Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juin 2017 7 18 /06 /juin /2017 06:00
Le PS d’Épinay dans le coma, les Républicains à la dernière station de leur chemin de croix, la gauche et la droite ne sont-elles plus qu’extrême ?

Pour ne rien vous cacher l’implosion du PS à la sauce Mitterrand ne me fend pas le cœur et, si obsèques il y a, je m’abstiendrai. Nous faire accroire que Gérard Filoche et Manuel Valls sont de gentils camarades c’est nous prendre pour des veaux.

 

« Mélenchon m’a tué » pourraient s’écrier les derniers grognards, les Dray, Hamon, Aubry et autres frondeurs balayés comme des fétus de paille, jetés tels des kleenex. C’est vrai, le conducator veut rayer de la carte PS et PCF, la vieille union de la gauche qui l’a nourri durant des décennies.

 

Y’a du Guy Mollet dans ce Mélenchon, des mots durs et une pratique molle, comme un goût de Vieux Monde, de recettes éculées ripolinées à la sauce écolo-alterno, de quoi séduire, je le comprends, une génération contestataire de précaires. L’ego du Jean-Luc qui a toujours dépassé la largeur des portes du pouvoir et son entreprise d’insoumis n’est que son dernier faire-valoir de vieux cheval de la politique.

 

Laissons-le là pour ausculter la Droite avec le bien à droite Dominique de Montvalon ancien rédachef du JDD :

 

« À la veille du second tour des législatives, le pur chiraquien François Baroin s’efforce de donner le « la » à des troupes qui n’ont toujours pas compris comment une élection « imperdable » avait été perdue, et à qui la faute. Et qui, du coup, « flottent ». Exercice de haute voltige.

 

1. Il assure qu’Emmanuel Macron aura évidemment sa majorité absolue.

 

2. Mais il affirme qu’une majorité « écrasante » écraserait le débat.

 

3. Il appelle donc les électeurs de droite – les pro-Macron comme les autres – à corriger le tir du 1er tour en votant au second pour des candidats de droite, qu’ils soient de la première ou de la deuxième « famille ».

 

4. Il se déclare « constructif » (adjectif… macroniste s’il en est) mais, dans la foulée, hostile notamment à la hausse de la CSG, il dit qu’il ne votera pas la confiance.

 

5. Il annonce que, son travail terminé au soir du second tour, il retournera à Troyes et au Sénat, et ne se mêlera pas de la bataille Bertrand-Wauquiez qui se profile pour la présidence de ce qui restera des Républicains.

 

6. Il refuse, pour quelques jours encore, de participer au grand déballage inévitable sur les causes du désastre de son camp. Mais lui, le chiraquien, le laïque, l’anti-FN, le « constructif » (radicalement opposé à toute forme d’opposition systématique), il met déjà les choses au point sur un fait pour lui majeur : s’il est venu participer le 5 mars au Trocadéro au meeting de François Fillon, dont le succès doit beaucoup à Sens Commun, c’est uniquement, assure-t-il, parce qu’il pensait que Fillon, ce jour-là, jetterait l’éponge.

 

En revanche, pas un mot dans sa bouche, sur le fait que Nicolas Sarkozy –qui avait fait de Baroin son dauphin- a tout fait pour torpiller ce scénario qui, pour le meilleur ou pour le pire, aurait alors ouvert la voie à un certain Alain Juppé.

 

Il est loin le temps –pourtant pas si lointain !- où François Baroin fixait comme objectif à son camp de gagner les législatives pour… cohabiter ensuite pendant cinq ans (sic) avec Emmanuel Macron.

 

Même aujourd’hui, la droite a-t-elle pris la pleine mesure de ce qui lui est arrivé ? Clairement non.

 

Il y a les responsabilités –énormes- du candidat Fillon. Elles ne se limitent pas, loin s’en faut, aux désastreuses affaires qui l’ont plombé.

 

Il y a le poids d’un projet concocté en cercle restreint, trop intégriste et trop « punitif » pour répondre, au-delà de la primaire, aux complexités et aux attentes de la société française.

 

Il y a eu aussi, de la part de la droite, une surestimation arrogante de ses propres forces et une sous-estimation désarmante de celles de l’adversaire.

 

Par mer déchaînée et horizon bouché, François Baroin aura fait son devoir -sans illusions mais, au fond, avec une certaine classe- sur ce qui va immanquablement se produire au sein de l’ancienne droite dès les législatives finies: un carnage. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les 3 droites

 

René Rémond est à l'origine d'une distinction célèbre entre les «trois droites» françaises : «légitimiste» ou réactionnaire (en référence à la Restauration de Louis XVIII et Charles X), «orléaniste» ou libérale (elle rappelle le règne relativement prospère et débonnaire de Louis-Philippe 1er), «bonapartiste» ou autoritaire (en référence bien sûr au règne fulgurant de Napoléon 1er), dont il suit la trace de la fin de l'Empire au milieu du XXe siècle. Son analyse est au coeur d'un ouvrage majeur : La Droite en France de 1815 à nos jours (1954, Aubier-Montaigne) réédité en 1982 sous le titre : Les droites en France (Aubier-Flammarion).

 

Cette distinction est plus difficile à suivre aujourd'hui, 60 ans après René Rémond, la nouvelle typologie de la droite L'historien Gilles Richard publie une Histoire des droites en France.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

​​​​​​​

 

 

 

 

 

 

  • Le Front national n'apparaît pas dans la typologie de René Rémond. S'agit-il d'un parti de droite ou d'extrême droite? Quelle est sa place dans l'histoire de la droite?

 

René Rémond avait bien conscience, à la fin de sa vie, que sa tripartition posait problème… Le FN est un parti issu de la famille politique nationaliste, née avec l'épisode boulangiste au moment où la «République des Jules» s'imposait. Pour des raisons que je détaille dans mon livre, cette famille nationaliste a longtemps eu beaucoup de mal à se doter d'un parti qui la représente efficacement. Et son soutien, massif et prolongé, à Vichy l'a profondément fragilisée. Mais elle n'a jamais disparu et le FN, fondé en 1972, a su lui redonner son lustre à partir de 1984. Droite ou extrême droite?

 

Je n'emploie jamais l'expression «extrême droite» parce que cela supposerait qu'il y ait UNE droite (et UNE gauche), avec seulement des nuances à l'intérieur de chacune - du bleu ciel au bleu (M)arine, du rose pâle au rouge vif. Or, pour moi, il y a DES familles politiques se classant à droite ou à gauche selon les époques. Les nationalistes sont sans aucun doute une des familles politiques qui se sont rangées à droite de la ligne de clivage apparue au tournant du XIXe et du XXe siècles. Mais ils ne sont pas plus «extrémistes» que les libéraux sont «modérés». Dit autrement, je ne vois que des nationalistes extrêmement nationalistes, des libéraux extrêmement libéraux, des agrariens extrêmement agrariens, etc.

 

  • Selon vous, l'année 1974 marque un tournant dans l'histoire de la droite. Pourquoi?

 

Sans aucun doute, l'année 1974 a marqué le point de départ de notre présent politique. Pour deux raisons: premièrement, s'est enfin imposée, parmi les familles de droite, la famille (néo)libérale qui, jusque-là, avait toujours dû partager le pouvoir avec d'autres - les radicaux jusqu'à 1940, les gaullistes après la Libération ; deuxièmement, en même temps - mais sans que cela ait au départ le moindre rapport avec l'élection de Valéry Giscard d'Estaing - l'économie française (comme ses voisines) est entrée de plain-pied dans la troisième révolution industrielle (automatisation, multinationalisation, délocalisations et financiarisation) et son corollaire, le chômage de masse qui, en une décennie, a porté un coup fatal au mouvement ouvrier tel qu'il s'était bâti depuis la fin du XIXe siècle et avait imposé la question sociale comme question centrale dans la vie politique.

 

Depuis cette époque, les deux principaux courants qui s'opposent sont les nationalistes et les néo-libéraux. Que révèle cet affrontement?

 

  • L'entrée dans « une nouvelle ère », selon les mots de « VGE » après son élection en mai 1974, a permis aux néolibéraux d'imposer leur projet politique.

 

L'entrée dans «une nouvelle ère», selon les mots de «VGE» après son élection en mai 1974, a permis aux néolibéraux d'imposer leur projet politique, leur vision de la France dans le monde. Pour eux, les principes du capitalisme sont les plus sûrs fondements d'une vie harmonieuse en société. C'est là le cœur de leur doctrine. Et c'est à l'État d'en garantir la pérennité. Ils ont pu enfin agir à leur guise ou presque parce qu'au même moment, leur principal adversaire, les gauches issues du mouvement ouvrier, s'est évaporé. Depuis 1984, quand le PCF s'est retrouvé avec un score électoral d'avant 1936 et que le PS a renoncé officiellement à «changer la vie», le projet néolibéral s'est déployé sans obstacle majeur, à travers la déconstruction de la République sociale telle qu'elle s'était bâtie, par à-coups, entre 1936 et 1982, et parallèlement la construction de «l'Europe» comme grand marché unifié et structure politique supranationale. C'est dans ce double contexte (triomphe des néolibéraux, effondrement du mouvement ouvrier) que le FN a su - non sans difficultés - reconstruire un projet nationaliste adapté au présent et une force capable de le soutenir.

 

  • La victoire de François Fillon à la primaire de la droite est-elle le fruit d'une synthèse réussie entre ces deux tendances?

 

Oui, d'une certaine manière. Elle est aussi la reprise de la stratégie sarkozyste développée entre 2002 (quand il entre Place Beauvau) et 2012, consistant à défendre un projet de société néolibéral tout en tenant un discours «identitaire» pour récupérer une partie des électeurs frontistes, sans faire d'alliance électorale avec le FN. Une stratégie qui a semblé réussir en 2007, face à un adversaire frontiste dépassé, «le Vieux» comme on nomme Jean-Marie le Pen au FN, et faisant campagne sur des nouveaux thèmes difficilement audibles par ses électeurs (cf. le discours de Valmy sur «le creuset français»).

 

Mais un succès sans lendemain, avec un renouveau du Front national dès 2011 quand Marine Le Pen a succédé à son père. François Fillon a fait le choix de s'inscrire dans la même ligne (projet néolibéral et défense de l'identité française) que Nicolas Sarkozy mais d'une façon plus cohérente que lui - en centrant sans détour son discours identitaire sur les valeurs du catholicisme traditionnel - et plus crédible - il s'est présenté comme le candidat anti-«blingbling», pour parler de façon familière. Dans le contexte de mobilisation des milieux catholiques autour de La Manif pour tous et face à un Alain Juppé refusant le discours identitaire sarkozyste, il l'emporta donc.

 

  • Au-delà des affaires, ces difficultés traduisent-elles la séparation de plus en plus nette entre ces deux courants. Peuvent-ils continuer à coexister au sein de LR?

 

J'ai montré dans mon livre, écrit avant les affaires, que la stratégie filloniste n'était pas forcément gagnante, malgré l'excellent score réalisé lors de la primaire. Même sans les affaires, le choix de faire cohabiter deux systèmes de valeurs opposés, deux visions du monde antinomiques n'est pas chose aisée. Et même, sans doute, chose impossible dans la durée, c'est-à-dire au-delà d'une campagne électorale. Le quinquennat de Nicolas Sarkozy l'a en tout cas démontré. C'est tout le problème de LR aujourd'hui. Le parti, l'UMP au départ, a été construit en 2002 par Alain Juppé avec l'objectif de fondre à terme dans la grande famille néolibérale toutes les familles de droite (démocrates-chrétiens, agrariens de CPNT, gaullistes, etc.) à l'exception des nationalistes.

 

Nicolas Sarkozy, par sa stratégie, a complètement infléchi le projet initial en redonnant une place importante au nationalisme au sein même du parti. Mais on le voit, la cohabitation est difficile, voire impossible. Comment concilier «l'ouverture» au monde - «le multiculturalisme» disent ses thuriféraires - qu'implique le néolibéralisme et la défense d'une «l'identité nationale» renvoyant à une époque où la France était un pays partagé à égalité entre ruraux et citadins, majoritairement catholiques, maître d'un immense empire colonial?

 

  • Plus largement, le clivage droite gauche semble s'effacer au profit d'un nouveau clivage: «progressistes contre conservateurs», selon Macron ou «patriotes contre mondialistes», selon Le Pen. Qu'en est-il?
  •  

Le clivage droite(s)-gauche(s) s'efface en effet car la question nationale est devenue, par l'action continue, méthodique, efficace du FN la nouvelle question centrale. Elle met désormais aux prises, en première ligne, deux familles de droite (d'où le désarroi des gauches…), «progressistes contre conservateurs» ou «mondialistes contre patriotes» disent les intéressés, néolibéraux contre nationalistes selon moi. Chacun des deux camps possède un atout-maître. Pour les premiers, c'est l'infini pouvoir de séduction de la société de consommation sur les individus - malgré les ravages qu'elle entraîne. Pour les seconds, c'est la force que leur donne le fait d'avoir récupérer le cœur de l'électorat des gauches, laissé en jachère politique par elles, c'est-à-dire les classes populaires - mais leurs attentes ont-elles beaucoup à voir avec le nationalisme? Entre ces deux ensembles, rien n'est encore joué. L'un ou l'autre peut l'emporter.

 

La suite ICI 

Partager cet article

Repost 0
Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents