Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2017 5 03 /03 /mars /2017 06:00
La meilleure défense de nos bons vieux fromages qui puent c’est de les acheter !

À celles et ceux qui trempent leur plume dans la colère pour défendre nos beaux fromages qui puent, estampillés AOC ou non, je pose poliment une batterie de questions ?

 

  • Vous en avez combien dans votre garde-manger de ces fromages pas beaux qui puent ?

 

  • Si oui, lesquels ?

 

  • Vous en avez tout le temps ?

 

  • Si oui, en proposez-vous très souvent à vos enfants et à vos adolescents ?

 

  • Lorsque vous allez au restaurant est-ce que vous prenez régulièrement du fromage ?

 

Je ne suis pas certain que vos réponses soient à la hauteur de votre indignation mais, comme je ne le saurai jamais j’espère un peu quand même que votre militance joint le geste à vos paroles ou à vos écrits. De plus, j’espère aussi que votre combat contre les multinationales prédatrices se concrétise dans vos bulletins de vote. Face de Bouc révèle parfois de grands écarts politiques… Mais les bourgeoises des beaux quartiers ont le droit de défendre les fromages qui puent et d’aimer Fillon.

 

Laissons-là les « professionnels de l’indignation » qui alimentent un fonds de commerce fort lucratif pour entrer dans le vif du sujet :

 

Mon combat pour les fromages qui puent, les moches, les petits, les sans-grades, n’est pas récent, mes nombreuses chroniques et mes photos sur Face de Bouc en témoignent et qu’on ne vienne pas me chercher des poux sur la tête : j’ai défendu avec succès, contre les gnomes sanitaires, la gerle du Salers devenue obligatoire en 2000 ; j’ai ferraillé contre Lactalis pour lui contester sa mainmise sur la Fourme de Montbrison ; j’ai soutenu le noble combat d’André Valadier pour le Laguiole ; j’ai pris des cours d’affinage avec le maître en à la matière : Alleose 

 

Trêve de médailles auto-attribuées à mon combat pour clamer : camembert à celles et ceux qui font profession d’indignation pour vendre des livres.

 

Ça fait le buzz, ça fait des émissions à la radio, mais je mets aux défis qui que ce soit de trouver dans les papiers de nos grands et petits critiques gastronomiques quelques lignes sur le plateau de fromages des restaurants !

 

Encore faudrait-il qu’il y en eut un !

 

Ce n’est pas chic le fromage qui pue !

 

Ces affreux ne relèvent pas du génie du chef, sauf à souligner que le choix de ces fromages relève d’une vraie défense de nos petits producteurs, des territoires où ils s’accrochent.

 

Allez-donc voir, ou achetez le DVD des Chèvres de ma mère ! ça vous fera du bien à la tête, ça vous évitera d’en rester à des combats de salon.

 

Toutes mes cantines favorites : Table, Les Climats, Amarante, Giovanni Passerini… proposent des vrais fromages qui puent…

 

C’est Bruno Verjus qui m’a fait découvrir la fourme de Valsivière

 

C’est Patrick Beaudouin qui sur le marché de Chalonnes-sur-Loire chez Bocahut qui m’a initié au bleu de Termignon. 

 

Ma copine Magalie a arpenté pendant des années le Benelux et l’Angleterre pour vendre les fleurons de nos fromages qui puent.

 

Chaque semaine sur mon vélo flanqué de sacoches je me rends à Terroirs d’avenir ou/et chez Alessandra Pierini, la plus parisienne des italiennes, où je fais, en plus des autres victuailles, ma moisson de fromages qui puent. Il suffit de renseigner son nom sur le moteur de recherche de mon blog pour apprendre à mieux connaître tous les splendides fromages de la Péninsule.

 

Chez moi lorsque j’invite il y a toujours au moins 5 fromages, pas forcément gaulois, et le jeu consiste à les reconnaître avant de les manger. Ils n’ont pas tous une belle tronche mais c’est ça la diversité qu’il faut défendre avec ses deniers.

 

Et qu’on ne me traite pas de bobo qu’a les moyens de se payer ces merveilleux fromages : si l’on souhaite vraiment qu’ils ne soient pas terrassés par les croutes de la GD issues de Lactalis et de ses frères coopératifs ou de pseudo-BOF, il faut accepter de payer le prix.

 

Et ce n’est pas un privilège de parisien que d’avoir accès à cette belle diversité, partout en France, dans tous les recoins de l’hexagone, si on se bouge les fesses, il est tout à fait possible de les acheter au marché, chez les producteurs ou chez des fromagers spécialisés.

 

La meilleure défense c’est l’attaque : joindre le geste à la parole ou à l’écrit. Lorsqu’une demande pressante s’exerce, qu’il y a un marché, le bon produit fait bien mieux que résister, il prospère car les producteurs en vivent.

 

C’est un peu comme la presse magazine qui perd des lecteurs, donc des annonceurs, pour se retrouver en redressement judiciaire : pas vrai Périco de Marianne !

 

Bien entendu je suis de ceux qui les défendent contre les folies des faiseurs de normes, des contrôleurs de tous poils qui emmerdent le petit producteur isolé faute de pouvoir coincer les industriels bardés de juristes.

 

Les traités de libre-échange ne me font pas peur, si nous sommes en capacité d’offrir à nos producteurs fermiers et artisanaux qui travaillent dans la tradition un marché domestique fort et rémunérateur, nos voisins amateurs de bonne chère seront les premiers à venir les conforter.

 

Nul n’est obligé de mal bouffer, mais lorsqu’on privilégie les sports d’hiver ou l’île Maurice par rapport au contenu de l’assiette il ne faut pas chouiner.

 

Tant que les citoyens-consommateurs ne feront pas des choix alimentaires forts en direction d’une alimentation plus saine, plus soucieuse des saisons, plus intéressés par le réel devenir des damnés de la terre, il ne faudra pas s’étonner que le modèle dominant : produits à bas coûts, aliments transformés, distribution de masse, ait encore de beaux jours devant lui en se teintant d’un peu de bio, de durable…

 

C’est de la politique, de la vraie, pas du marketing éditorial à l’adresse de ceux qui adorent pousser des cris d’orfraies, « tout fout le camp, notre bon vieux camembert… », le cul sur leurs canapés en picorant des cubes de Babybel… en sirotant un mauvais whisky de GD… et regardant la télé bien sûr…

 

Je ne force pas le trait, croyez-moi !

 

C’est en ce moment le SIA les plus grands exposants sont LIDL, Danone, Carrefour, MacDo qui en profite pour afficher dans tout PARIS son burger au Gruyère IGP et son partenariat avec la race charolaise McDonald's renforce son partenariat avec la filière des vaches charolaises 

 

Royaume-Uni: les produits du terroir au défi du Brexit

AFP

Publié le 26/02/2017 à 09:42 | AFP

 

ICI 

 

La meilleure défense de nos bons vieux fromages qui puent c’est de les acheter !
La meilleure défense de nos bons vieux fromages qui puent c’est de les acheter !
La meilleure défense de nos bons vieux fromages qui puent c’est de les acheter !
La meilleure défense de nos bons vieux fromages qui puent c’est de les acheter !
La meilleure défense de nos bons vieux fromages qui puent c’est de les acheter !

Partager cet article

Repost 0
Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Aredius 03/03/2017 09:46

Le boudin est-il un boudin aux châtaignes de St-Yrieix ? A vue d’œil non.

http://boudinochataigne.canalblog.com/

Autorisons-nous de l'ingliche :
"the proof of the pudding is in the eating"

pax 03/03/2017 06:53

Même combat gourmet Taulier, pour les fromages bien sur ( et pour Marianne en sus ) Pour les fromages, au grand dam de ma diététicienne ( ben oui quoi, à chacun son institut de beauté,) je ne me nourrirais presque que de cela. Après les avoir choisis en boutique ( c'est souvent le morceau, de coté,dejà enveloppé ( de la veille?) qui me fait les yeux doux) au garde manger s'il vous plait mais jamais au frigo ! Rien de meilleurs qu'un morceau de comté qui perle un salers fondant accompagné d'un morceau de pain choisi et de vins ou alcool pour retrouver tel mariage déjà confirmé ou à essayer.Au restaurant
pratiquement impossible* à obtenir un vrai plateau de fromage car il sort de la chambre froide, à la minute de la commande règlement d'hygiène obligatoire parait il ! ( sauf à le commander en début de repas ?) Pour ce type de règlementation idiote loin du BSP voir le " Foutez nous la paix ! " que je ne connaissez pas d'Isabelle SAPORTA et lu, à présent à la suite de ta recommandation de son nouveau livre " Courage"
* décidément va falloir que je me refende d'un voyage dans la capitale pour aller renifler les plateaux de fromage de tes cantines préférées.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents