Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 06:00
Même parfumée au Calvados je n’aime pas le cervelas, chronique écrite à l’encre sympathique à l’attention d’un étron

Mon appartenance, revendiquée et assumée, à l’A.V.C. l’Amicale des Vieux Cons me permet, en ce jour de votation, de me livrer à un exercice jubilatoire, écrire à l’encre sympathique une chronique où, qui que ce soit, ou presque, n’y comprendra goutte, n’entravera rien, pour le fun, la célébration railleuse de l’état de décomposition de certains membres de la caste des intellectuels médiatiques...

 

Oui je me lâche grave !

 

Très clairement ces étrons me font chier !

 

J’en ai rien à branler de leur diarrhée dans le style de la pire droite des années 30 comme celle-ci « Pierre Bergé, locataire d’utérus d’autrui, Jacques Attali plagiaire notoire et condamné comme tel par la justice, Alain Minc, plagiaire du précédent, Bernard Kouchner, sac de riz chez les médecins et médecin chez les sacs de riz, Daniel Cohn-Bendit, pédophile au siècle dernier… »

 

Ça vole haut, si haut que je ne m’abaisserai pas à transcrire son nom mais je me contenterai de chanter sur tous les tons son goût profond pour le terroir profond, son ode au cervelas aiglon composé de viande de porc issue de l’épaule, aromatisée au calvados, avec de l’ail et de l’oignon, fumé au bois de hêtre, aimé du président Pompe, « amoureux de Racine et de la poésie qui soupesait la fugacité des hommes, cigarette ironique aux becs… qui avait rejoint, la banque, dirigée par Guy, petit-fils d’Alphonse… c’est en cherchant des finances pour le RPF, le parti du Général sous la IVe République, que Pompidou a rencontré la rue Lafitte. Ainsi se nouaient les carrières. Il n’y avait pas de honte ? Rothschild, quand même, posait une question. «Pompidou, il veut gagner de l’argent», avait confié De Gaulle à François Bloch-Lainé, haut fonctionnaire qui lui suggérait de prendre l’Auvergnat aux Finances. Matignon, ce serait autre chose? Pompidou était d’une solidité sans faille. Son travail chez Rothschild lui avait, aussi, servi de couverture, pour préparer les négociations du pouvoir avec les indépendantistes algériens. Il avait hésité entre «le monde des affaires», ainsi parlait-on, et le service de l’Etat. Il aurait un destin national. »

 

Longtemps au temps de la Rocardie je suis passé à l’Aigle pour aller disputer le tournoi de football du lundi de Pentecôte, et le soir venu, fourbus, meurtris, avec la complicité du boucher local, nous nous adonnions au plaisir du barbecue. Pendant la cohabitation 86-88, nous nous retrouvions comme des poussins égaillés, parfois Michel Rocard venait nous rendre visite sur la touche, et moi étant à la SVF je me faisais prosélyte de notre produit en organisant pendant nos grillades une dégustation, pour un groupe choisi, de grandes bouteilles. Je demande humblement pardon aux grands prêtres du vin de cette incongruité : un grand cru sur une saucisse grillée est un péché mortel que j'ai commis sans remord. Ça c'était le must. Ensuite l'ambiance festive aidant venait le temps de l'eau chaude chère à notre boucher en particulier et aux normands en général. Par bolées conséquentes, tout le petit peuple des technocrates parisiens, s'envoyaient la dite eau chaude servie par le débiteur de bovins du haut de son mètre 80 et de son double quintal. Au milieu des pommiers, dans le crépitement des braises du feu, le Calvados se noyait dans l'eau et nous préparait à une bonne nuit de sommeil peuplée de rêves de montées offensives ponctuées de passes décisives ou d'une tête plantée au premier poteau à la suite d'un corner... »

 

Jamais au grand jamais nous n’aurions mangé du cervelas aiglon, pure invention moderne, loin de la tradition de la charcutaille de terroir. Nous laissions ça aux petits bourgeois en mal d’exotisme rural nous bouffions du pur goret de pépés .

 

Comme j’ai l’esprit d’escalier, les étrons me mènent à Abel Tiffauges :

 

« … depuis son arrivée au camp, et malgré la nourriture chiche et médiocre, il vivait dans une béatitude fécale. Chaque soir avant le second couvre-feu – il se rendait aux feuillées pour un temps aussi prolongé que possible qui était le meilleur moment de la journée et qui le ramenait fortement à ses années beauvaisiennes. Parenthèse de solitude, de calme et de recueillement dans l’acte défécatoire, accompli généreusement et sans effort excessif, par un glissement régulier de l’étron dans le fourreau lubrifié des muqueuses. »

 

Le Roi des Aulnes Michel Tournier Gallimard pages 180-181

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

pax 07/05/2017 07:54

Voila au moins deux fois que notre bien aimé Taulier évoque son appartenance à l'A.V.C. ( AVC ? que Dieu nous ait en sa sainte garde et nous en protège ) Cependant quoi qu'ayant assurément l'âge et incontestablement les qualités pour, je ne frapperai pas à la porte de cette amicale ayant depuis toujours fait mien la formule de Groucho Marx : «Je n'accepterais jamais d'entrer dans un club qui m'accepterait comme membre... ».
Mouche du coche mais aussi langue de pute je ne peux m'empêcher de reprendre les personnalités figurant dans cette réjouissante chronique tant leur nom ainsi que leur œuvre prête à sourire Personne ne leur a demandé de faire le nécessaire pour être en première page. ( Cioran, je crois, prétendait que la première erreur du Grand Homme c'est de se faire connaître). Assurément ils sont risibles et prêtent le flanc à la remarque ironique, au ridicule. Ainsi Bernard Kouchner ( Membre de gouvernement dont celui de Michel Rocard – pardon Taulier ) dans ses jeunes années de Médecins sans Frontières était surnommé VETIVER par ses petits camarades pour sa propension à être toujours prêt à rectifier son allure en cas d'interview dès que se profilait l'ombre d'un journaliste. Ainsi également Jacques Attali dont l'entregent et la vanité ont poussé ce passionné de musique à emprunter la baguette de chef d'orchestre de quelques formations célèbres pour aller s'exhiber sur plusieurs scènes nationales et/ou internationale, sans pour autant rencontrer autre chose qu'un succès d'estime naturel vu sa position. Ainsi encore Alain MINC gourou politicoéconomique autoproclamé et reconnu comme tel par ses pairs. Administrateur-directeur général de Cerus il inaugurait ainsi une longue liste de blagues emmenant le groupe italien à sa ruine.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents