusqu'au léger soulèvement de l'objet illustrant une bienveillante neutralité.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents