Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 novembre 2016 5 18 /11 /novembre /2016 06:00
Un livre à savourer d’abord avec les yeux  avant de mettre la main à la pâte
Un livre à savourer d’abord avec les yeux  avant de mettre la main à la pâte

Beau !

 

Ce petit livre est beau.

 

Trop beau comme le disent les petites louves et les petits loups d’aujourd’hui.

 

Son auteur Alesia Serafini est née à Ferrare.

 

Ferrare c’est pour moi « Le Jardin des Finzi-Contini » de Giorgio Bassani romancier et poète italien né le 4 mars 1916 à Bologne, et mort le 13 avril 2000 à Rome, adapté au cinéma par Vittorio De Sica.

 

Lire ICI 

 

Ce beau petit livre je  l’ai savouré d’abord avec les yeux.

 

Puis je l’ai lu. 

 

J’ai noté :

 

« On apprenait à cuisiner en regardant, en écoutant et ensuite, en répétant. »

 

Les chutes des rubans dorés de Lucrèce : les maltagliati « mal coupés »

 

« On peut bien manger avec peu et préparer soi-même, comme par le passé »

 

Mon credo.

 

Choisir ses ingrédients, ne rien jeter, jongler avec les restes, la fortune du pot comme on le disait chez moi.

 

Moi aussi je mets la main à la pâte mais pour d’autres pâtes que les belles pâtes italiennes… Elles je vais les manger chez Giovanni Passerini.

 

Un livre à savourer d’abord avec les yeux  avant de mettre la main à la pâte
Un livre à savourer d’abord avec les yeux  avant de mettre la main à la pâte
Un livre à savourer d’abord avec les yeux  avant de mettre la main à la pâte

À Paris le meilleur de l’Italie nous envahi, même qu’à Table Bruno Verjus m’a présenté des gnocchi d’anthologie à la truffe blanche d’Alba !

Un livre à savourer d’abord avec les yeux  avant de mettre la main à la pâte

Chez moi je me contente de faire des gammes italiennes avec les pâtes sèches achetées chez Alessandra Pierini.  

Un livre à savourer d’abord avec les yeux  avant de mettre la main à la pâte
Un livre à savourer d’abord avec les yeux  avant de mettre la main à la pâte

Mais jamais je ne me suis risqué à m’attaquer au millefeuille préféré des romains, laganum, qui dans la tradition d’Émilie-Romagne « les couches de pâte verte préparées avec des épinards alternent avec le ragù, la béchamel et le parmesan »

 

Pourquoi ?

 

Parce que ce plat demande une longue préparation et que j’aurais trop peur de faire une forme de gloubiboulga.

 

Je vais peut-être me risquer au mariage de la pâte et du haricot. En effet je suis né dans un pays de fayot, le lingot et le coco, et je me vois bien utiliser les fameux « mal coupés », les maltagliati avec le bouillon des fagioli.

 

Voilà, vous savez ce qui vous reste à faire : allez ICI

 

 

Pour les vins qui vont avec j’irai piocher dans la cave d’Alessandra chez RAP.

 

Un livre à savourer d’abord avec les yeux  avant de mettre la main à la pâte
Un livre à savourer d’abord avec les yeux  avant de mettre la main à la pâte
Un livre à savourer d’abord avec les yeux  avant de mettre la main à la pâte

Partager cet article

Repost 0
Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

pax 18/11/2016 11:08

Quel bonne pâte d'homme que ce Taulier qui ne cesse de nous allécher avec des préparations italiennes de derrière, non pas des fagots mais les Alpes qui nous parlent différemment de ce que l'on sert habituellement dans les resto italiens de France quand bien même ils se baptisent "trattoria" .Une vrai Mama pour nous en rappelant les vertus de " la fortune du pot " appelé chez moi " gratin de restes " une grande spécialité de mon épouse préférée.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents