Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2017 6 04 /03 /mars /2017 10:30
Journal d’1 chroniqueur de campagne (9), le compteur des lâcheurs de Fillon, j’ai bien connu Stefanini, Aubry explose Macron…

Nous voguons dans un océan de dérision, Libération jamais en reste d’une facétie, pour tenter de recoller à son image bien défraichie de journal irrévérencieux, affiche sur le Net un compteur des lâcheurs de Fillon : ICI

 

Patrick Stefanini, l’homme qui fait gagner les élections, Chirac, Pécresse, puis Fillon à la Primaire, se tire en invoquant des raisons de nature à la fois « personnelle », « morale » et « politique » dans sa lettre de démission, publiée par Le Journal du Dimanche. Il quittera ses fonctions dimanche soir.

 

Je me souviens qu'en 2001, les circonstances avaient voulu que je dirige la campagne de Philippe Séguin dans le 18ème arrondissement de Paris et qu'il m'avait demandé de ne pas être candidat sur sa liste au motif que j'étais alors mis en examen.

 

On le présente comme haut-fonctionnaire, ce qu’il est, puisque son dernier poste fut Préfet de Région, Auvergne d’abord puis Aquitaine. C’est là que je l’ai côtoyé lors de ma dernière grande mission de médiateur laitier. Nos rapports ne furent en rien protocolaire, Stefanini ne se comportait pas en Préfet mais en chef de commando. C’est un personnage, un battant, toujours sur la brèche, un politique. Même si nous n’étions pas du même bord, nous nous sommes très bien entendus, chacun dans notre rôle et même si ça vous étonne il appliquait sans défaillir la ligne stratégique de négociation que j’avais définie. Nous avons gagné notre petite bataille, puis il fut viré lors de l’alternance et ce fut une erreur. Je rencontrai une seule fois son successeur, rien qu’un Préfet bouffi d’importance et de suffisance.

 

Dans sa lettre de démission qu'il a adressée au candidat, et que le Journal du Dimanche a publiée vendredi, cette décision est irrévocable. «Mercredi matin, je t'ai indiqué qu'après l'annonce faite à tes avocats de ta convocation en vue d'une mise en examen, il me paraissait préférable que tu arrêtes ta campagne, rappelle-t-il. (....) Tu as pris une autre décision. Je la respecte. Je constate qu'à cette occasion, j'ai été minoritaire au sein de ton équipe. Je ne suis donc plus le mieux placé pour diriger ta campagne et j'en tire les conclusions.» Voilà

 

Patrick Stefanini, le directeur de campagne de François Fillon, démissionne

 

« Il sera remplacé lundi matin par Vincent Chriqui », selon un communiqué de l'équipe de campagne du candidat de la droite.

 

Lire ICI 

 

Martine Aubry est vraiment un cas d’école, elle cultive la détestation comme d’autres les orchidées sous serre.

 

Souvenir de notre première rencontre lors d’un déjeuner en juin 1981, un festival de venin. Elle était en ce temps-là copine avec Alain Minc, je crois qu’ils sont de la même promotion de l’ENA, et elle raillait durement Chevènement, les néo-communistes du PS, dézinguait les nationalisations à la con et prédisait que nous allions dans le mur. Elle n’avait pas tort mais plus que le fond c’est le ton au vitriol qui me frappa. Mon Président de l’Assemblée Nationale, Louis Mermaz, était très ami avec Jacques Delors, à l’époque Ministre de l’Économie, et j’ai participé à des déjeuners avec lui et à un déplacement dans l’Isère où nous avions reçu Gérard Nicoud. Bref, de Martine Aubry le seul point positif que je retins ce sont ses beaux yeux verts ; de son père, éternel démissionnaire, j’appréciai son savoir encyclopédique sur le Tour de France. Je présente à peine car lorsqu’on fit de lui un possible candidat à l’élection présidentielle, celle du duel Chirac-Balladur, je fus l’un des rares à pronostiquer qu’il jetterait l’éponge. Raymond Lacombe, président de la FNSEA, en rêvait, je douchai son enthousiasme.

 

Dans une région où le FN fait ses plus beaux scores, où le PS s’est fait virer de la région pour faire barrage au dit FN, la revoilà dans ses œuvres :

 

Martine Aubry est de retour, et elle explose le programme d'Emmanuel Macron

 

Retour en fanfare. A peine sortie de convalescence suite à une opération du nerf sciatique, Martine Aubry a donné, vendredi, une conférence de presse. Après avoir traité de sujets locaux, la maire de Lille a consacré quelques minutes à commenter le programme d’Emmanuel Macron, candidat à l’élection présidentielle, qu’elle a dans le collimateur depuis des mois. Morceaux choisis (âmes sensibles, attention : ça fait mal).

 

« C’est plus un loup, c’est une meute de loups »

 

« Jusqu’à présent, Emmanuel Macron pensait que le fait d’être lancé comme un nouveau produit avec un sourire étincelant suffirait à être élu président de la République. Et on a eu sur tous les sujets tout et son contraire. Moi je dis toujours, quand c’est flou, y’a un loup. Mais maintenant on sait, son programme est affiché. Et ce n’est plus un loup, mais une meute de loups ».

 

« Son programme économique date des années 1980 »

 

« Son programme économique, reprend les programmes libéraux anglo-saxons des années 1980. C’est réduire les services publics, réduire les déficits, que les salariés travaillent plus et qu’ils soient moins payés. Dans son programme, les Français vont casquer : 60 milliards en moins de l’Etat, on continue d’aider les entreprises, on baisse les cotisations et on augmente la CSG de 1,7 % même pour les retraités. Ce n’est pas la modernité Macron, il utilise des vieilles recettes qui n’ont jamais marché.

 

Sur le plan social, il faut serrer. Il demande un peu plus de responsabilité aux chômeurs, aux retraités, aux salariés. Mais il les connaît des gens ? Non. Il connaît mieux le milieu de la City. Tout ce qu’il veut, c’est du libéralisme économique et de la flexibilité pour les salariés ».

 

« Il ne connaît pas le droit »

 

« Je ne parle même pas de son programme sur l’écologie parce que ça, il ne connaît pas. Bon, là il vient de dire qu’il fallait que le diesel atteigne peut-être à la fin du mandat le même taux de fiscalité que l’essence après avoir tout de même dit qu’il était scandaleux d’attaquer cette forme d’énergie.

 

S’il devait être élu, ce que je n’espère pas, il n’aurait pas de majorité. Car où est-il ? Il y a quelques individus à la droite du PS, toujours les mêmes. Et bien qu’ils partent chez Macron, au moins ça clarifie des choses. Bien sûr, il a rajouté une ou deux mesures démagogiques comme l’exonération de taxe d’habitation pour 80 % des Français. Il ne connaît sans doute pas le droit car là, il intervient dans les libertés locales ce qui, je crois, est inconstitutionnel ».

.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents