Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 avril 2017 7 23 /04 /avril /2017 06:00
Traité de l’art bousier par Hannelore Cayre appliqué aux bavards du pinard

Si vous me suivez avec la même attention que Pax vous devez savoir que je suis un accroc d’Hannelore Cayre qui n’a ni sa plume ni sa langue dans sa poche.

 

Elle dézingue.

 

Elle sulfate grave !

 

ICI et ICI 

 

Dans l’émission Boomerang d’Augustin Trapenard elle nous lit un passage de son futur livre : Traité de l’art bousier.

 

Je trouve que sa conclusion : « Lorsque l'on regarde de près sa création, lorsque l'on lit entre les lignes qu'il a laborieusement pondu, c'est le spectacle d'une petite vie brute animé d'une immense détermination face à l'adversité qu'il nous offre et c'est ça qui est merveilleux. » s’applique merveilleusement bien aux besogneux de la plume (voir plus bas)

 

« L'art bousier désigne la production artistique des personnes dénuées de génie mais animées d'une puissante nécessité intérieure conjuguée à une obstination hors-norme. Il tire son nom du Scarabée Bousier, un insecte robuste de couleur noire de type Cafard qui se sert de ses pattes antérieures pour façonner des boules de merde qu'il déplace en les faisant rouler sur le sol. Un spectacle passionnant que son quotidien minuscule. Il pousse sa boule, la perd, la rattrape, se fait écraser par son fardeau : n'abandonner jamais quelque soit les obstacles et les péripéties rencontrées.

 

Ainsi l'art bousier n'est pas le fruit de la spontanéité de l'artiste secoué par la divine inspiration, mais le résultat d'un tragique effort de travail. Le niveau est plus ou moins correct, les normes esthétiques du moment respectées. Mais lorsque l'on sait l'effort déployé pour arriver à l'oeuvre finale, même s'il ne s'agit que d'un court paragraphe, c'est juste triste.

 

A la manière de son homologue Bousier, le Cafard artiste est capable d'endurer n'importe quoi pourvu qu'il arrive à conduire sa daube jusqu'au bout. C'est sa foi inébranlable conjuguée à son entêtement navrant à créer, saupoudré d'un zeste des erreurs de choix de son lectorat qui finissent par le rendre transgressif. Lorsque l'on regarde de près sa création, lorsque l'on lit entre les lignes qu'il a laborieusement pondu, c'est le spectacle d'une petite vie brute animé d'une immense détermination face à l'adversité qu'il nous offre et c'est ça qui est merveilleux. »

 

L’énergie, marqueur majeur du vin de lieu

 

Jacky Rigaux le 19 avril 2017

 

« Quand Einstein, après de longs travaux, proposa une nouvelle théorie où une certaine matière devenait énergie, initiant une troisième physique aux côtés de la physique mécanique conceptualisée par Descartes et de la physique électromagnétique inventée par Hertz et Helmholtz, la communauté scientifique établie était sceptique. Cependant, le grand mathématicien et épistémologue Paul Painlevé (1863-1933), parlant du petit groupe des scientifiques de la future physique nucléaire, déclara : « si ce qu’ils font nous échappe, ils se comprennent ! » Il en va de même aujourd’hui autour de la question de l’énergie dans le vin. Pour les tenants de l’œnologie objectivante, en quête d’énumération des composants du vin comme pour les promoteurs de l’analyse sensorielle, en quête de l’identification objective des arômes, parler d’énergie dans le vin ne s’appuie sur aucun fondement scientifique validé, donc ne peut relever que d’approches imaginaires, voire ésotériques ou farfelues, surtout quand ce sont des vignerons biodynamistes qui s’expriment.

 

« Et pourtant elle tourne », avait déclaré en son temps Galilée, sommé par le pape de renoncer à sa théorie de l’héliocentrisme et des mouvements satellitaires qui contredisait la thèse officielle d’un géocentrisme stable et d’un ordre immuable des éléments défendue par les théologiens jésuites de l’Eglise catholique romaine. Autres temps, autres mœurs… On ne risque plus le bûcher en parlant d’énergie dans le vin, simplement un regard amusé des tenants des sciences officielles de la vigne et du vin. On n’enseigne ni la biodynamie, ni la dégustation géo-sensorielle, dans les facultés d’œnologie et dans les grandes écoles d’agronomie, mais on n’interdit pas aux étudiants de s’y initier ailleurs.

 

Dans le vin, comme en physique nucléaire, l’énergie, c’est de l’information en mouvement. La transformation du raisin en vin, par le processus de la fermentation, produit de l’énergie… Cette énergie peut sans doute être plus ou moins évidente selon les pratiques mises en œuvre dans la culture de la vigne et dans les processus de vinification et d’élevage. Elle peut être masquée où révélée, voire transcendée ! Gomme arabique, tanins industriels, acide tartrique ajouté, brûlage excessif des tonneaux, et autres ajouts œnologiques, associés aux résidus de pesticides, acaricides, herbicides, fongicides, masquent à n’en point douter l’énergie naturelle du vin… »

 

La suite ICI

Partager cet article

Repost 0
Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents