Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2017 3 14 /06 /juin /2017 06:00
Et si nous transformions les abstentionnistes en abstinents ou en abstènes… plus de « cuchi-cuchi » au lit…

Laurent Ruquier l’animateur de ONPC, soit On n’est pas couché, donne les clés de la différence entre un abstentionniste et un abstinent.

 

« L’abstention, c’est l’inverse de l’abstinence puisque l’abstinence, c’est quand on ne s'est jamais fait baiser alors que l’abstention c’est quand on l’a été trop souvent »

 

Une suggestion pour lutter contre l’abstention

 

« La candidate du parti mexicain Accion Nacional, Josefina Vazquez Mota, appelle les femmes à moduler l'accomplissement du devoir conjugal en fonction de l'attitude civique de leur mari.

 

Sa suggestion : un mois sans "cuchi-cuchi" pour l'époux abstentionniste ou un mois avec double "cuchi-cuchi" pour les votants. Les Mexicaines n'ont pas toutes apprécié, surtout au sein de ce parti très conservateur. On attendra le résultat des élections pour de plus amples commentaires.

 

PATRICE GOUY publié le 28/06/2012 Le Point

 

Abstention, abstinence, abstème

 

Le nom abstention, du latin abstentio de la même famille que abstinere = tenir éloigné désigne le fait de ne pas prendre part à quelque chose, notamment un vote, ne pas exercer un droit.

 

Les personnes qui s’abstiennent de voter s’appellent d’ailleurs des abstentionnistes, à ne pas confondre avec ceux qui votent blanc, puisque le vote de ces derniers est pris en compte dans les résultats du scrutin.

 

Autrefois cependant, au XIIe siècle, le mot astention (ancien français) désignait l’abstinence, dans la mesure où la langue souvent issue du latin était très attachée à la vie religieuse.

 

Le nom abstinence, du latin abstinentia n’a de rapport à notre époque avec le nom abstention que, globalement, dans le fait de ne pas effectuer une action… mais comme nous allons le constater, pas vraiment du même style !

 

L’abstinence n’a donc rien à voir avec le vote. Elle fait référence surtout à la chasteté, notion dont les détails varient d’une culture à l’autre, à savoir la retenue sexuelle, tant dans l’imagination (pensées érotiques) que dans la pratique (relations intimes). Elle désigne plus généralement toute privation volontaire (ou imposée) de plaisirs… quels qu’ils soient ! Les principales religions conseillent voire imposent à leurs fidèles des périodes d’abstinence tant sexuelle qu’alimentaire à certaines périodes de l’année, selon les fêtes dictées par leurs textes sacrés (Bible, Torah, Coran…).

 

Le mot abstème vient du latin abstemius (« qui s'abstient de vin », « sobre »). Il est à la fois adjectif et nom commun. Au 16ème siècle « abstème » signifiait : qui ne boit pas de vin ; ce mot passé du droit ecclésiastique s’est étendu à la langue littéraire. Jean-Jacques Rousseau, malgré son penchant pour les « petites buvettes », pensait que l’homme est abstème par nature.

 

Extrait d’Emile de Jean-Jacques Rousseau :

 

« La première fois qu’un sauvage boit du vin, il fait la grimace et le rejette ; et parmi nous, quiconque a vécu jusqu’à vingt ans sans goûter les liqueurs fermentées ne peut plus s’y accoutumer ! Nous serions tous abstèmes, si l’on ne nous eut donné du vin dans nos jeunes ans. »

 

Pour finir un petit poème en prose par Simon DOMINATI le 19.03.10

 

C’est le temps du désamour. Plus de la moitié de l’électorat de ce pays boude, tourne le dos à ceux pour qui il avait des yeux de Chimène. Finis les sourires, les joies, les embrassades et les rassemblements. Ils s’éparpillent moroses, muets, absents mais très présents lors du décompte des voix.

 

Ils n’iront pas dans la chambre commune le jour du scrutin. Ils ont perdu le bonheur de flirter avec l’urne espérant l’avènement du bébé qu’ils avaient imaginé. Ce plaisir à deux qui naît et grandit jusqu’à l’extase dans l’intimité de l’isoloir. Ce face à face, la caresse du bulletin, les baisers déposés aux quatre coins de la liste pour l’ensemencer juste avant de la cacher dans le secret de l’enveloppe bulle. Après cet acte d’amour, bien à l’abri des regards, c’est la pénétration finale en public, ce moment où tout est lâché dans l’urne dans un dernier râle : « A voté ! »

 

L’électeur n’a plus envie de cet acte de procréation. Il n’a plus confiance en son partenaire, l’amour s’est enfui. Le bébé né d’un désamour lui fait peur. Plutôt l’abstinence qu’un bébé malheureux, à la vie chaotique qui le priverait du bonheur d’être parent.

 

Cette plus de moitié de France n’y croit plus. Elle n’aime plus, n’admire plus. Lorsque la confiance est partie et que l’étincelle qui brille dans l’œil s’est éteinte tout se ternit. Toutes ces étoiles qui s’évanouissent en même temps vous privent du brin de folie qui vous amène jusqu’au lit.

 

La France est triste et abstinente. Elle boude ses plaisirs et n’ira pas au rendez-vous derrière le rideau des Maisons Communes.

 

Elle s’isolera dans la nature parmi les fleurs naissantes et la douce chaleur du printemps qui arrive.

 

Vous sentez ce parfum de violettes ? L’amour préfère le champ au chant des Sirènes

Partager cet article

Repost 0
Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents