Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2017 6 11 /02 /février /2017 06:00
Opération Harvey’s Hole : quand les grandes oreilles américaines jouaient les taupes à Berlin au temps de la guerre froide

Au temps où les téléphones étaient reliées à des prises murales ou stationnaient dans des cabines les communications étaient rendues possibles par la circulation de courants électriques dans des lignes bien réelles les standards téléphoniques constituaient des lieux stratégiques pour espionner les conversations.

 

Au temps de la guerre froide Berlin fut le terrain de jeu privilégié des services d’espionnage occidentaux, tout particulièrement de la CIA et du M16. Ainsi le Central de Berlin-Est où transitaient les lignes téléphoniques soviétiques fit l’objet d’une opération conjointe. « Pour pouvoir se connecter à ces lignes et donc écouter les conversations téléphoniques, les anglo-américains creusèrent un tunnel de 450 mètres de long depuis Rudow, dans Berlin-Ouest, jusqu’à Altglienke, dans la partie Est de la ville, alors occupée par les Soviétiques. »

 

« L’opération fut officiellement appelée Opération Stopwatch (« opération chronomètre ») ou Opération Gold. Elle fut couramment surnommée l’opération Harvey’s Hole (« trou d’Harvey »), en référence à William Harvey, l’un des chefs de la CIA à Berlin et ancien du FBI renvoyé par J. Edgar Hoover parce qu’il buvait pendant le service. »

 

« Les travaux commencèrent en 1954 et nécessitèrent de déblayer plus de 3000 tonnes de terre ce qui fut une tâche colossale. Sa construction prit plusieurs mois et coûta aux Américains 6,7 millions de $. »

 

« Au bout du compte, les espions de Rudow parvinrent à placer 172 lignes sur écoute et consignèrent quelques 443 000 conversations. Cependant, il y avait une taupe parmi eux, et pas de celles qui auraient pu les aider à creuser, bien au contraire. George Blake, un officier du M16 qui avait pris des notes lors des réunions au cours desquelles l’opération Stopwatch avait été mise au point, était un agent double. »

 

Bien sûr il transmit ses renseignements au KGB avant même que ne commence les travaux de percement du tunnel mais ce n’est qu’au soir du 21 avril 1956 que les Soviétiques « découvrirent officiellement » le tunnel.

 

« Pourquoi les Soviétiques laissèrent les écoutes se dérouler sans intervenir pendant près d’un an alors qu’ils étaient en possession de tous les éléments depuis le début, cela reste un mystère. La plupart des historiens pensent toutefois qu’ils voulaient éviter de compromettre Blake, leur agent infiltré, qui leur rendait de précieux services. »

 

« Mais les Russes ne savent pas sur quel pied danser. Le KGB ne veut pas perdre son meilleur atout, Blake, en révélant trop tôt le coup des Anglo-Saxons. Ils attendent donc que George Blake reçoive une nouvelle affectation de la part des Britanniques avant de faire leurs premiers mouvements. Mais, pour que ni le MI6 ni la CIA ne comprennent qu’ils sont découverts, il faut aussi que ceux-ci interceptent depuis le tunnel des conversations russes et est-allemandes. Résultat: le KGB n’avertit pas le GRU (son concurrent du renseignement militaire) et l’Opération Gold peut donc continuer un certain temps –onze mois et onze jours plus précisément. »

 

C’est dans la nuit du 21 au 22 avril 1956 que l’URSS décide de siffler la fin de la récréation et passe à l’action. Dans un livre, Battleground Berlin, publié en 1999, l’ancien directeur de l’agence de la CIA à Berlin David E. Murphy et le lieutenant-général Sergueï Kondrashev, directeur du département allemand du KGB, racontent la mise en scène et le déroulement de cette fausse découverte.

 

Grâce aux informations de George Blake, les Russes creusent à un point précis de l’autoroute Schönefeld. À 2 heures du matin, ils sont au-dessus de la chambre d’enregistrement et entendent une communication en russe: c’est la voix du capitaine Bartasch, un officier du contingent militaire soviétique en République Démocratique d’Allemagne. À 3 heures du matin, les Soviétiques, soucieux de ne pas apparaître en première ligne, sont relayés par des spécialistes est-allemands. L’opération est bientôt suspendue quelques heures.

 

Dans le courant de la matinée, les Américains s’aperçoivent que leur tunnel est sur le point d’être dévoilé. C’est sur les coups de 12h30 que la chambre d’enregistrement est en vue pour l’équipe est-allemande qui pratique un trou dans un mur, faute d’avoir pu passer par la porte en acier. Les auteurs de Battleground Berlin transcrivent les premiers mots de ces «explorateurs»:

 

«Oh, regarde-moi ça… Ça fait tout l’autoroute! C’est incroyable!»

 

Deux heures plus tard, les Soviétiques eux-mêmes entrent sur les lieux. Vers 15h30, les câbles américains sont coupés, un quart d’heure après les micros cessent d’enregistrer. »

 

Robin Verner dans Slate

 

LIRE Berlin et le tunnel des espions. Jeu de dupes sous le rideau de fer

 

Opération Harvey’s Hole : quand les grandes oreilles américaines jouaient les taupes à Berlin au temps de la guerre froide

Partager cet article

Repost 0
Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

pax 11/02/2017 08:41

Ce qui est amusant dans ces histoires d'espion c'est que c'est souvent un jeu à sommes nulles tant les paranos qui dirigent ce types de services ne savent jamais à quoi s'en tenir : Les informations recueillies sont-elles réelles ou constitue-t-elle de l' intox ? Souvent désorientés par des informations de qualité fournies par des sources confirmées elles sont accueillies avec scepticisme tant elles bousculent leurs propres certitudes. Ainsi Hitler qui ne tint aucun compte des informations fournies par « Cicéron » valet de chambre de l'ambassadeur d'Angleterre à Ankara qui lui indiquait pourtant ou se ferait, in fine, le débarquement. Il faut dire que" Cicéron" fut payé en monnaie de singe : plus que jamais jeu à somme nulle. ( cf./ Le film de Joseph L. Mankiewicz " l'affaire Cicéron " mais, en la matière, ce ne sont pas les exemples qui manquent.
Il en va de l'espionnage comme de toute technique « d'informations ». En matière de publicité par exemple personne ne peut vous assurer du succès du message que vous voulez faire passer ni, s'il passe,qu' il aurait pu coûter moins cher ou s'il ne passe pas c'est que les moyens mis N'ont pas été suffisant.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents